Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Ouagadougou : Un homme à l’allure suspecte arrêté  par des commerçants aux environs de la grande mosquée  ce vendredi et remis à la sécurité. Marina Market et la mosquée centrale de la ville de Ouagadougou. Interpellés par son accoutrement et son comportement visiblement suspects, les jeunes commerçants aux alentours se sont organisés et ont exigé qu’il soit fouillé. Vu l’attroupement qui commençait à s’organiser autour de lui, les jeunes l’ont finalement remis aux forces de sécurité non loin des lieux. L'homme possédait trois pièces d'identité différentes dont une CNIB selon nos informations recueillies sur place. Marina Market et la mosquée centrale de la ville de Ouagadougou.// Harouna Dicko, responsable de plusieurs attaques dans le nord du Burkina à été abattu mercredi nuit sur une colline de Petega dans la province du Soum ; 18 autres  personnes ont été interpellées et des armes récupérées (média)//Le général Mathias Doué, 71 ans, ancien chef d’état-major de l’armée ivoirienne (2000-2004) est décédé, jeudi 23 mars, à l’âge de 71 ans, ( fille Nancée Doué)  //« Le Burkina Faso est aujourd’hui considéré comme un succès démocratique, et un modèle de bonne gouvernance en Afrique », Président du Faso. 
Flash info :

Les kogl-weogo, « koglables » ou « inkoglables » ?

25/02/2016
19:42

Qui est contre les Kogl-weogo ? Pourquoi tant de craintes et de prudence ? Voyez comment ces Kogl-weogo comblent le « trou » laissé par nos « loyalistes » et restez optimistes. Avant, pour un braquage, vous pouviez confier votre âme au diable et entrer en enfer. Vous pouviez appeler qui vous voulez, ils mettront du temps pour arriver, s’ils ont du carburant, s’ils ont des hommes, s’ils ont assez de munitions… Aujourd’hui, en cas de braquage, plus besoin de numéros vert, les kogl-weogo ont le feu vert. Surtout ne parlez pas de monde à l’envers, leurs procédures ne sont pas « aussi sévères que cela » : quelques coups de gourdin par-ci, des coups de fouet par-là, juste pour accoucher de la vérité. Non, ne parlez pas de torture, combien ont été torturés à trépas dans les « locaux officiels ». Il y a eu mort d’homme ? Vous voulez une liste des bavures infligées par les « réglos » à de pauvres innocents ? Nous n’en citerons pas une seule. Vous avez dit « Droits humains » ? Vous avez criez « justice » ? Ne vous en faites pas, les kogl-weogo ne se trompent « jamais », ils ont un flair surhumain et un sens élevé de l’équité doublé de tact. Oui, c’est vrai qu’ils ne commettent pas à l’accusé un avocat, mais que voulez-vous au juste ? Quand un kogl-weogo crie « au voleur », c’est un voleur. Et puis, ne dites plus qu’ils sont expéditifs et fautifs sans motif. Avec les kogl-weogo, on gagne en temps de procédure, en énergie et en paperasse. Point de cachet pour valider un acte, point de signature pour authentifier ce qu’on peut abréger. 
Le tribunal est ouvert à tous, l’interrogatoire ne se fait pas dans un isoloir, les délibérations sont les plus expresses du monde. 
Les kogl-weogo sont concrets, ils sont à la fois agents de police et juges. Et malgré le poids de la responsabilité de cette double casquette, ils restent droits dans leurs bottes. De toute façon, ils bottent rarement en touche. 
Vous voulez invoquer un article, un alinéa ou une jurisprudence ? Taisez le « gros français », la connaissance tue l’action. Kogl-weogo de toutes les contrées, nous vous croyons, nous vous suivons tête baissée. Peu importe si d’autres pays l’ont expérimenté avec amertume, ça n’arrive qu’aux autres et pourquoi voulez-vous que l’histoire se répète chez nous ? Vous pensez qu’ils peuvent être subversifs ? Vous pensez même qu’ils peuvent un jour tenir tête aux loyalistes ? Non, tout de même ! La preuve, la bataille de Sapouy n’a pas eu lieu ; vous voyez que les loyalistes ont négocié l’arme au pied et il n’y a même pas eu d’escarmouche. Qu’est-ce que vous dites encore ? Les kogl-weogo ont des armes à feu ? D’où viennent ces armes ? Ont-ils des permis de ports d’arme ? Le diable se trouve dans les détails. Ne vous attardez pas trop sur les moyens, voyez plutôt la fin ! Et de grâce, arrêtez de parler de supplice, pire de  « milice » et ne versez pas dans la malice. « Poliquement », ce n’est pas correcte, démocratiquement, c’est discutable, déontologiquement c’est incertain, mais « allons seulement » !
Dormez donc tranquille et sans cauchemar, les kogl-weogo veillent où les « autres »  devaient être. Circulez sans souci, les kogl-weogo vous suivent dans les radars. N’ayez plus le cafard ! Les kogl-weogo n’ont pas de numéro vert, mais ils sont ouverts 24/24. 
Les kogl-weogo n’ont pas de lunettes à vision nocturne, mais ils transpercent les mystères de la nuit pour dénicher les camouflages de tous âges. Les kogl-weogo n’ont pas reçus de formation en renseignement ou en enquête ; ils n’ont ni girocoptère ni téléphone satellitaire ni GPS, mais ils rivalisent de prouesse et de rendement avec les « pros ». 
Pourquoi s’en défaire alors ? Pourquoi s’en priver dans une situation de privation sécuritaire ? D’ailleurs, et si on leur décernait quelques barrettes de reconnaissance pour « sévices », pardon, pour service rendu avec passion à la nation sans bastion ? Attention, vite, dans les rangs et serrez les fessiers, les kogl-weogo arrivent ! Gare à vous, pardon, garde à vous !


Clément ZONGO
clmentzongo@yahoo.fr





30
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR





>IMAGE DE LA CITE





> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus