Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Le Président Roch Marc Christian KABORE assistera le 18 février 2017 à Banjul, à la célébration de la fête nationale de la Gambie (communiqué)//Bientôt les membres du dernier gouvernement de Luc Adolphe TIAO à la barre(Parquet général près la Haute Cour de Justice)//Recherches au Mali et au Burkina pour retrouver une religieuse colombienne enlevée  
Flash info :

Ne perdons pas le combat

13/02/2017
00:34

Le Sahel burkinabè fait parler de lui depuis des mois. L’anxiété terroriste pèse de plus en plus sur les habitants et surtout sur les représentants de l’Etat dans cette partie du pays. Des hommes armés sèment impunément la peur et même la mort au sein des populations. Le dernier acte en date est l’assassinat d’un conseiller municipal de Soboulé et de son fils, le 4 février dernier par des individus non encore identifiés, à Yorsala dans le Loroum. Le danger est donc réel. Ce n’est pas exagéré que d’affirmer que l’heure est grave. Et la vraie riposte est très attendue. Il n’y a point de temps à perdre, sinon le septentrion burkinabè risque de subir le même sort que celui du Mali. A tous ceux qui veulent remettre en cause les fondements du Burkina Faso, la liberté des Burkinabè, la laïcité de l’Etat et l’unicité de son territoire, il faudrait leur opposer la résistance et le combat qui siéent.
 Certes, les présidents du G5 Sahel (Mali, Niger, Mauritanie, Tchad et Burkina Faso) semblent conscients de la menace, au vu des décisons issues de leur sommet de Bamako, le 6 février dernier. Mais si les Burkinabè attendent l’appui de la communauté internationale, très lente en réaction, avant de traquer ceux qui tuent et projettent d’ailleurs installer leur base au Burkina, nous périrons. 
La bataille sera longue et rude, mais là où il y a la volonté, l’on peut remporter des victoires. L’ennemi d’en face ne plaisante pas et poursuivra son dessein funeste tant qu’il ne rencontrera pas de la résistance. L’attentat-suicide perpétré à Gao, le 18 janvier 2017, contre le camp du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), chargé de déployer les patrouilles mixtes et revendiqué par Al-Mourabitoune, est la preuve que la nébuleuse est prête à tout pour ne pas perdre la face. «L’heure est à l’action et à l’engagement. Nous avons le devoir et l’obligation de nous y investir davantage pour mettre hors d’état de nuire tous les groupes terroristes qui écument la bande sahélo-sahérienne. Si nous n’agissons pas vite, de manière vigoureuse à la dimension de la menace, notre espace deviendra inéluctablement un sanctuaire terroriste», a prévenu Idriss Déby Itno du Tchad. Et comme aucun des chefs d’Etat conviés à Bamako ne souhaite que son territoire devienne un sanctuaire terroriste, chacun devra d’abord compter sur soi-même, tout en espérant la collaboration du voisin.
Du côté du Burkina, l’on note le renforcement des effectifs des forces de défense et de sécurité dans le Nord, de même que le matériel. Mais ce n’est pas suffisant. Il faut aussi s’assurer que ceux qui y vont sont des hommes d’expérience, motivés et maîtrisant le matériel mis à leur disposition. Sans être spécialiste, il convient de leur prodiguer en outre un conseil : « nous sommes en situation de guerre au Sahel et il ne faut jamais baisser la garde ». Par ailleurs, il est nécessaire de trouver des astuces pour rapprocher les troupes des populations locales qui sont très souvent méfiantes. En d’autres termes, il faut établir la confiance entre FDS et populations. Qui connaît mieux le Sahel que les Bellas, les Arabes et autres nomades qui l’habitent ? Ils semblent pourtant négligés, voire ignorés alors qu’ils sont les vraies mines d’informations pour les FDS. Rassurer et sonner la mobilisation des habitants du Nord pour combattre les terroristes, c’est la voie royale pour renforcer le renseignement. Nous ne devons pas perdre ce combat.


Par Rabankhi Abou-Bâkr Zida 
rabankhi@yahoo.fr




170
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE





> Edito

20/02/2017 15:05
13/02/2017 00:34
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus