Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Le Président Roch Marc Christian KABORE assistera le 18 février 2017 à Banjul, à la célébration de la fête nationale de la Gambie (communiqué)//Bientôt les membres du dernier gouvernement de Luc Adolphe TIAO à la barre(Parquet général près la Haute Cour de Justice)//Recherches au Mali et au Burkina pour retrouver une religieuse colombienne enlevée  
Flash info :

Un conducteur de taxi moto à la barre

09/01/2017
21:41

« ministère public contre le caporal Madi Ouédraogo et 28 autres » se sont poursuivis, le lundi 9 janvier 2017 au Tribunal militaire de Ouagadougou. Huit accusés dont le  sergent-chef  Ali Sanou, le sergent Ollo Stanislas Poda et l’un des deux civils inculpés, Guiré Sibiri Gilbert, conducteur de taxi-moto sont passés à la barre.

Dans l’affaire «ministère public contre le caporal Madi Ouédraogo et 28 autres», ils étaient huit inculpés à passer  à la barre, le lundi 9 janvier 2017, pour répondre des charges «d’association de malfaiteurs» et de «détention illégale d’armes».  Parmi ces accusés, le sergent-chef Ali Sanou plaide non coupable «de participation à une association de malfaiteurs depuis la Côte d’Ivoire». Pour lui, étant absent du pays au moment des faits, il n’était au courant d’aucune réunion pour planifier une attaque pour libérer des deux généraux de la Maison d’arrêt et de correction de l’armée (MACA). Par contre, il a dit être informé par son frère d’arme défunt, le sergent Alexandre Yougbaré, d’une initiative de certains soldats pour trouver des solutions en vue de retrouver leurs matériels perdus lors de la dissolution de RSP. «J’ai contracté un prêt de plus de 1 600 000 F CFA à la banque et lors des évènements, j’ai perdu cet argent au Conseil de l’entente ainsi que tout mon matériel de maison. Ce qui me préoccupait c’était de retrouver mes matériels», a soutenu le sergent-chef Ali Sanou. A l’entendre, c’est dans le cadre de l’affaire de l’attaque de la poudrière qu’il a été arrêté à Léo lors d’une opération au cours de laquelle son frère d’arme, le sergent Alexandre Yougbaré a trouvé la mort.  Il a affirmé donc se reconnaître dans le dossier attaque de Yimdi et de coup d’Etat, desquels il a promis  de faire un grand déballage lors desdits procès. Mais, a-t-il ajouté, il ne reconnait pas les faits à lui reprochés dans cette affaire d’attaque de la MACA. «Je suis content d’être devant le tribunal aujourd’hui parce qu’à la gendarmerie on m’a dit que nous allons périr sans jugement. Le juge m’a dit qu’il a reçu l’ordre de m’inculper du fait que je suis dans l’affaire attaque de Yimdi», a indiqué le sergent-chef Sanou.  Le sergent Ollo Stanislas Poda, poursuivi  aussi pour association de malfaiteurs depuis la Côte d’Ivoire, a plaidé non coupable. A entendre ses dires, il n’a pris contact avec personne au pays pendant son exile en Côte d’Ivoire. Qu’était allé chercher le sergent Poda à Ouangolodougou, en Côte d’Ivoire,  en décembre 2015 pendant que le sergent-chef Ali Sanou y était ? A cette question de l’accusation, le sergent Poda a indiqué qu’il  s’agissait d’une simple coïncidence. Selon lui, il est parti à Ouangolodougou deux fois pendant la période indiquée pour voir d’abord son oncle et ensuite son épouse. Toutefois, a-t-il précisé, c’est dans une gare qu’il a aperçu le sergent-chef Sanou dans un car en partance pour une autre ville. 

Un incident au cours du procès

L’un des deux civils inculpés dans cette affaire a comparu lors de cette audience du lundi 9 janvier. Gilbert Sibiri Guira, conducteur de taxi-moto est poursuivi pour détention illégale d’armes. Pour M. Guira, c’est par l’entremise du co-accusé Alassane Cheik Ouédraogo, alias Ladji, mari de sa grande sœur, que le colis contenant les armes s’est retrouvé chez lui. « C’est un soir à la descente que Ladji, qui est un marabout, m’a appelé pour me dire de venir prendre une commission pour amener chez moi. Je précise que là où je dors, c’est dans une zone non-lotie appartenant à Ladji», a indiqué Gilbert Guira à la Cour. Et d’ajouter : «La commission était dans un sac bien attaché. Et Ladji m’a dit d’aller le mettre dans un trou dans la cour et qu’il viendra chercher quand il en aura besoin. C’est ce que j’ai fait». Pourquoi M. Guira n’a pas cherché à voir le contenu du sac ? En réponse à cette question de la Cour, l’inculpé a indiqué qu’il arrive que les marabouts aient certains sacrifices ou offrandes qu’ils ne veulent  pas qu’on découvre.
Cette audience a été marquée par un incident qui a amené la Cour à observer une deuxième suspension du jour pour échanger avec les acteurs impliqués. En effet, pendant la première suspension, un greffier serait venu menacer les inculpés  en leur disant «qu’ils vont périr en prison». Toute chose dénoncée par la défense comme étant des actes d’intimidation à l’égard de leurs clients. «Ces actes du greffier ne mettent pas le tribunal dans une bonne posture. S’il le dit, c’est comme s’il est dans les secrets de Dieu. Il veut dire qu’il est déjà au courant de ce qui va être décidé. C’est une attitude regrettable», a souligné Me Ollo Larousse Hien de la défense. Les interrogatoires reprennent aujourd’hui mardi à 8h30.


Lassané Osée OUEDRAOGO


809
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE





> Edito

20/02/2017 15:05
13/02/2017 00:34
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus