Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289

France : Huguette Tiegna, burkinabè d’origine, élue député de La République en Marche, parti du président français Macron.//Sahel : Un programme d’urgence de 415 milliards de FCFA entre 2017-2020 (Conseil des ministres).//Galian 2017: Sidwaya remporte les Galian en reportage, en enquête  et plusieurs prix spéciaux.

Flash info :

Francis Désiré Bandré, directeur général de Burval Security and Equipments (BSE):"L’extincteur n’est pas un objet décoratif "

02/09/2016
16:15

 La société Burval Security and Equipments (BSE)  anciennement  "Burval Incendie” est  l’une des sociétés pionnières au Burkina Faso exerçant depuis plus d’une quinzaine d’années  dans le secteur de la sécurité incendie et électronique. Dans l’interview qu’il  a nous accordée son directeur général, Francis Désiré Bandré, s’exprime sur les récentes évolutions de ladite  société  et sur biens d’autres sujets d’actualité liés à la sécurité.  

 Sidwaya (S) : Présenter succinctement votre société à nos lecteurs ?

Francis Désiré Bandré (F.D.B.) : Merci  de  nous  ouvrir les colonnes de votre journal  pour nous permettre de  parler de la société Burval Security and Equipments ( BSE) anciennement Burval Incendie  dont l’objet social est  de fournir avec professionnalisme des équipements et des solutions de sécurité incendie et électronique à travers ses interventions sur l’ensemble du cycle incendie (fourniture et installation  d’extincteurs, de robinet d’incendie armé(RIA),  de poteaux d’incendie  de solutions  d’extinction manuelle à travers les extincteurs,  les poteaux d’incendie, de solutions de détection et d’extinction automatique) et électronique ( vidéo protection , contrôle d’accès , dispositifs anti intrusion…).Nous faisons également la fourniture d’Equipements de protection Individuelle (EPI)  et  d’équipements de prévention, d’évacuation  et de secours ( système de désenfumage, consignes de sécurité , éclairages de sécurité).Elle  assure pour tous les équipements et les solutions qu’elle fournit ; la maintenance  et la formations des utilisateurs dans le respect strict des règles des normes et des dispositions  légales. Aujourd’hui, notre   société de par sa nouvelle dénomination  commerciale  s’ouvre sur d’autres secteurs d’activité comme l’informatique, les télécommunications  et l’énergie. BSE  de par  ses compétences et de ses capacités  d’intervention  se déploie  dans la sous-région ouest africaine  et dans d’autres  pays africains, en synergie avec d’autres filiales sœur membres du groupe BBS HOLDING dont la  spécificité est d’exercer essentiellement  dans divers métiers de la sécurité touchant à la  sécurité des biens et des personnes , la télésurveillance la sécurité rapprochée ( BBS Sécurité et H24)  ; le transport sécurisé des fonds et des valeurs la gestion des automates de banque( Burval Corporate), la  formation en sureté sécurité ( DSTA )  

S. Qui sont vos partenaires ?

F.D.B. :D’emblée, il faut dire que nous  entretenons de bonnes relations de partenariat avec l’Etat burkinabè d’abord à travers ses organismes spécialisés dans notre domaine de compétence  et qui nous a agréé comme structure compétente pour les études techniques de  sécurité touchant à l’incendie  et la panique   dans les constructions. Ensuite  nous avons d’excellentes relations avec des fournisseurs mondialement reconnus pour la qualité de leurs équipements et leurs professionnalismes dans tous nos domaines d’intervention. Nous entretenons enfin  de bonnes relations avec les entreprises professionnelles agissant dans le domaine que nous  et nous avons même créer  ensemble un groupement  dénommé   Groupement des Professionnels pour la Prévention et la Sécurité des risques d’incendie et de Panique (GPPSP) qui  œuvre à   professionnaliser davantage  ce  secteur sensible dans lequel nous évoluons et à défendre les intérêts de nos membres  par  des actions de lobbying  et de sensibilisation. Notre société assure en ce moment  la présidence de ce groupement de  par la confiance de ses membres.  

S. Quelles sont les principales  innovations de votre structure dans son évolution récente ?

F.D.B. : BSE est l’émanation de la  volonté de nos partenaires et de  la nécessité pour nous de mettre en phase le  nom commercial de notre société en parfaite adéquation avec ses domaines d’intervention actuelle et de ses ambitions  de développement qui l’amène aujourd’hui à  s’ouvrir vers  d’autres secteurs d’activité. En termes d’innovation , il est surtout question des nouvelles activités  que nous abordons sérieusement avec l’appui  d’un certain nombre de partenaires notamment des fabricants  et   fournisseurs de solutions et d’équipements de qualité dans les domaines que sont les télécommunications, l’informatique, l’énergie.Il faut dire qu’aussi bien pour ce qui concerne nos activités traditionnelles de sécurité électronique que de sécurité incendie   que  pour les nouvelles activités sur lesquelles nous  sommes entrain de nous investir, notre société aura certainement besoin de renforcer  ses capacités d’intervention  aussi bien en équipements qu’en ressources humaines compétentes pour continuer de bénéficier  la confiance  de nos clients et répondre avec célérité à leurs demandes.

S : Dans un domaine sensible comme la sécurité, est-ce normal de tolérer la vente des produits de sécurité contrefaits ? 

F.D.B. Avant toute chose, je dirai que chaque fois que nous abordons les questions de sécurité toute négligence et tout amateurisme doit être banni. Au-delà de notre vocation commerciale, nous agissons en prenant conscience du fait que nous engageons avec tous nos clients et partenaires une responsabilité sur un secteur sensible dans lequel nous exerçons. Il s’agit principalement d’assurer la sécurité des personnes et  des biens contre les risques d’incendie et de panique et en cela, seuls les équipements fabriqués en respect des normes techniques et règlementaires doivent être acceptés. De plus dans ce secteur très exigeant en termes règles, de normes et de qualité, le  professionnalisme doit être de rigueur.

S : Comment reconnait-on un extincteur de qualité ?

F.D.B. : L’ingéniosité des personnes qui s’adonnent à des actes de contrefaçon dans la présentation de leurs produits  recommande de notre part  beaucoup de prudence. La   précaution essentielle à prendre est de s’assurer de la compétence et des qualifications des fournisseurs et prescripteurs à vous conseiller quand à la qualité et au type d’extincteur qui puisse répondre à votre besoin ,car un extincteur d’incendie n’est efficace que s’il répond aux normes et s’il  est adapté au type de feu qu’il est appelé à combattre.Ces fournisseurs et prescripteurs  professionnels   engagent  leur responsabilité en cas de sinistre. Ils vous assistent également  en termes de formation et de maintenance. 

S : Des propriétaires de véhicules en flamme dans la rue essaient souvent d’éteindre le feu avec de l’eau, des branches d’arbre ou même du sable. Quel est le bon geste à faire lorsqu’on achète une voiture ?

 F.D.B. :Nous assistons en effet à des spectacles désolants et navrants   de sinistres d’incendie  touchant des  véhicules,  des   domiciles, des structures commerciales, et  administratives, dus soit à des actes  crapuleux ou à des  accidents. Dans tous les cas ce qu’il faut retenir, ce sont les conséquences très dommageables sur des vies humaines,  des biens  très chèrement acquis,  avec un fort impact négatif sur la pérennité de nos activités économiques et un effet d’entrainement, à savoir le  chômage. Il y a donc lieu  que chacun prenne conscience de ce risque d’incendie en respectant les dispositions légales et règlementaires  tout  en faisant appel à des pressionnels du secteur pour  une meilleure assistance. La loi et les règles normatives prescrivent par exemple pour ce qui concerne les véhicules automobiles  et de transport  une obligation de posséder  un ou plusieurs extincteurs aux normes et éviter avec prudence et vigilance, les équipements de  contrefaçon  qui servent à tromper la vigilance des forces de  sécurité lors des différents contrôles menés par ces derniers. De plus, il faut savoir que l’extincteur est l’outil de première intervention le plus performant pour maitriser tout début d’incendie notamment sur les véhicules qui sont fabriqués avec divers alliages  hautement combustibles et qui fonctionnent avec des  hydrocarbures qui les exposent à un fort risque d’incendie. Je finirai en disant que c’est plus que recommandé de se mettre en disposition  un équipement d’extinction mais il est impératif de ne pas en faire un objet  de décoration   en vaillant à en connaitre sa parfaite utilisation pour les  cas de survenu d’incendie De plus, il faut ajouter que ce qui est prescrit pour les véhicules dans le cadre de la sécurité incendie est  valable dans une dimension plus grande pour les habitations, les établissements recevant du public( ERP),  les immeubles à grande hauteur ( IGH) pour lesquels il ya une obligation, avant d’entreprendre leur construction,  de mener des études de sécurité incendie  et de mettre en œuvre toutes les recommandations prescrites dans ces études pour prévenir , faire face aux cas d’incendie, et pourvoir déployer efficacement les moyens d’évacuations et de secours. Il ya lieu également pour ces installations de procéder régulièrement à des audits pour actualiser les dispositifs sécuritaires en place.

S. Avoir un extincteur, c’est bien mais il faut savoir l’utiliser?

F.D.B. : La formation est très  importante. Si vous respectez les dispositions légales en vous procurant un extincteur, mais que vous ne savez pas l’utiliser, cela ne sert à rien. L’extincteur n’est pas un objet décoratif. Il faut en maîtriser parfaitement l’utilisation  en suivant les formations dispensées par les structures compétentes comme les nôtres.  

S.  Et concernant les équipements de protection individuelle(EPI) ?

F.D.B. : Parlant toujours d’équipement, la loi du travail recommande qu’un certain nombre de dispositions soient prises pour sauvegarder l’intégrité et la sécurité des travailleurs sur leurs lieux de travail. Pour certaines personnes qui travaillent dans des conditions à risque (les miniers, les agents du BTP…), il faut que ces travailleurs  se prémunissent en se dotant d’équipements  de protection individuelle (EPI) qui sont par exemple  les chaussures, les casques, les gants, les lunettes. Conçus  pour répondre à ces besoins de protection.

S : Concernant les immeubles, Ouagadougou est en chantier, êtes-vous consulté pour la sécurité des ouvrages en construction notamment ceux qui reçoivent de grands publics?

F.D.B. :L’Etat burkinabè nous fait confiance en tant que professionnel du secteur en nous   octroyant  un agrément pour mener des études de sécurité contre l’incendie et contre la panique pour tous ceux qui désirent entreprendre des travaux de construction. Cet agrément nous a été délivré à partir d’une évaluation basée sur un certain nombre de critères qui sont, entre autres, le professionnalisme, le  savoir-faire, le  respect des règles et des normes de même que  les compétences de nos partenaires qui nous accompagnent dans ce sens. Nous sommes de plus en plus  sollicités pour ces études qui  sont indispensables pour la constitution des dossiers de demande d’autorisation de construire 

S. Les actes de malveillance, précisément le terrorisme, sont  une préoccupation des Burkinabè, tenez-vous compte de cette nouvelle donne dans vos offres ?

F.D.B. :Notre domaine d’intervention comme je le disais tantôt intègre les aspects de prévention à travers les solutions de vidéo protection de contrôle d’accès  et de  fournitures d’un certain nombre d’équipements comme les détecteurs de métaux, les portiques de détection, les SAS blindés, les scanners à bagages, etc. pour  prévenir et dissuader toute personne  qui voudrait se livrer à ces actes de malveillance. Cependant à la base,  nous devons tous d’abord d’avoir un  comportement vigilant pour détecter  et dénoncer tout comportement suspect comme nous le recommandent nos autorités publiques spécialisées dans le domaine de la sécurité Après, il appartient aux opérateurs exerçant dans les secteurs recevant du publics  de se mettre à disposition  ces  équipements de filtrage et de contrôle  dont j’ai parlé tantôt pour limiter au maximum les intrusions malveillantes. Ils doivent également mettre l’accent sur les audits réguliers de leurs dispositifs sécuritaires et sur la formation de leurs travailleurs à de meilleurs comportements. 

S. Quel est votre mot de la fin ?

F.D.B. : C’est  de remercier l’ensemble de nos clients de qui nous bénéficions d’une confiance toujours grandissante. C’est grâce à eux et à l’ensemble de nos partenaires que nous sommes entrain d’aborder une autre étape de la vie de notre entreprise par la consolidation de nos acquis et par  la diversification de nos activités et de nos offres afin de continuer de répondre de façon qualitative aux besoins et aux exigences de  nos marchés. 

Alassane KERE 


603
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE






> Edito

18/06/2017 20:25
11/06/2017 19:59
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus