Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Flash info :

Infrastructures scolaires : la mutation des classes sous paillote en marche

29/05/2016
19:36

Le chef du gouvernement, Paul Kaba Thiéba, a présidé, le jeudi 26 mai 2016 à Fada N’Gourma, le lancement des travaux de réalisation d’infrastructures éducatives  au titre de l’année en cours. Pour marquer le début du programme présidentiel, 160 écoles sortiront de terre d’ici la rentrée scolaire prochaine.

L’engagement du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré d’en finir avec les écoles sous paillote dans les villes et campagnes, est entré dans sa phase d’exécution. En effet, le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a lancé les travaux de réalisations de 160 infrastructures éducatives, le jeudi 26 mai 2016, dans la cité de Yendabli. Les autorités de Fada N’Gourma et les acteurs de l’éducation ont salué l’engagement du gouvernement à offrir aux enseignants et aux élèves, un cadre adéquat de travail. Pour le préfet, président de la délégation spéciale  de Fada N’Gourma, Lamine Traoré, la situation éducative de sa commune n’est pas des plus reluisantes. « Les écoles sous paillote sont au nombre de 82 pour la seule commune de Fada. Derrière les paillotes se cachent des difficultés en tous genres dommageables à l’efficacité de nos écoles», a soutenu M. Traoré. Venu traduire sa reconnaissance pour cette initiative qui soulage les élèves et leurs enseignants, le président de l’Association des parents d’élèves (APE) de l’école de Baapougni, Mandobiga Yentéma a relevé que les salles de classe qui verront le jour feront des heureux. « En cette année, les 267 élèves que compte notre école ont commencé les cours sous les arbres et dans le froid. C’est dans le mois de décembre que nous avons pu réaliser des hangars. Je pense aux milliers d’écoles comme Baapougni, où nos enfants et leurs enseignants sont exposés durant l’année scolaire au soleil, à la poussière, au froid, au vent et aux pluies », a déploré M. Yentéma.

Normaliser les classes sous paillote en 5 ans

Avec ce lancement, c’est un ambitieux programme du président Kaboré qui vise à normaliser les infrastructures éducatives sous paillote qui prend forme. « Le gouvernement s’est engagé à commencer dès cette année, la résorption des écoles sous paillote. Dès 2016, nous allons régulariser déjà 160 classes sous paillote sur plus de 4300 que compte le pays. Cela marque le démarrage d’un important programme de réalisations d’infrastructures scolaires pour nos enfants. La politique du gouvernement se repose sur 3 piliers à savoir, la gouvernance, la croissance économique et la qualité des ressources humaines. On ne peut pas bâtir une nation sans une ressource humaine de qualité», a affirmé le Premier ministre. C’est pourquoi, a-t-il dit, le gouvernement fait de la question de l’éducation, une priorité. A en croire le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly, ce sont 310 nouveaux collèges, 45 centres de formation technique et professionnelle, 20 lycées professionnels, 286 lycées et 13 lycées scientifiques dans les chefs-lieux de régions qui verront le jour avant la fin du quinquennat. Pour lui, le choix de la région de l’Est n’est pas fortuit. Il a indiqué que cette région compte le plus  de salles de classe sous paillote parmi les 13 régions du « pays des Hommes intègres ». En 2014-2015, a poursuivi le chef du département en charge de l’éducation nationale, la région de l’Est comptait à elle seule, 724 salles de classe sous paillote sur les 4 353 que compte le Burkina Faso, soit plus de 16%. « Il y a seulement quelques mois, le président Roch Marc Christian Kaboré prenait l’engagement de régler définitivement la question des salles de classe sous paillote. La présente cérémonie marque la priorité accordée par le président du Faso à l’éducation. C’est l’expression du respect de la parole donnée dans le cadre du contrat de confiance qui le lie au peuple burkinabè», a souligné le ministre Coulibaly. Le ministre a aussi décliné le programme de construction des infrastructures de 2016. « Outre les 160 complexes programmés au titre de la résorption des classes sous paillote, 200 CEG, 9 nouveaux lycées, 79 salles de classe pour l’érection de 33  CEG en lycées, 4 centres de formation technique et professionnelle seront construits. A cela, il faut ajouter, 2 lycées scientifiques, 2 lycées professionnels, 40 équipements de laboratoire et 20 forages au profit des lycées », a précisé le ministre. 
Il a aussi souligné que face aux difficultés que les agences privées ont éprouvées par le passé, la décision est prise de confier la maîtrise d’ouvrage délégué à une agence publique notamment l’Agence conseil en construction en maîtrise d’ouvrage délégué (ACOMOD) pour la réalisation des travaux. 

Moussa CONGO


177
Partager sur Facebook

> Recherche



>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

11/11/2018 20:24
04/11/2018 21:38
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus