Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Lutte contre le terrorisme: Une marche silencieuse du rond-point des Nations Unies au cafe Istanbul le samedi 19 août, à 9 heures.//Attaque café Istanbul: Le président Alpha Condé est annoncé ce jeudi 17 août  à Ouagadougou//Le président du Faso décrété un deuil national de 72 heures à compter de ce lundi//Bilan de l'attentat 18 morts, 2 assaillants tués,  22 blessés ( Procureur du Faso).//« Je condamne avec la plus grande énergie l’attentat ignoble qui a endeuillé Ouagadougou dans la nuit de dimanche à lundi » (Président du Faso) //«J’adresse mes condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés », (Président du Faso)//Attentat à Ouagadougou : le Gouvernement a mis en place un dispositif de prise en charge gratuite des victimes. (Ministère de la Santé).
Flash info :

Chronique : Etre seule ou mal accompagnée ?

17/03/2016
22:01

Arrêtez de culpabiliser la fille là ! Cessez de la martyriser et épargnez-lui vos reproches et autres insultes à peine voilées. On ne se marie pas comme on parie au loto et celles qui se sont précipitées au foyer se sont vite brûlées les ailes. Le mariage n’est pas un habillage fait de maquillage et de saupoudrage. C’est un alliage de cœur pétri de raison et cimenté par la confiance. On ne se jette pas dans les bras du premier venu comme on se baigne dans la mare aux caïmans. C’est vrai, le rêve de tout parent est de voir sa fille dans un foyer, heureuse et épanouie, mais de quel foyer parle-t-on ? De nos jours, la vie de couple n’est plus une priorité et ceux qui vivent déjà ensemble savent qu’il ne suffit pas d’aimer ou de s’aimer pour semer le bonheur à deux. Bien sûr, le début de toute aventure nous apporte l’euphorie mais en vérité, tout cela n’est qu’allégorie de la folie et de la monotonie. Même la fleur n’est plus symbole d’amour. A la place des pétales dorées de la rose qui s’épanouie, il n’y a que des épines. La noix de cola de la dot laisse parfois un arrière-goût plus amer que le poison de la ciguë. Le sel de l’amour se lessive dans le gel de la discorde. Il n’y a pas de foyer parfait, certes, mais il faut éviter de jeter sa fille en pâture à des aventuriers sans scrupules, parfois ridicules. Laissez donc vos filles chômer chez vous, le foyer n’est pas une fin en soi. Mieux vaut être seul que mal accompagné ! Il y a des parents qui donnent même un ultimatum à leur « coli encombrant » : « si tu ne te trouves pas un mari d’ici à la fin de l’année, tu quitteras ma cour ! » Le géniteur est formel, son rejeton doit forcément s’arracher un homme dans le délai indiqué. Après un an de coexistence pacifique, la fille-mère revient au bercail avec un bébé sous l’aisselle et une bedaine pleine d’histoires. Elle éduquera le morveux malaimé avec indifférence et accouchera d’une « souris » qui grandira comme un poteau, inflexible.
Il y a aussi des filles qui s’adonnent à un « steeple-chase » implacable par-dessus les haies et les obstacles, à la recherche du mari introuvable.  Elles sont prêtes à tout pour s’offrir le mâle de leur vie. Peu importe qu’il soit bon ou mauvais ; de toute façon « il n’y a pas son bon ». Le plus important est de s’enfiler un anneau au bout du doigt et être sous un toit, le reste viendra avec un peu de foi. Malheureusement, ce sont toujours les « enfants de chœur » qui subissent les histoires de cœur. Ce sont généralement les mieux éduqués qui ramassent les bouquets fanés. Même la belle apprivoisée du couvent échouerait dans nos foyers d’aujourd’hui. Pourquoi donc chercher coûte que coûte l’homme qui n’existe plus ? Pourquoi se précipiter vers le précipice pour sacrifier à une tradition qui n’est désormais que dérision et déraison ? Oui, on vous regardera du coin de l’œil, on vous toisera avec dédain et les potins ne manqueront jamais. Recevez les coups mais ne vous jetez pas dans la gueule du loup.
Il faut que la société change. Il faut que les hommes se ravisent. Il faut que les parents rectifient le tir. Notre génération a perdu le sens des valeurs et l’honneur n’est plus un mérite. La parole donnée n’est que du papier mâché et seuls les dupes croient encore au mariage. Oui, j’entends susurrer qu’il suffit de croire en Dieu, mais combien y croient encore. Si vous voulez marier votre fille, fermez les yeux et abandonnez-la dans les mains du charmant loup aux yeux doux qui se plie en quatre pour vous tendre la main. Donnez-leur un an et commencez à compter vos va-et-vient pour les missions de facilitation et de médiation. Et n’oubliez pas de supporter les incohérences de la belle-famille. Courez vers les témoins et vous vous rendrez compte que leurs témoignages portent parfois les germes du divorce. Alors, laisse ta fille tranquille ! Quant à toi qui rêves de robe blanche et de marche nuptiale, attention au tapis rouge qui emballe. 


Clément ZONGO
clmentzongo@yahoo.fr



52
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus