Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289

France : Huguette Tiegna, burkinabè d’origine, élue député de La République en Marche, parti du président français Macron.//Sahel : Un programme d’urgence de 415 milliards de FCFA entre 2017-2020 (Conseil des ministres).//Galian 2017: Sidwaya remporte les Galian en reportage, en enquête  et plusieurs prix spéciaux.

Flash info :

Ministère en charge et des finances : quand le fonds commun divise

22/02/2017
19:26

Ministère en charge et des finances : quand le fonds commun divise

Kantigui a ouï dire qu’au ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), il y a « une guerre » interne entre les agents. En effet, selon la source de Kantigui, le sit-in récemment tenu n’est qu’un écran de fumée qui vise à mettre la pression sur la ministre, Rosine Coulibaly, afin qu'elle signe un arrêté discriminatoire et porteur de conflit entre les agents du même ministère.  Cette même source a affirmé que l'arrêté, dont un groupe de travailleurs exige la signature, prévoit un traitement des agents selon leur école de provenance. « Il prévoit d'accorder 30% du Fonds commun (FC) aux gardiens, agents de liaison, secrétaires, juristes, économistes, sociologues, géographes et à ceux relevant du corps des Affaires économiques. Pour les réquérants, ces agents ci-dessus cités ne relèvent pas des emplois spécifiques du MINEFID. Or, depuis 2007, date à laquelle les deux ministères ont fusionné pour donner le Ministère de l'Economie et des Finances (MEF), il n'y a jamais eu un nouveau décret portant emplois spécifiques », révèle l’informateur de Kantigui. Selon lui, le mouvement ne vise que le corps des Affaires économiques à qui, il dénie le droit de bénéficier du fonds commun alors que ce corps fait partie du MINEFID. Kantigui espère que les agents de ce département sauront s’asseoir autour de la même table afin de trouver une solution au problème qui les divise.


Autorisation d’enseigner : combien de temps dure la signature ?

Le lundi 20 février 2017, Kantigui a reçu dans l’un de ses nombreux bureaux à travers le pays un étudiant en année de licence de mathématiques à l’Université Ouaga1 Pr Joseph-Ki-Zerbo. Il était venu exprimer son mécontentement contre la structure en charge de la délivrance des autorisations d’enseigner. Le visiteur du jour a confié à Kantigui que cela fait quatre mois qu’il a déposé une demande d’autorisation d’enseigner et jusque-là, le document n’est pas encore disponible. Pourtant, selon des sources dignes de foi approchées par Kantigui, le délai d’obtention de ce précieux document est d’un mois. L’étudiant, qui dit ne pas être seul dans cette situation, a signifié à Kantigui que le dernier de ses multiples passages dans les locaux de ladite structure date du vendredi 10 février 2017. Mais à quel niveau se trouve le problème ?, a interrogé Kantigui afin de mieux comprendre. « Chaque fois que nous nous y rendons, les agents nous font savoir que le document n’est pas encore signé et qu’il faut repasser après, sans aucune autre précision », lui a répondu son interlocuteur.
Le hic, c’est que la personne censée signer le « sésame » pour la vacation se trouverait dans un détachement de sa « boîte », localisé au quartier Karpala. De ce fait, il se ferait très rare dans son bureau principal où, pourtant, de nombreux dossiers l’attendent. En plus de cette lenteur dans la signature, il a été soufflé à l’oreille de Kantigui que les agents chargés de la réception des dossiers ne se montrent pas toujours disponibles, car leur bureau est parfois fermé à des heures de service et les usagers ne savent pas à quel saint se vouer. « La première fois que nous y avons été pour le dépôt, on a attendu de 8h à 11h sans pouvoir voir aucun occupant du bureau. Ce n’est qu’à notre deuxième passage que nous les avons trouvés », a fait savoir l’informateur de Kantigui. Les premiers responsables de la structure sont alors interpellés, afin de faciliter la tâche à ceux-là qui sont à la recherche d’autorisation pour faire valoir leurs compétences dans les lycées et collèges du Burkina.


Ouahigouya : une célébration de joie provoque la panique  

Kantigui a entendu des coups de feu  au Yatenga. Au vu de la situation sécuritaire qui prévaut dans cette partie du pays, ce fut la panique aux seins des populations. Des rumeurs selon lesquelles, il s’agissait d’une attaque terroriste  ou d’un affrontement entre des groupes d’auto-défense,  les Koglwéogo,  à Ouahigouya  circulaient sur la toile et sur les lèvres. Fort heureusement, la rumeur a été démentie. Une information officielle de la mairie de la commune de Ouahigouya est venue mettre fin aux supputations, de sorte à rassurer la population. En effet, ces tirs ont été provoqués par des  Koglwéogo, dans la zone non-lotie au secteur n°10 de Ouahigouya (Taamsin). Ces derniers  étaient en réjouissance dans la  matinée du 21 février 2017, pour célébrer    la décoration d’un militaire, admis à la retraite. Kantigui déplore ce genre de comportement qui sème la panique et la confusion dans la cité. 


Province du Tuy : Quatre élèves d’une même école meurent en 48 heures


Kantigui, dans sa quête permanente d’information  a eu vent d’un drame humain qui frappe le paisible village de Laho à une quarantaine de kilomètres de Houndé, dans la province du Tuy. En l’espace de deux jours, quatre élèves de l’école primaire publique de la localité sont décédés. Il s’agit de trois filles et d’un garçon dont deux de la classe de CM2 et du CM1 et un du CP2. Jusqu’au moment où nous tracions ces lignes, les causes de ces décès ne sont pas encore établies. Selon le directeur de l’école, que Kantigui a joint au téléphone, c’est le vendredi 17 février qu’une élève de la classe de CM2, a été prise de violents maux de tête et de forte fièvre. Nul ne savait que c’était le début d’une serie de décès au sein des élèves de l’école. Le directeur de l’école a confié à Kantigui avoir alerté immédiatement ses supérieurs hiérarchiques qui lui ont recommandé de s’adresser au Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) le plus proche, celui de Bohokari. Toutes les victimes présentent les mêmes signes de « douleurs cervicales, forte fièvre, diarrhée, maux de bras ». Aux dernières nouvelles, le Médecin-chef du district sanitaire (MCD) de Houndé et une équipe  se sont rendus à l’école de Laho pour vérifier les conditions d’hygiène de la cantine, les dates de péremption des vivres. Des prélèvements ont été effectués à des fins d’analyses, a-t-on appris. Des tests de méningite se seraient révélés négatifs, mais les professionnels de la santé assurent qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives. Les analyses se poursuivent donc et Kantigui, toujours à l’affût de la moindre information y relative, reviendra sur ce drame qui endeuille tout un village. 


Le ministère en charge de la communication tient sa rentrée parlementaire 2017 

Il est parvenu à Kantigui que le  ministère de la Communication et des relations avec le Parlement (MCRP) organise, le lundi 27 février 2017 à partir de 16 heures, dans la salle de conférence de la Direction générale de la coopération (DGCOOP), une conférence sur le thème : « Le gouvernement dans la procédure législative : état des lieux et perspectives ».
Prévue pour être animée par le Pr Séni Ouédraogo, agrégé en droit public et modérée par Pascal Thiombiano, journaliste, la conférence permettra de mettre en relief le rôle du gouvernement dans la procédure législative au Burkina Faso. 
Les sources de Kantigui lui ont soufflé que cette importante activité du gouvernement est placée sous le patronage du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba et la présidence du ministre en charge de la communication, Rémis Fulgance Dandjinou. 
Cette conférence, a-t-on rapporté à Kantigui,  marque  la rentrée parlementaire à l’occasion de l’ouverture de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale, prévue pour le mercredi  1er mars 2017 à Ouagadougou. 
Au regard de l’intérêt et de l’importance du thème, Kantigui invite  toutes et tous à cette importante activité.


Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(226) 25-31-22-89



322
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE






> Edito

18/06/2017 20:25
11/06/2017 19:59
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus