Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289

Violence à Tialgo : Les affrontements entre Koglweogo et populations ont fait 5 morts et plusieurs blessés. //Tialgo : le gouvernement burkinabè déplore les pertes en vies humaines et présente aux familles éplorées ses condoléances. 

Flash info :

Postes de contrôles : la garde a baissé

24/11/2016
20:12

Postes de contrôles : la garde a baissé


Les multiples attaques qu’a connues le Burkina Faso, ces derniers mois avaient sonné l’alerte à tous les niveaux. Comme un seul homme, les Burkinabè avaient décidé de faire front contre les menaces terroristes sous toutes ses formes. Multiplications des postes de contrôles aux postes frontières, sur les grandes voies, dans les hôtels, restaurants…étaient des mesures qui rassuraient les populations. Les campagnes de dénonciations lancées par les autorités pour signaler tous cas et des individus suspects étaient aussi les mesures envisagées pour «prévenir» les actes terroristes. Le Burkina Faso a décidé de ne plus croiser les bras dans les assassinats lâches de ses filles et fils. Mais, quelques mois après cette vaste campagne de protection de ses citoyens, force est de constater que la volonté qui animait les Burkinabè, afin d’en finir avec les attaques terroristes, est en train de faiblir. Les postes frontières manquent de personnels, les attaques aux frontières sont légions, surtout dans la partie Nord du territoire. Sur les axes routiers, les sorties et entrées des villes, la vigilance n’est plus de mise. Les véhicules et les personnes ne sont plus contrôlés avec la rigueur d’antan. Certains véhicules ‘’fonds  rouges’’ sont exemptés de tout contrôle. Dans les restaurants, les hôtels, les fouilles ne sont plus minutieuses comme aux premières heures de l’alerte à la défense et à la sécurité des personnes sur tout le territoire national. La vigilance n’est plus de mise. Les Burkinabè semblent ne plus « craindre » les terroristes. Or, le combat contre cet ennemi invisible doit être perpétuel. Ce n’est pas une lutte gagnée d’avance. Donc, tous doivent ouvrir le bon œil pour contrer les forces du mal dont la technique de combat est la surprise. Les contrôles aux points et recoins stratégiques doivent se faire avec beaucoup de rigueur pour éviter des surprises désagréables. ….C’est à ce prix que la quiétude sera la chose la mieux partager en terre burkinabè. Donc, vigilance à tous les niveaux.

.....................................................................................................................................

Insalubrité dans les centres de santé : N’empirez pas le mal des patients

La propreté ne semble pas être la chose la mieux partagée autour de nous. 
Or, la saleté qui a des conséquences graves sur notre santé se déporte de plus en plus dans nos formations sanitaires. Les centres de santé sont devenus par excellence, des « dépotoirs » pour certains individus. Sans se soucier des personnes qui ne demandent que guérison, laquelle rime avec la propreté, des individus trouvent le malin plaisir de salir ces lieux. Et ce, au grand dam du personnel soignant. 
Que dire des accompagnants qui se « pavanent » à longueur de journée dans les couloirs des hôpitaux en jetant des ordures. Ils y sont pour quelque chose. Souvent, au nombre de trois, quatre, voire cinq, ils ne trouvent pas de lieu idéal pour se débarrasser de leur  reste d’aliments et des déchets de tout genre. Ils contribuent à empirer le mal des malades. Ignorance ou inconscience ? En tous les cas, la réalité est amère. Il convient que les autorités en charge de la santé prennent des mesures idoines pour  que la recherche de la guérison ne tourne au pire. La recherche de la santé ne doit pas conduire à la mort. Garder les locaux de nos formations sanitaires propres est un impératif. Il y va de la santé de tous.




46
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE





> Edito

21/05/2017 19:13
14/05/2017 19:48
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus