Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Projet de Constitution : épurer les malentendus

00:00

Projet de Constitution : épurer les malentendus

Le samedi 18 mars 2017, l’avant-projet de la future loi fondamentale a été présenté dans les 13 régions du pays et dans certaines  capitales africaines. Au cours de ces rendez-vous, les membres de la commission constitutionnelle ont eu la latitude  d’exposer les grandes lignes et les innovations majeures du document aux populations et ont recueilli leurs amendements. Les principaux points d’achoppement ont trait au statut de la magistrature, à la loi sur la peine de mort, au type de régime et au statut de la chefferie traditionnelle. Dans l’ensemble, l’on peut dire que cette démarche pédagogique est à saluer d’autant plus qu’elle  participe à asseoir une sorte de consensus autour de la nouvelle Constitution qui sera adoptée. D’ores et déjà, l’on peut féliciter la commission constitutionnelle qui, bien que composée de représentants de la quasi-totalité des sensibilités socio-politiques du pays, a eu la sagesse de soumettre l’avant-projet à l’appréciation des populations. L’on pourrait dire qu’un pas significatif a été franchi dans la quête du consensus autour de l’avant-projet de Constitution de la Ve république qui répondrait aux aspirations profondes du peuple burkinabè.
Toutefois, cette démarche salutaire n’atteindra les résultats escomptés que si la commission constitutionnelle prête une oreille attentive aux suggestions et recommandations faites ici ou là.
De retour de leur mission d’explication, les membres de la commission constitutionnelle devront,  de nouveau, se remettre « sérieusement » au travail pour examiner, point par point, les aspects du document, qui ont posé un problème d’adhésion ou donné lieu à des interprétations divergentes. Ils devront se départir  de tout  état d’âme pour apprécier avec sérénité les malentendus que certains articles ont suscités au sein des populations. Pour une question de fidélité à l’esprit de consensus, le contenu de chaque rapport devra être appréhendé avec toute la rigueur qui sied, afin de parfaire l’ébauche de la loi fondamentale. L’essentiel revient à mettre en place un texte dont l’esprit s’inscrit dans la durée et dans la consolidation de l’Etat de droit. Certaines dispositions de la nouvelle Constitution ne devraient pas, à l’avenir, ouvrir la voie à des interprétations tendancieuses à certains moments de l’histoire de notre pays, comme l’a été l’article 37 de l’ancienne Constitution relatif à la limitation du nombre de mandats présidentiels. C’est dans cet imbroglio de lectures subjectives  de l’article 37 que les positions se sont crispées de part et d’autre, conduisant à l’insurrection populaire d’octobre 2014. Chaque membre de la commission constitutionnelle, au-delà de la partie qu’il représente, a le devoir de faire avancer le débat sur ce qui prend en compte l’intérêt supérieur de la nation. La boussole  de chacun, au sein de cette instance, doit être sa conscience et non son appartenance à tel ou tel camp. Ce qui est en jeu  dans ce moment crucial, c’est l’avenir de la démocratie burkinabè. Au nom de la soif de démocratie, des Burkinabè ont payé de leurs vies. En ces moments où l’on s’achemine vers la souveraineté citoyenne, l’on devrait avoir à l’esprit le sacrifice des dignes fils de ce pays. Le peuple burkinabè attend des 92 membres que compte la commission constitutionnelle, un sens élevé de responsabilité pour lui proposer une Constitution qui reflète le renouveau du Burkina Faso. Le président de la commission, Me Halidou Ouédraogo, et son équipe  n’ont pas le droit de décevoir.

Karim BADOLO




44
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus