Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Concert musical «Les monstres sacrés de la musique burkinabè» : Le cri du cœur des organisateurs aux sponsors

24/02/2016
23:42

Le stade Issoufou-Joseph-Conombo (ex-stade municipal) accueillera, le samedi 26 mars 2016 à Ouagadougou un «méga» concert, baptisé «Les monstres sacrés de la musique burkinabè». A cette occasion, le comité national d’organisation a fait un appel du pied aux potentiels sponsors, le mercredi 24 février à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse.

Un face à face musical mettra bientôt aux prises les artistes musiciens burkinabè Floby et Dez Altino, avec comme «arbitre de ce clash musical», le célèbre chansonnier traditionnel, Zougnazagmda. Ce sera au cours d’un concert dénommé «Les monstres sacrés de la musique burkinabè» qui aura lieu, le samedi 26 mars 2016, dans la cuvette du stade Issoufou-Joseph-Conombo (ex-stade municipal) de Ouagadougou à partir de 14 heures. Pour la réussite de l’événement d’envergure nationale, l’agence Bitel Communication (initiatrice de la manifestation, ndlr) sollicite l’accompagnement des sponsors de  la place. C’est le message essentiel du point de presse que les membres du comité national d’organisation (CNO) des «monstres sacrés de la musique burkinabè»  ont animé, le mercredi 24 février 2016 à Ouagadougou. Selon Ibrahim Zerbo dit PDG du CNO, l’invitation adressée à la vingtaine de sponsors potentiels  est à ce jour restée lettre morte. «Il s’agit d’une participation citoyenne où le seul vainqueur  sera la culture burkinabè», a-t-il argué. Embouchant la même trompette que son prédécesseur, le directeur général de l’agence Bitel Communication, Innocent Belemtougri, a invité lesdits sponsors à «faire preuve de patriotisme». A l’en croire, seuls le ministère de la Culture, des arts et du tourisme et Malta Guinness  ont répondu «favorablement» à ce jour. «Aux autres, nous leur demandons d’avoir un sursaut patriotique afin que nous fassions de cette manifestation une fête inoubliable pour les mélomanes et une victoire historique pour la musique burkinabè dans son ensemble», a-t-il plaidé.  «Une véritable promotion de la musique burkinabè ne peut se faire sans sponsors», a renchéri Maurice Zoungrana, l’un des membres du CNO. 


Un concept exportable


Selon lui, il s’agit d’un concert novateur (les monstres sacrés de la musique burkinabè)  dans le sens où il met en scène des artistes burkinabè. En effet, en plus du duo Floby-Dez Altino, le concert «Les monstres sacrés de la musique burkinabè» réunira, sur un même plateau, une brochette d’artistes burkinabè (Dicko Fils,Sissao, Jah Verithy, Imilo le chanceux,Miss Wedra, Biba Ouassin,MTY, Sa majesté Askoy, Barsa 1er, Agozo, Petit docteur, Bam Raady et l’humoriste La Jaguar). L’organisation (par Bitel Communication,ndlr) d’un concert baptisé «Les monstres sacrés du coupé-décalé», en novembre 2015, à Bobo-Dioulasso et Ouagadougou a été un sujet de dissension dans le milieu culturel au regard de la tête d’affiche du spectacle essentiellement occupée par des artistes étrangers. Avec «Les monstres sacrés de la musique burkinabè», faut-il y voir une tentative de rattrapage de la part des organisateurs ? «Les monstres sacrés de la musique burkinabè étaient bien avant déjà inscrits sur notre agenda», a réagi M. Belemtougri. Mieux, a-t-il ajouté, le concert «coupé-décalé» a permis de positionner le concept «Monstres sacrés». C’est pourquoi, a-t-il expliqué, nous réfléchissons à l’organisation dans le futur, par exemple, «des monstres sacrés de la musique»  du Zouk, du Reggae, du Liwaga, etc. «Nous envisageons d’exporter le concept en France», a-t-il révélé tout en soulignant que les artistes musiciens burkinabè seront impliqués aussi longtemps que perdurera le concept. La « lente» réaction des sponsors  à vous accompagner ne vous inquiète-t-elle pas à quelques semaines de l’événement? «Nous sommes optimistes. Tout est possible tant que nous y croyons», a-t-il déclaré, le sourire en coin.  Des équipes mobiles, foi de Moïse Somé du CNO, vont bientôt sillonner les artères de la capitale pour la vente des tickets d’entrée (2 000 F CFA l’unité). Ils sont également disponibles, a-t-il souligné, à différents endroits  de la place (Bitel Communication, Etablissement CERCO, Vortex Mobile, etc.).


Aubin W. NANA
nanaubin@yahoo.fr






271
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

11/11/2018 20:24
04/11/2018 21:38
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus