Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289

Violence à Tialgo : Les affrontements entre Koglweogo et populations ont fait 5 morts et plusieurs blessés. //Tialgo : le gouvernement burkinabè déplore les pertes en vies humaines et présente aux familles éplorées ses condoléances. 

Flash info :

Editorial : Vaincre le signe indien !

08/01/2017
19:05

"On ne veut plus de cette situation à Bouaké. On est fatigué des agissements des militaires. Vivement que le président Ouattara trouve une solution définitive à leurs problèmes", a lancé Adama Coulibaly, un enseignant de Bouaké dans une des dépêches de notre confrère AFP, dimanche 8 janvier 2017. Cet appel traduit, en réalité, le souhait de nombre d’Ivoiriens face aux agissements répétés des détenteurs de kalachnikov. Ils ont marre du comportement de ceux qui sont censés maintenir le calme et la paix. Tirer des rafales de kalachnikov et des armes lourdes pour réclamer «le paiement de primes, des augmentations de solde, une promotion plus rapide entre les grades et des logements », il n’y a que sous nos tropiques qu’on voit pareil spectacle. De Bouaké à Abidjan (caserne d'Akouédo) en passant par Man (Ouest), Korhogo (Nord), Daloa, Odienné, les soldats sont sortis, de jeudi jusqu’à samedi, de leurs casernes. Heureusement que le calme est revenu dimanche à Bouaké et ailleurs en Côte d'Ivoire après l'annonce d'un accord avec les soldats. « Je confirme mon accord pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l’amelioration des conditions de vie et de travail des soldats », a annoncé, samedi, Alassane Ouattara dans une brève déclaration retransmise à la télévision, tout en regrettant la méthode employée par les soldats pour faire valoir leurs revendications.
Dans un pays, où les populations ont dejà trop payé un lourd tribut, on ne peut qu’avoir peur face à de telles manifestations. Le triste souvenir de plus de 3000 morts pendant la crise post-electorale de 2010-2011 est encore présent en Côte d’Ivoire. On se souvient également qu’en décembre 1999 à Abidjan, la mutinerie des militaires avait débouché sur la chute de l’ex-président Henri Konan Bédié (1993-1999). L’on sait, en outre, que la rébellion du Nord (2001-2011) est partie de Bouaké, avec à sa tête Guillaume Soro, actuellement président sortant de l’Assemblée nationale ivoirienne et dont le successeur est désigné ce lundi 9 janvier 2017. 
Les manifestations des soldats cachent-elles d’autres intentions ? Pourquoi tout est parti de Bouaké? Une certaine opinion pense qu’il pourrait s’agir d’un avertissement à la veille de l’élection du président du Parlement au cas où leur ancien compagnon de lutte, Guillaume Soro, dont on dit être en mauvais terme avec le président Alassane Ouattara ne serait pas réélu. On va espérer qu’il s’agisse effectivement de revendications de meilleures conditions de vie et de travail et non politiques. Osons croire aussi que même si l’adversaire de Soro à cette élection, Evariste Edouard Tié Méambly, succédait à Guillaume Soro, les militaires ne broncheraient pas.
 En tous les cas, il va falloir vaincre le signe indien dans ce pays. Faire en sorte que les armes se taisent définitivement en Côte d’Ivoire passe, entre autres, par une bonne rédistribution des richesses. Certains pensent que avec «ADO la solution », l’argent ne circule pas. La vie est devenue plus chère.
D’autres voient leurs anciens camarades mener une vie de luxe au sortie de la crise post-électorale alors qu’à leur niveau, il n’y a vraiment pas eu de changement fondamental. Ce qui pourrait être un motif de frustration.
Pourtant sur le terrain des infrastructures visant à développer la Côte d’Ivoire poussent. Preuve que Alassane Ouattara tente d’ajouter de la terre à la terre. Que les Ivoiriens le comprennent, aucun développement ne peut se faire dans un contexte de crépitement d’armes. Et la Côte d’Ivoire est mieux indiquée pour éviter les tensions. Attention pour ne pas trop tirer sur la corde !

Par Rabankhi Abou-Bâkr Zida 
rabankhi@yahoo.fr


247
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE





> Edito

21/05/2017 19:13
14/05/2017 19:48
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus