Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Ce cynisme déconcertant de Kabila

06/02/2017
19:22

La mobilisation pour  rendre hommage à l’opposant historique congolais, Etienne Tshisekedi, décédé le mercredi 1er février 2017, ne faiblit pas à travers le monde, depuis que la nouvelle a été portée au public. Dimanche dernier, des milliers de sympathisants de la diaspora congolaise de l’Europe ont rallié Bruxelles, la capitale belge où le corps de cette figure emblématique de l’opposition était exposé pour un ultime hommage, avant d’être rapatrié en République démocratique du Congo (RDC), sa terre natale. Venus majoritairement des mégalopoles belges, de la France, du Royaume-Uni et d’Allemagne,  ils ont tous tenu à venir s’incliner sur la dépouille de leur mentor politique, entouré de fleurs et de portraits. Démocrate convaincu,  Etienne Tshisekedi aura consacré toute son existence à la défense des principes et valeurs de la république. L’ouverture de l’espace démocratique dans son pays au début de la décennie 1990 est ainsi à mettre à son actif, ce qui lui vaut le surnom de  « père de la démocratie congolaise ». 
Pour l’heure, toutes les familles politiques congolaises, qu’elles soient de l’opposition ou de la majorité présidentielle, semblent respecter une sorte de trêve à la mémoire de « l’homme à la casquette ». Mais passées les funérailles, dont la date n’est pas encore connue, il faut craindre de nouvelles querelles entre opposition et majorité sur la suite des accords signés en fin décembre. Le choix de la personne qui assumera les fonctions de président du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA), en remplacement de Tshisekedi, pourrait constituer le premier point d’achoppement. En effet,  l’accord politique arraché sous la houlette des évêques pendant la Saint Sylvestre a été perçu comme une lueur d’espoir par nombre de Congolais qui pensaient illusoirement avoir atteint le bout du tunnel. Eux, qui ont assisté à tous les spectacles d’horreur du président Kabila,  réputé pour la répression de ses concitoyens opposés à sa candidature pour un troisième mandat jugé « de trop ».  Dans son camp, l’opposition congolaise craint que le décès de son leader charismatique n’entraine la remise en cause des accords par la majorité plus ou moins versatile. La peur des opposants est d’autant plus justifiée que le calendrier de la présidentielle, prévue pour décembre 2017 par l’Accord et qui cristallise toutes les attentions, pourrait ne pas être respecté. Et les adversaires de Kabila-fils ont de quoi douter, tant l’homme qui n’entend pas larguer les amarres, n’hésite pas à faire feu de tout bois pour préserver son fauteuil. Ces derniers sont mieux placés pour le savoir !  Passant pratiquement  pour un caméléon,  le chef de l’Etat  a annoncé vouloir organiser des « funérailles dignes d’un ancien Premier ministre » pour celui qui aura été son challenger principal de tous les temps. D’aucuns  voient  à travers  le discours présidentiel, un  cynisme déconcertant,  puisque la mort de Tshisekedi  parait  être une aubaine aux yeux de Joseph Kabila, qui doit certainement jubiler au fond de lui, à l’idée que le chemin vers sa réélection semble désormais dégagé. Comme quoi, « le malheur des uns fait le bonheur des autres !». Mais c’est mal connaître les compagnons de route du président de l’Union pour la démocratie et le Progrès social (UDPS), plus que jamais déterminés à poursuivre le combat de leur leader. Car pour eux, la seule manière de rendre hommage à Etienne Tshisekedi, arraché à leur affection au lendemain de l’accord politique, est de tout faire pour empêcher le président sortant de briguer un troisième mandat.  Ils ne font d’ailleurs pas mystère de leur intention de maintenir la flamme à la face du monde. Les opposants pourraient  mobiliser davantage de militants et de sympathisants, vu  l’estime que les populations  portent à l’illustre disparu et à ses idées. Cette  marque de considération pour  Tshisekedi, couplée à  la baisse drastique du pouvoir d’achat des citoyens,  n’augure pas de lendemains meilleurs au pays de Patrice Lumumba.  Que le Congo soit en paix pour que le défunt opposant ne se retourne pas dans sa tombe !  



Beyon Romain NEBIE
nbyonromain@yahoo.fr





30
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus