Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Burundi : l’ancien président de la Transition, Michel Kafando, nommé haut représentant de l’ONU.//La condamnation à la prison à vie de l’ancien président Tchadien, Hissene Habré confirmée en appel//Tin Akoff : Les deux personnes enlevées à In Abao, ce jeudi, ont été retrouvées ( Ministère de la Sécurité)// La Haute cour de justice a renvoyé  au 4 mai prochain, le procès des membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré//Liberté de presse 2017 : Le Burkina est classé 1er en Afrique francophone, 5e en Afrique et 42e au plan mondial.//Restez connectés sur le site web de Sidwaya pour plus d'informations nationale et internationale//
Flash info :

Sécurité minière: 77 jeunes de l’Est sortis du chômage

16/02/2017
19:34

L’agence de sécurité Techno Security, a présenté les agents de sécurité nouvellement recrutés au profit de la mine d’or de SEMAFO/Boungou, le lundi 13 février 2017 au site de la société situé dans la commune de Partiaga, province de la Tapoa. Ce sont au total soixante-dix-sept jeunes du terroir qui sortent ainsi du chômage.

Les jeunes nouvellement recrutés et formés par l’agence Techno Security sont désormais aptes à assurer la sécurité des biens et des personnes de la mine de SEMAFO/Boungou dans la commune de Partiaga, dans la Tapoa. Leur présentation aux responsables de la mine, aux autorités locales et aux leaders communautaires est intervenue, le lundi 13 février 2017. Ces nouveaux agents de sécurité prêts à servir, est le couronnement d’un long processus mené en étroite collaboration avec les autorités communales avec l’implication effective des populations locales. Les nouveaux vigiles qui sont au nombre de 77  et majoritairement jeunes, sont essentiellement composés  de 15  anciens vigiles de Techno en service dans la région de l’Est, 9  anciens autres de la mine et 53 nouvelles recrues, garçons et filles, de la région. «  Ils ont été tous jugés aptes pour le premier niveau de  formation à Ouagadougou. Un programme de formation complémentaire devrait leur permettre au bout de 3 mois, d’être mieux outillés pour servir la sécurité de la mine », a expliqué le DG de Techno Security, Idrissa Kaboré.  Un point d’honneur est mis au renforcement de capacité des agents de sécurité pour faire d’eux de véritables professionnels dans le domaine. « Nous sommes engagés dans une dynamique de qualité de service et la prise en compte de la sécurité sociale de nos agents. Les agents sont tous déclarés à la caisse et ont une dotation de trois tenues de travail par an. Nous sommes aussi soucieux de leur bien-être et les agents recrutés pour la mine ont un revenu mensuel minimum de 125 000 F CFA net», a poursuivi la directrice commerciale de Techno Security, Fanta Ouédraogo.

 Promouvoir les emplois au niveau local

Les nouvelles recrues auront pour mission de participer à la sécurité de la mine de SEMAFO/Boungou. Ils sont en majorité issus de la région de l’Est. Les différents intervenants ont salué cette initiative de faire la promotion de l’emploi local, une priorité. Pour le vice-président des ressources humaines de SEMAFO, Alain Melanson, sa structure accorde de l’importance à la main-d’œuvre locale. « Nous sommes heureux de constater que les jeunes sont de la région. Notre engagement est de  contribuer à la lutte contre le chômage et à la promotion de l’emploi au niveau local. A cet effet, nous avons élaboré une feuille de route, une politique en faveur de l’embauche locale. Nous nous assurons que notre politique de recrutement qui met un accent particulier sur l’embauche locale soit respectée par nos sous-traitants également. C’est vraiment important pour nous. », a-t-il expliqué, avant de poursuivre : « Nous sommes fiers que 100% des jeunes qui sont ici viennent de la région parce que je me suis déplacé de Montréal au Canada pour vérifier si notre politique  de main-d’œuvre locale est bien respectée ». Il s’agit là, a-t-il souligné, du début d’un long processus visant à recruter une main-d’œuvre locale et jeune,  de les développer et d’en faire une ressource de qualité non seulement pour la mine, mais aussi pour tout le Burkina Faso par la suite. Il a aussi indiqué que s’il est vrai qu’il y aura une main- d’œuvre technique, la grande partie des emplois, surtout non qualifiés, seront pourvus purement et simplement au niveau local. Un programme de formation de ces jeunes à leurs nouveaux métiers est envisagé pour renforcer leur capacité et leur permettre d’accéder à des emplois plus techniques. Pour le maire de la commune de Partiaga, Boukari Domi, cette démarche de Techno Security et les responsables de la mine offre une opportunité d’emploi à la commune. « Une de nos priorités était de créer de l’emploi pour les jeunes. Nous avons beaucoup de jeunes qui sont sans emploi et cette initiative vient comme un ouf de soulagement pour nous», a conclu M. Domi


Moussa CONGO


137
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR





>IMAGE DE LA CITE








> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus