Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Le Président Roch Marc Christian KABORE assistera le 18 février 2017 à Banjul, à la célébration de la fête nationale de la Gambie (communiqué)//Bientôt les membres du dernier gouvernement de Luc Adolphe TIAO à la barre(Parquet général près la Haute Cour de Justice)//Recherches au Mali et au Burkina pour retrouver une religieuse colombienne enlevée  
Flash info :

Gestion des cantines scolaires : doit-on légaliser une pratique illégale ?

14/04/2016
19:39

S’il y a un sujet qui défraie actuellement la chronique, c’est bien la «guerre» entre les enseignants de l’école primaire de Fanka, située à 17 Km de Kaya et les « Kogl-weogo ». Ces derniers auraient fait irruption dans ledit établissement scolaire pour intimer l’ordre au directeur de rendre un sac de vivres, qu’il voulait aller remettre à une enseignante. En plus de l’humiliation subie devant ses élèves, ce dernier a été sommé de payer la somme de 30 000 F CFA comme amende au « délit de vol » de vivres destinés aux enfants par les groupes d’auto-défense. Si l’action des « Kogl-weogo » de faire irruption dans l’établissement scolaire, violant de facto les franchises scolaires est condamnable, le comportement du premier mis en cause n’est pas excusable. « Subtiliser » des vivres destinés à la cantine scolaire, cette pratique illégale tant à s’ériger en règle dans nombre d’établissements scolaires. Combien d’enseignants ont été appréhendés dans la nuit « noire » en train de s’éclipser avec des sacs de maïs, de riz, des bidons d’huile…destinés à la cantine scolaire ? Combien sont-ils à user de divers stratagèmes pour se « servir » dans la dotation des élèves ? L’on ne saurait les dénombrer. Or, ces derniers savent bel et bien qu’aucun texte ne les autorise à se « lécher » les doigts en donnant de la nourriture aux bambins. Ce comportement est à proscrire. Car, les éducateurs doivent être ceux-là même qui inculquent aux enfants, les notions de bonne gestion et de transparence. A ce titre, ils doivent veiller à ne pas être les principaux « spoliateurs » de leur alimentation.  Il est temps de se ressaisir…et les autorités en charge de l’éducation doivent ouvrir le bon œil pour éviter que de telles situations qui ternissent l’image de la profession d’enseignant ne se reproduisent.


.....................................................................................................................................
Règlement de factures d’eau: à quand la fin du calvaire ?

Régler sa facture d’eau relève de nos jours, d’un véritable parcours du combattant. De longues files d’attente, passer une journée entière sans pouvoir régler sa facture... C’est le constat « désolant » qui s’offre aux clients de l’ONEA dans les différents guichets de paiement. Face à cette situation, une seule explication revient sur les lèvres des guichetiers : « le manque de connexion ». Mais, aucune voix officielle ne pipe mot sur le calvaire des clients de cette denrée rare. La colère gagne, de jour, en jour les populations qui veillent devant les rares guichets fonctionnels pour régler leur dû. Dans sa stratégie d’innovation, la nationale de l’eau a initié le règlement de factures via la téléphonie mobile. Contre toute attente, cette méthode s’est révélée inefficace depuis belle lurette. En témoignent, les multiples plaintes  de nombreux clients. « J’ai réglé ma facture. Mais, je ne comprends pas pourquoi, on me colle une pénalité ? », « Airtel money a coupé mon argent, mais ma facture n’a pas été réglée », telles sont les plaintes des usagers. A quoi sert de vanter les multiples avantages d’un produit qui n’est pas censé satisfaire le client. Pire, ce désagrément  le met en situation irrégulière au fil des mois tout en contribuant à gonfler les rangs des uniques guichets qui disposent d’une connexion. Il est grand temps que l’ONEA prenne des mesures idoines pour éviter que payer sa facture ne soit plus un cauchemar pour les citoyens. Cela passe nécessairement par l’ouverture de plusieurs nouveaux guichets, de disposer d’une bonne connexion et de veiller à ce que le service de paiement électronique soit « impeccable ».  




33
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE





> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus