Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Lutte contre le terrorisme: Une marche silencieuse du rond-point des Nations Unies au cafe Istanbul le samedi 19 août, à 9 heures.//Attaque café Istanbul: Le président Alpha Condé est annoncé ce jeudi 17 août  à Ouagadougou//Le président du Faso décrété un deuil national de 72 heures à compter de ce lundi//Bilan de l'attentat 18 morts, 2 assaillants tués,  22 blessés ( Procureur du Faso).//« Je condamne avec la plus grande énergie l’attentat ignoble qui a endeuillé Ouagadougou dans la nuit de dimanche à lundi » (Président du Faso) //«J’adresse mes condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés », (Président du Faso)//Attentat à Ouagadougou : le Gouvernement a mis en place un dispositif de prise en charge gratuite des victimes. (Ministère de la Santé).
Flash info :

Dégâts des animaux sauvages : Environ 15 millions de F CFA pour 76 victimes

08/01/2017
18:18

Le Fonds d'intervention pour l'environnement (FIE) a remis, le mercredi 28 décembre 2016 à Ouagadougou, des chèques de 310 mille à plus d’un million de F CFA, aux victimes de dégâts causés par les animaux sauvages dans les différentes régions du Burkina Faso.

Le dédommagement des agriculteurs victimes de dégâts causés par les animaux sauvages est aujourd’hui une réalité, suite au décret portant condition et modalité de réparation. En effet, ils sont entrés en possession de leur chèque, le mercredi 28 décembre 2016 à Ouagadougou. Sur 77 dossiers de constats de dégâts venus des différentes régions du Burkina Faso, 76 ont été validés. Le dossier rejeté l’a été parce que, selon le ministre en charge de l’environnement, Batio Nestor Bassière, les dégâts causés par les singes ne sont pas visés à l’article 5 dudit décret. «  Les animaux concernés sont les éléphants, les hyènes, les lions, les hippopotames, les crocodiles du Nil  à museau de gavial, les crocodiles des marais et les buffles, qui ont eu à dévaster des champs, des greniers de céréales et des vergers », a-t-il clarifié. Et d’ajouter que le fonds alloué pour l’indemnisation des 76 victimes s’élève à environ 15 millions de F CFA et les localités les plus touchées sont dans la région de l’Est et plus précisément dans les provinces de la Tapoa et de la Kompienga. Le président du groupe thématique « Forêt-faune », Paul Djiguemdé, par ailleurs directeur général des Eaux et Forêts, a, pour sa part, souligné que les dégâts d’animaux sont une préoccupation de l’ensemble des régions. Le montant des dédommagements varie de 310 mille  à plus d’un million de F CFA. Parmi les dix victimes qui ont reçu symboliquement leur chèque, c’est le producteur de la région de l’Est, Bapougnini Sagna qui a eu la plus grande indemnisation à hauteur de 1 359 000 F CFA. Il exploitait une grande rizière à en croire M. Djiguemdé et elle a été dévastée par des hippopotames, contrairement aux autres victimes dont la majorité a reçu la ‘’visite’’ des éléphants dans leurs champs. « J’ai été victime depuis le mois d’août et avec ce montant, je pourrai nourrir ma famille pendant au moins un an », s’est réjoui le producteur Sagna. Le président Paul Djiguemdé a expliqué que le fait qu’il y ait une différence par rapport aux montants s’explique, d’une part, par l’espèce de l’animal « fautif » et, d’autre part, la superficie du champ de la victime. Il a noté qu’à l’avenir, certaines espèces pourraient être prises en compte si toutefois, elles s’avèrent endémiques. Le 1er responsable du département en charge de l’environnement, M. Bassière a rassuré les populations qu’avec la mise en œuvre du Fonds d'intervention pour l'environnement (FIE) et avec le guichet « Faune-forêt » qui vient d’être mis en activité, toutes les questions relatives à ces conflits trouveront des solutions idoines. « Des dispositions seront prises pour ne pas permettre aux animaux de quitter leur milieu naturel et il s’agira également pour l’homme d’éviter de les provoquer lorsqu’ils vivent dans leur milieu naturel », a prévenu le ministre Bassière.

Afsétou SAWADOGO


82
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus