Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289

Violence à Tialgo : Les affrontements entre Koglweogo et populations ont fait 5 morts et plusieurs blessés. //Tialgo : le gouvernement burkinabè déplore les pertes en vies humaines et présente aux familles éplorées ses condoléances. 

Flash info :

L’OTRAF "ne rackette pas" sur le corridor du Ghana

14/02/2017
15:20

Les responsables de l’Organisation des transporteurs routier du Faso ont animé une conférence de presse pour dénoncer les accusations porté sur eux par l’association des Burkinabè vivant au Ghana sur le fret du corridor ghanéen. Le face à face a eu lieu le mardi 14 février 2017 à Ouagadougou.

 Le 7 février dernier des logisticiens conduits par Romuald Sawadogo, président des burkinabè vivant au Ghana ont accusé l’Organisation des transporteurs routiers du Burkina Faso (OTRAF) de monopole inégal du fret burkinabè passant par le Ghana et de racket. 

En guise de réponse les responsables de l’OTRAF ont, aussi, animé un point de presse pour disent-ils rétablir la vérité. De l’avis de Issoufou Maïga, président national de l’OTRAF, les accusations portées à eux et à leur structure par Romuald Sawadogo et son équipe sont fausses. L’objectif visé par les détracteurs de M. Maïga, de son point de vue, est la diffamation de l’OTRAF et la poursuite des intérêts égoïstes et personnels. Selon Issoufou Maïga, l’association des burkinabè vivant au Ghana n’est ni une société de transport, ni une organisation de transporteurs.

Ils ont, en outre, dénoncé les propos tenue par Bonaventure Kéré, un président du syndicat des transporteurs routier et voyageurs du Burkina  qui a affirmé que « toute la chaine de transport jusqu’au sommet de l’Etat est corrompue » Concernant les « allégations de Kéré Bonaventure sur une prétendue perception de 50 000 FCFA à 100 000 FCFA par voyage, nous lui lançons un défi de nous présenter un transporteur qui a été victime de racket de la part de notre représentation, ou s’il est concerné, qu’il nous apporte la preuve », a martelé le premier responsable de l’OTRAF.

Il a reconnu, par ailleurs, que l’OTRAF perçoit 10 000 FCFA par chargement au titre de cotisation conformément au statut de l’association.M. Maiga et ses collaborateurs ont assuré qu’ils ne vont pas laisser le contrôle du transport, leur gagne-pain, aux mains de « soi-disant transitaires ou détracteurs du secteur des transport ».

Vont-ils intenter une action contre Romuald Sawadogo pour diffamation ? A été une des préoccupations de la presse. Le président de l’OTRAF a indiqué qu’ils auront des concertations internes afin de décider de la conduite à tenir. L’OTRAF a été créé en 1995. Elle s’est implantée en 1999 au port de Téma pour prendre en compte le fret du corridor du Ghana. 

Steven Ozias KIEMTORE
kizozias@yahoo.fr 


148
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE





> Edito

21/05/2017 19:13
14/05/2017 19:48
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus