Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Le Président Roch Marc Christian KABORE assistera le 18 février 2017 à Banjul, à la célébration de la fête nationale de la Gambie (communiqué)//Bientôt les membres du dernier gouvernement de Luc Adolphe TIAO à la barre(Parquet général près la Haute Cour de Justice)//Recherches au Mali et au Burkina pour retrouver une religieuse colombienne enlevée  
Flash info :

Activités littéraires de la SNC 2016 : Les Editions Sidwaya n’ont pas manqué le rendez-vous

03/04/2016
17:15

Les activités littéraires à la Semaine nationale de la culture sont une vitrine pour les acteurs de la littérature sous toutes ses formes. Les Editions Sidwaya n’ont pas manqué l’occasion d’installer leur stand à l’Institut français de Bobo-Dioulasso afin de se donner plus de visibilité. Constat sur place ce vendredi 1er avril 2016.

Les Editions Sidwaya a déposé ses bagages à la 18e édition de la SNC pour se donner plus de visibilité et marquer ses traces à la biennale à l’Institut français de Bobo-Dioulasso qui abrite les activités littéraires. On constate des le premier regard, une exposition de différents numéros de journaux, d’éditions spéciales, et de flyers. La mission principale de l’équipe est de faire la promotion des Editions Sidwaya, de montrer les innovations aux lecteurs. Konwoman Rufin Paré, chef de service des ventes des Editions Sidwaya, chargé de conduire l’équipe d’exposition a mentionné en quelques mots : « Sidwaya est entré maintenant dans les techniques de communications modernes. Nous proposons l’abonnement à Sidwaya mobile et numérique. Pour 45 000 F CFA l’année, vous avez droit à l’information en temps réel et avant tout le monde à partir de 22h la veille en numérique dans votre boîte mail ». Malgré le peu d’engouement et le peu d’intérêt porté à la lecture par les Burkinabé, l’équipe de Sidwaya ne se plaint pas de son passage à la SNC. « Les choses se passent plus ou moins bien parce que nous sommes logés à une enseigne où il n’y a pas assez de mobilisation. Les gens sont beaucoup plus du côté de la foire et ils oublient qu’à l’Institut français, il y a aussi des stands », a expliqué Konwoman Rufin Paré. Malgré cela, il a affirmé tirer son épingle du jeu d’autant plus que quand on regarde la configuration de la société burkinabé, ce n’est pas tout le monde qui s’intéresse à la lecture ou qui s’achète un journal. L’affluence n’est pas des grands jours, mais cela ne désenchante pas Sidwaya. 
« Nous sommes fiers de notre participation et si cela était à refaire, c’est sans regret que nous serons la », a conclu le chef d’équipe. 

Ini Heredia Inès HIEN


30
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE





> Edito

20/02/2017 15:05
13/02/2017 00:34
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus