Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

2e forum de la CEDEAO sur les bonnes pratiques en santé: les pays membres partagent leurs expériences

07/11/2016
10:59

Grand Bassam, l’ancienne capitale de la Côte d’Ivoire, a vibré, du 26 au 28 octobre, au rythme des activités de l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS). Le 2e forum de la CEDEAO sur les bonnes  pratiques en santé s’y tenait sous le thème : « Promouvoir  les innovations en santé de la reproduction, de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent en lien avec  les ODD ».

Quatre sous-thèmes étaient au menu des travaux des  décideurs, des chercheurs, des experts, des professionnels  de la santé  des pays membres de  l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS), une institution de la CEDEAO, et de ses partenaires venus du monde entier. Il s’agit des réformes institutionnelles, des ressources humaines en santé, des technologies sanitaires,  des transferts des connaissances,  politiques et programmes basés sur l’évidence. Tous ces sous-thèmes sont agrégés à un thème principal : « Promouvoir  les innovations en santé de la reproduction, de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent en lien avec  les ODD ».L’objectif de la rencontre est de faire la promotion et la diffusion des bonnes pratiques en santé, pour accélérer la mise en œuvre, efficace et efficiente, des programmes prioritaires des pays membres  de la CEDEAO. Ainsi, le forum s’est donné pour tâche d’identifier les bonnes pratiques et approches novatrices en vue de formuler des recommandations et des résolutions à l’intention des ministres de la Santé des pays de l’espace CEDEAO. La bonne pratique s’entend comme « un processus, un procédé, outil,  principe ou expérience de mise en œuvre d’un programme ou d’une intervention de santé, fondé sur des bases factuelles (avec des critères  bien définis) qui permet d’améliorer les résultats attendus ».  A l’ouverture des travaux, le directeur général de l’OOAS, Dr Xavier Crespin,  a rappelé  que le développement  socio-économique et l’intégration régionale prônée par les pères fondateurs de la CEDEAO reposent en grande partie sur un pilier essentiel : une population en bonne santé.  Et  que cette santé dépend pour une large part du niveau de fonctionnement des systèmes de santé qui doivent bénéficier d’une attention particulière pour les rendre capables de prévenir les maladies, de restaurer la santé et de participer à la promotion des conditions favorables pour tous les citoyens de la CEDEAO.Pour lui, ce forum vise à promouvoir la culture de partage d’expériences ; à mobiliser et aligner toutes les parties prenantes clés sur les priorités régionales et nationales ; à impulser et catalyser le changement pour des réformes appropriées dans les systèmes de santé ;  à suivre et évaluer les progrès réalisés par les pays membres dans la réplication et le passage à l’échelle des bonnes pratiques en santé. La Côte  d’Ivoire,  pays hôte  de la rencontre  a,  selon le représentant du Premier ministre ivoirien, patron de la cérémonie d’ouverture, Raoul Kouakou, une culture de bonnes pratiques dans tous le  domaine de la santé en plein passage à échelle.  Il s’agirait,  entre autres, de l’école des maris, une approche impliquant étroitement des maris  dans le suivi de santé de la mère et de l’enfant ; de la campagne contre les grossesses en milieu scolaire ; de l’application systématique des  techniques de lavage des mains et la présence des dispositifs de lavage des mains dans les établissements sanitaires, scolaires et les lieux de restauration et  de l’expérimentation du E-learning qui consiste à  une formation à distance  aux agents de santé. Cependant, il reconnaît que les établissements de santé sont confrontés à de nombreux défis dans leur recherche de la qualité, de l’efficacité et de l’efficience de leurs services. « Un des défis est sans nul doute l’accès en temps opportun, aux connaissances appropriées, permettant une offre de services inspirée des meilleures pratiques. C’est pourquoi, je salue l’initiative de l’OOAS d’harmoniser et de coordonner les politiques et stratégies sanitaires dans l’espace CEDEAO »,  a-t-il signifié.

 « 11e  enfant d’abord…  »

Le Burkina Faso  était présent à ce forum. Il  a partagé ses expériences à travers des communications dont entre autres , celles  du Pr Charlemagne Ouedraogo sur « l' amélioration de l' offre des soins obstétricaux par la délégation des tâches à l'hôpital  du district sanitaire de Bogodogo »,  de Dr Bruno Ki sur « l' expérience du mentorat dans un vaste projet de planification famille (PF) du secteur public de la santé » et de la Directrice de la santé de la famille du ministère de la Santé, Dr Ramatou Sawadogo, sur  « l'introduction de la PF du post-partum  dans la formation de base des sages-femmes et gynécologues-obstétriciens comme stratégie pour le passage à l'échelle ».Les partenaires comme l’OMS et l’USAID ont aussi apprécié l’initiative de l’OOAS à travers ce forum sur les bonnes pratiques  dont le thème portant sur la santé de la reproduction est d’actualité. Dans le domaine de la  santé,  « les choses changent   lentement et ne changent pas à la fois ». La représentante du directeur régional de la mission de l’USAID en Afrique de l’Ouest, Rachel Cintron, l’a illustré à travers son histoire personnelle. « De 1995 à 1997, j’étais volontaire avec le corps de la paix en Côte d’Ivoire, installée dans le village  de Worodougou au nord-ouest. Dès mon arrivée au bureau de l’USAID Afrique de l’Ouest, j’ai eu l’opportunité de lancer le projet Agir PF en Côte d’Ivoire. Cela m’a permis de retourner à Worodougou. J’y ai retrouvé mon ancien collègue et ami le plus proche ainsi que les femmes éducatrices avec lesquelles j’avais travaillé 20 ans auparavant. Ce village a maintenant une clinique avec maternité, une sage-femme et un infirmier. Mon ami est devenu le conseiller du chef du village. Il était très fier de me présenter son 11e  enfant avec sa 2e  femme. Il prend le soin de me dire 11e  d’abord car Dieu pourrait  lui donner encore plus.  J’ai demandé s’il y avait des contraceptions à la clinique et on m’a répondu oui (…) ». A travers son histoire, Mme Cintron veut montrer que ceux qui travaillent en faveur d’un futur meilleur pour les jeunes devraient mieux comprendre et partager leurs expériences et leçons apprises pour accélérer le progrès dans l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD).Le  forum des bonnes pratiques en santé est une recommandation de la 15e session  ordinaire de l’assemblée des ministres de la Santé de la CEDEAO, tenue à Monrovia en avril 2014. La 1ère édition  a eu lieu à Ouagadougou en 2015. 

Boureima SANGA
De retour d’Abidjan en Côte d’Ivoire
bsanga2003@yahoo.fr


91
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus