Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Biochimie : Ablassé ROAMBA desormais docteur

19/02/2017
10:59


Ablassé ROAMBA, a défendu avec brio les travaux de sa thèse de doctorat unique en Sciences Biologiques Appliquées, Spécialités Biochimie des Substances Naturelles. Conduites sous la direction de Martin KIENDREBEOGO, Maitre de Conférences, les recherches ont porté sur le thème : « Phytochimie et potentiel génoprotecteur de la pulpe des fruits de Detarium microcarpum Guill. et Perr. (Caesalpiniaceae) ». Il sort avec la Mention Très Honorable octroyée par le jury présidé par Odile Germaine NACOULMA, Professeur titulaire à l’Université Ouaga I Pr Joseph KI-ZERBO.

 Dans sa présentation, l’impétrant a rappelé le contexte et la problématique de la présente étude en notant qu’actuellement nous avons un environnement très pollué entrainant un afflux massif d’agents génotoxiques à l’intérieur de la cellule.

Ce faisant, la cellule n’arrive plus à contrôler ces agents génotoxiques. Alors, l’ADN finit par être attaqué et dégradé. Et pourtant le matériel génétique est gouverné par cette molécule. Si la cellule est dégradée, il n’y aura plus transformation d’informations d’une génération à une autre. Et cela va conduire au développement de nombreuses maladies. Aussi, des études dans le passé ont montré que la population qui consommait des fruits riches en composés phénoliques avait une réduction des maladies liées au stress oxydatif telles que le cancer, les maladies cardio-vasculaires,… L’étude proprement dite a consisté à comprendre si les fruits consommés par les populations locales pouvaient maintenir l’intégrité de l’ADN. Et ce fruit est Detarium microcarpum, appelé en langues Mooré « kaga » et dioula « tamboli ». Une étude comparative avait révélé que ce fruit a un pouvoir antioxydant très remarquable et largement supérieur à 13 autres fruits sauvages. C’est pour cette raison qu’il a été choisi pour comprendre si elle pouvait protéger l’ADN contre les effets génotoxiques.

Méthodologie

Deux modèles ont été utilisés pour les expériences. Le premier porte sur la souris qui a été nourrie à l’extrait éthanolique pendant 7 jours. Au 7ème jour, le chercheur a injecté à la souris un agent génotoxique, le Cyclophosphamide. Il a constaté que l’extrait réduisait les effets génotoxiques de ce produit, le Cyclophosphamide, utilisé dans la chimiothérapie du cancer. En second lieu, l’expérience a porté sur des lymphocytes humains notamment les lymphocytes B, du fait que toute maladie attaque ces types de cellules. Ici, il s’agit de voir si l’extrait pourrait aussi protéger les lymphocytes humains contre les effets génotoxiques des différents composés rencontrés dans la nature. Après s’être servi de quatre types d’agents génotoxiques, il a constaté de façon surprenante que l’extrait protège totalement l’intégrité de l’ADN contre les agents génotoxiques sur les lymphocytes humains. Ces deux résultats amènent le chercheur à donner l’interprétation suivante : l’utilisation médicinale ou thérapeutique de la pulpe peut premièrement aider la population qui utilise le Cyclophosphamide au cours du traitement du cancer. Deuxièmement, l’utilisation médicinale ou thérapeutique de la pulpe peut aider les populations immunodéprimées ; c’est-à-dire celles qui portent le virus du VIH et de l’Hépatite B dont les cibles premières sont les lymphocytes. Car, si l’extrait protège les lymphocytes contre les dommages du stress oxydatif, il peut aider ces personnes à surmonter ces maladies.

Perspectives

Ces conclusions amènent Dr ROAMBA, a lancé un appel à la population locale de ne pas oublier les fruits sauvages dans leur alimentation. Cela a pour avantages non seulement de valoriser la plante mais aussi d’augmenter le revenu des vendeurs de ces fruits. Et puisque tout doctorat s’ouvre sur des perspectives, Ablassé Romba dit vouloir poursuivre dans ses recherches. En effet, dans l’étude qu’il a menée, les fruits de Detarium Microcarpum, sont pris bouillis et crus. Alors que la matière ciblée n’est pas seule dans le fruit qui du reste, contient des chlorophylles, des protéines,… ; ce qui fait qu’elle dilue la matière active. A l’avenir, les expériences pourraient porter sur une élimination de ces impuretés afin de concentrer au maximum ces composés actifs. Le but ici est de mettre plus tard sur le marché un additif alimentaire riche en composés génoprotecteurs. Et si possible, mener des études approfondies jusqu’à la molécule, pour pouvoir proposer des comprimés afin d’aider les patients du cancer qui sont sous chimiothérapie de Cyclosphospahmide.

Le Service Communication de l’UO1-JKZPhoto 



169
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus