Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Urgent/Zimbabwe: Robert Mugabe démissionne (président du Parlement).//Burkina : L’ancien Premier ministre (1992-1994), Youssouf Ouédraogo est décédé ce samedi 18 novembre, à Abidjan.//Football : Eliminatoires Coupe du monde, le Burkina bat le Cap-Vert (4-0)/Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation 2017 : le Nigérian Emmanuel Mayah remporte le Sebgo d’or //Prix de la meilleure Journaliste 2017 du Burkina : Habibata Wara, lauréate.//La région du Centre est la plus touchée par la dengue avec 2 553 cas suspects et 9 décès.
Flash info :

TIC au Burkina Faso : Une pétition pour protéger les droits des entreprises

06/10/2016
22:09

Le président directeur général de « BAKOU LOGISTICS », Mamadou Banakourou Traoré, vient de lancer une pétition afin que l’Assemblée nationale adopte une loi faisant des Technologies de l’information et de la communication (TIC), des services essentiels au développement au Burkina Faso. L’initiateur a présenté son projet à la presse, le 6 octobre 2016 à Bobo-Dioulasso.



Le président directeur général (PDG) de BAKOU LOGISTICS, Mamadou Banakourou Traoré dit avoir organisé la pétition afin d’amener les autorités burkinabè à faire des Technologies de l’information et de la communication (TIC), un service essentiel au développement du Burkina Faso. La pétition est accessible en ligne sur le lien https://goo.gl/forms /GAR0nuTPSDKfvw6p2. Il entend la déposer à l’Assemble nationale afin que celle-ci prenne des lois qui protègent mieux les droits des entreprises utilisant les TIC. 
C’est la récente grève des agents de l’ONATEl qui a inspiré M. Traoré à entreprendre une telle démarche, afin de protéger les secteurs économiques axés sur les technologies de l’information et de la communication, d’accroitre la productivité et d’encourager l’innovation. Selon lui, « le débrayage à l’ONATEL a fait perdre à son entreprise un quart de son chiffre d’affaires mensuel ». En outre, il n’a pas permis à sa société de payer à temps ses employés, parce que sa banque était sans connexion. 
Les banques, les entreprises de logistiques, les services de transfert d’argent, les entreprises de communication ou les revendeurs d’unités, ont été touchés par cet arrêt de travail. « Il est impensable qu’en 2016, tout un pays soit pris en otage par une compagnie de télécommunication, de surcroît étrangère », a martelé le PDG de « BAKOU LOGISTICS », pour qui l’internet n’est plus un luxe, mais une nécessité. Il faut alors prendre des dispositions pour faire  de l’internet un service incontournable pour le développement, protéger les droits de ceux-là mêmes qui l’utilisent, et rendre accessible cet outil à toute la population burkinabé. Mamadou Banakourou Traoré  a alors invité la population à signer la pétition pour l’intérêt du pays. 


Adaman DRABO






300
Partager sur Facebook

Commentaires - Ajouter un commentaire - Voir tous les commentaires (1)
Posté parOuattara Dimitri - 10/10/2016 à 14:52:16
Le lien pour la pétition est cassée. Pourrez vous le modifier? Merci

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus