Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Journée mondiale du rein : intensifier la sensibilisation

06/03/2017
00:00

Chaque 9 mars est commémorée la Journée mondiale du rein. Un moment opportun pour sensibiliser le grand public. Cette année, le thème choisi par l'International Society of Nephrology, est : «Reins et obésité : une vie saine pour des reins sains».  

La Journée mondiale du rein est l’instant idéal pour sensibiliser le grand public à l'importance des maladies rénales, affections silencieuses dont le diagnostic tardif multiplie les conséquences. Il arrive souvent que nombre d'entre elles ne soient dépistées qu'à l'approche du stade terminal ; dans ce cas, le recours à la dialyse ou la greffe est obligatoire. Nos modes de vie actuels, alimentation déséquilibrée, sédentarité, sont des facteurs aggravants et l'augmentation du nombre de patients souffrant de diabète ou d'hypertension artérielle, entraîne une augmentation des cas d'insuffisance rénale. Selon la Fondation française du rein, un adulte sur dix souffre d'une affection rénale, soit près de 600 millions de personnes dans le monde. L'Organisation mondiale de la Santé prévoit une augmentation de la prévalence de la maladie rénale chronique de 17 % dans les 10 ans à venir. Et pourtant, chaque année, en raison d'un diagnostic tardif, des millions de personnes décèdent prématurément d'insuffisance rénale chronique et des complications cardiovasculaires qui lui sont associées. Or, depuis plusieurs années, les maladies rénales, même si elles sont le plus souvent silencieuses, peuvent être détectées et leur évolution ralentie, voire stoppée par des médicaments et des règles hygiéno-diététiques simples.

De l’insuffisance rénale

«L’on peut définir l’insuffisance rénale comme l’incapacité des reins, à éliminer les toxines dans l’organisme et aussi à assurer une certaine constance des liquides et substances qui circulent dans l’organisme. Parce que, ce que l’on mange est utilisé par l’organisme et cela aboutit à des déchets qui doivent être éliminés chaque jour. Et, ces déchets sont éliminés par deux grandes voies : le foie et les reins. Donc, quand les reins n’arrivent plus à assurer cette fonction, on parle d’insuffisance rénale», a expliqué le néphrologue, Pr Adama Lingani.  C’est donc dire que l'insuffisance rénale se caractérise par une incapacité plus ou moins importante du rein à exercer sa mission de filtration du sang ainsi qu'à assurer sa fonction hormonale correctement. Dès lors que les reins ne disposent pas d'un mode de fonctionnement optimal, l'organisme s'empoissonne peu à peu. En effet, les reins ont pour rôle essentiel de purifier le sang en éliminant les déchets qu'il contient. La gravité de l'insuffisance rénale est déterminée par le débit de filtration glomérulaire qui est mesuré par la clairance de la créatinine, c'est-à-dire par le rapport entre le débit urinaire de la créatinine et sa concentration dans le sang. 

Insuffisance rénale aiguë

L'Insuffisance rénale aiguë (IRA) se définit comme une baisse importante et subite du débit de filtration glomérulaire, valeur qui permet d'évaluer le fonctionnement des reins. Le débit de filtration est calculé à partir de la créatininémie, taux sanguin de créatinine, une protéine éliminée normalement par le rein. Il s'estime en millilitres par minute et dépend, entre autres, du sexe et de l'âge du patient. On parle d'insuffisance rénale aiguë lorsque ce débit diminue brutalement : on distingue trois types d'IRA suivant le mécanisme en cause. L'origine peut être située au niveau du rein et être la conséquence d'une pathologie appelée néphropathie : c'est le cas notamment lors d'un arrêt brutal de l'apport de sang au rein, responsable d'une nécrose (mort cellulaire), et donc d'un arrêt de fonction. La cause peut aussi provenir d'une obstruction brutale au niveau des voies de l'écoulement des urines ce qui est le cas en cas de calcul au niveau des deux reins, ou quand un seul rein est opérationnel. Enfin, en cas de baisse de la circulation sanguine filtrée par les reins ce qui est le cas essentiellement en cas de déshydratation, une IRA fonctionnelle apparait. Une IRA peut être secondaire à de très nombreuses causes. 

L'insuffisance rénale aiguë survient de manière brutale sur une durée de quelques heures à quelques jours. Le rein ne peut plus éliminer les déchets métaboliques et n'arrive plus à maintenir un bon équilibre hydro- électrolytique, résultant de la bonne régulation de l'eau et des électrolytes. Une augmentation de plus de 50% de la créatininémie par rapport à la valeur normale est un signe biologique témoignant d'une insuffisance rénale aiguë. L'insuffisance rénale aiguë survient le plus souvent après une chute brutale de la pression artérielle, lors d'une hémorragie, d'une septicémie, d'une complication opératoire... 

Insuffisance rénale chronique

L'Insuffisance rénale chronique (IRC) est la diminution progressive et non réversible des capacités des reins. Peu à peu, ceux-ci deviennent incapables d'éliminer les déchets et les excès d'eau présents dans le corps. L'insuffisance rénale chronique est évaluée en fonction de la mesure du débit de filtration glomérulaire qui reflète les capacités des reins. On parle d'insuffisance rénale chronique lorsque ce débit calculé en fonction de plusieurs paramètres dont l'âge, et le sexe notamment, mais surtout de la créatininémie (taux de créatinine dans le sang, une protéine présente dans le sang et éliminée dans les urines) est inférieur à 60 millilitres par minute depuis plus de 3 mois. En fonction de ce débit, l'insuffisance rénale est dite modérée, sévère ou terminale. Généralement, l'insuffisance rénale chronique est due à une pathologie rénale d'évolution chronique (néphropathie), un diabète ou une hypertension. L'insuffisance rénale aiguë, elle, intervient de façon brutale et doit être distinguée (traitée à part). 

Symptômes

Les signes cliniques de l'insuffisance rénale aiguë sont différents dans les cas suivants : si la cause est obstructive, touche le rein lui-même ou sa baisse de perfusion. Les IRA fonctionnelles surviennent souvent en cas de déshydratation, d'où la présence de symptômes de déshydratation comme la baisse de la tension artérielle, une tachycardie. Elles sont également possibles en cas de diminution du volume de sang circulant, comme dans certaines cirrhoses évoluées ou insuffisances cardiaques chroniques, d'où présence de signes en rapport avec ces pathologies. Les IRA obstructives se manifestent souvent par la présence de douleurs abdominales ou lombaires, l'absence d'émission d'urines, du sang dans les urines. Enfin, les signes en cas de pathologie touchant le tissu rénal à proprement parler sont très variables. 

L'insuffisance rénale chronique en soi n'est pas responsable directement de signes cliniques. L'apparition des symptômes est souvent concomitante à l'apparition de ses complications. Des symptômes de la maladie en cause peuvent être retrouvés, ou des symptômes du retentissement de l'IRC comme une hypertension artérielle par exemple. L'évolution de l'insuffisance rénale chronique entraîne un retentissement cardiaque, une augmentation des dépôts artériels responsables de pathologies des vaisseaux (athérosclérose et les risques que cela implique), une déminéralisation osseuse, mais également de très nombreuses autres pathologies secondaires aux troubles du métabolisme variés engendrés.

Gaspard BAYALA
Source : OMS, santemedecine.net



48
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus