Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289

France : Huguette Tiegna, burkinabè d’origine, élue député de La République en Marche, parti du président français Macron.//Sahel : Un programme d’urgence de 415 milliards de FCFA entre 2017-2020 (Conseil des ministres).//Galian 2017: Sidwaya remporte les Galian en reportage, en enquête  et plusieurs prix spéciaux.

Flash info :

Le ministre Batio échange avec ses collaborateurs à Fada

15/04/2017
14:45

Le ministre de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Nestor Bassière Batio a effectué, le jeudi 13 avril 2017, une visite dans les locaux de la direction régionale en charge de l’environnement à Fada N’gourma dans la région de l’Est. L’objectif de cette sortie était de s’imprégner des conditions de vie de ses collaborateurs et partager les nouvelles orientations de son département.

Le « patron » du ministère en charge de l’environnement, Nestor Bassière Batio, en tournée dans la région de l’Est, a marqué un arrêt dans ses services déconcentrés à Fada N’gourma en vue d’échanger avec le personnel. C’était le jeudi 13 avril 2017. D’entrée de jeu, le directeur régional de l’environnement de l’économie verte et du changement climatique, Barnabé Kaboré, a présenté la localité dont il a en charge comme l’une des zones du pays à fort potentiel faunique, forestier et halieutique.  A elle seule, la région de l’Est abrite, a-t-il dit, « près de 40% du total des aires de protection animalière du pays avec plus de 60 espèces de mammifères, 378 espèces d’oiseaux, 94 espèces d’entomofaunes (relatif aux insectes. NDLR) et plus de 80 espèces de poissons répertoriées ».Toutefois, à l’écouter, ces différentes ressources naturelles sont sujettes à de multiples difficultés. Les feux incontrôlés, l’ensablement des cours d’eau, la divagation des animaux, la forte pression agricole, l’orpaillage ainsi que le braconnage local et transfrontalier sont, entre autres, menaces à l’existence de ce capital. Face à tous ces problèmes, Barnabé Kaboré a indiqué que son service s’évertue, au quotidien, à y apporter des réponses. Toutefois, la structure n’est, elle aussi, pas en marge de « sérieux » handicaps dans l’exécution de sa mission. A ce sujet, les différents intervenants, à sa suite, ont été unanimes que la direction régionale et ses services déconcentrés ont besoin de soutien en hommes, en matériels et en finances. A titre illustratif, ils ont indiqué que seulement 40 motocyclettes sont mises à la disposition des 130 agents de terrains que compte la région. Aussi, le déficit en armes et en munitions est une réalité dans toutes les structures de la zone. A ces différentes préoccupations, le ministre Batio, accompagné de ses conseillers techniques, ont rassuré leurs hôtes que des démarches sont entreprises en vue de leur résolution voire leur réduction au minima. Ainsi, un plan de recrutement a été mis sur pied pour juguler la question de l’insuffisance de personnel dans les services. Compte tenu également de l’insécurité grandissante, des requêtes ont été introduites au niveau gouvernemental pour une dotation conséquente des agents en armes et en munitions. 

Haro sur les fonctionnaires indélicats

Concernant la question pécuniaire qui s’est aussi invitée à l’échange, le directeur général des Eaux et Forêts, Paul Djiguemdé, a réconforté ses interlocuteurs dans son intervention. Le reversement d’environ 1747 éléments est effectif à ce jour et l’incidence pourrait être constatée sur les bulletins de paie dès la fin du mois d’Avril, leur a-t-il dit. Toujours sur la question, il a salué l’engagement du ministre, grâce à qui l’effectivité de la loi portant règlementation du corps a été opérée. Par ailleurs, il a déploré le mouvement d’humeur qui avait été conduit par les élèves stagiaires dans le cadre de la résolution de leur plateforme revendicative. Cette forme de lutte, « à travers l’usage de la force », a-t-il signifié, est de nature à tâcher les acquis en cours,  de même que l’exemplarité de la bonne conduite des agents des eaux et forêts. Dans son adresse à ses collaborateurs de la région orientale du pays, le ministre de l’environnement, Nestor Bessière Batio, a remercié tout le personnel de la direction pour les efforts consentis à la protection des ressources fauniques, forestières et hydrauliques. De son avis, ce potentiel dont dispose la région de l’Est, fait partie des richesses du Burkina Faso au même titre voire plus que le métal jaune. Les préserver, a-t-il indiqué, permet de garantir un environnement meilleur aux générations actuelles et futures. D’ailleurs, c’est dans ce souci, a-t-il souligné, que les autorités ont joint au département de l’environnement celui de l’économie verte et du changement climatique.A ce titre également, le ministre Batio a fait observer que les textes sont en relecture pour réprimer « conséquemment » les contrevenants. Aux agents des eaux et forêts « indélicats ou complices de trafic de bois, de braconnage ou d’orpaillage », la sanction sera sans appel, a martelé Nestor Bessière Batio. « Nous n’aurons aucune pitié pour ses agents parce qu’ils n’ont eu pitié de la nature », a-t-il lancé.   Au demeurant, il a invité tout le personnel a dénoncé tout acte du genre qu’il soit posé par l’agent de terrain ou le chef de service. A l’issue des échanges, la délégation ministérielle a pris congé de leurs hôtes et ont mis le cap sur Pama, une province de la région où elle compte y entreprendre des visites terrains et des échanges avec les acteurs de la protection de la faune et de la flore.

Mamady ZANGO      


321
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE






> Edito

18/06/2017 20:25
11/06/2017 19:59
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus