Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Le Mogho Naaba, lauréat du Prix Macky SALL pour le dialogue en Afrique.//Classement FIFA de septembre: Burkina 49è mondial et 7è africain.//G5 Sahel : Ibrahim Boubacar Keïta à Ouagadougou.//Kenya : Reprise de l'élection présidentielle  le 17 octobre.//Burkina: Le président français Emmanuel Macron en visite à Ouagadougou en novembre 2017.
Flash info :

Bâtiment administratif du Nord : 3 mois sans eau

09/05/2017
18:28

Bâtiment administratif du Nord : 3 mois sans eau 

Il est parvenu à Kantigui que les occupants de l’hôtel administratif du  Nord  sis à Ouahigouya traversent  une situation difficile parce que leur «maison» est privée d’eau, il y a plus de trois mois. A cela  s’ajoute le fait que certains  des WC de l’hôtel  sont  pleins. Kantigui est allé faire le constat, et  a été  témoin de cette pénible situation à laquelle sont confrontés ces braves travailleurs. Il se demande comment  un bâtiment administratif peut connaître   une telle situation ?  Pour mieux comprendre, Kantigui a  approché  certains locataires du bâtiment. Et c’est avec  regret que ces derniers lui ont  fait part de leur calvaire. «Nous ne savons plus à quel saint nous vouer ; ça fait plus de 3 mois que nous n’avons pas d’eau ici. Pour  se soulager, c’est tout un problème», a-t-on-fait savoir à Kantigui. C’est le lieu, pour lui d’attirer l’attention des autorités compétentes sur cette question, afin que les travailleurs puissent accomplir leurs tâches  dans des conditions acceptables.

Ouagadougou : un court-circuit a failli endeuiller une famille

Kantigui  se pose la question de savoir si les numéros verts mis à leur disposition en cas d’urgence. Le 18 et le 80 00 11 30 sont accessibles 24h/24 ou c’est juste pour une période donnée de la journée. En effet, il a tenté de joindre des interlocuteurs répondant à ces numéros en vain, pour sauver une famille en danger dans la nuit du mardi 2 au mercredi 3 mai 2017, dans un quartier situé à l’arrondissement n°2 de Ouagadougou. Après une pluie, le poteau électrique installé devant une cour a pris feu et a réveillé toute la famille aux environs de 2h30mn du matin. Kantigui qui a eu le réflexe, a voulu alerter les soldats de feu et la nationale d’électricité à ces deux numéros, mais grande était sa déception: aucune voix au bout du fil. 
Comme la situation empirait et que personne ne pouvait sortir par la grande porte, toute la maisonnée, les vieilles personnes, avec l’aide de leurs petits fils, ont escaladé le mur pour se sauver. Kantigui tenta de nouveau ces numéros verts et c’est en ce moment qu’il a pu avoir des interlocuteurs. Après plus d’une heure, les soldats de feu ‘’atterrissent’’ sur les lieux et quelques minutes après, des agents de la SONABEL ont suivi. Heureusement,  il n’y a eu aucune perte en vie humaine. Mais Kantigui qui avait toujours la peur au ventre a noté que si ces ‘’sauveurs’’ avaient accusé encore 30 mn de retard, le pire ne pouvait plus être évité. Il appelle les correspondants de ces numéros secours à être plus réactifs en répondant immédiatement en cas d’urgence.

Koudougou : un hôtel sans dispositif sécuritaire

Kantigui qui a séjourné une semaine dans la «Cité du cavalier rouge» a constaté avec amertume, l’absence de dispositifs sécuritaires dans certains hôtels. Lorsqu’il est descendu du taxi moto avec sa valise devant un des hôtels où il avait fait la réservation d’une chambre, Kantigui s’attendait à être contrôlé dès le seuil de la porte, avant d’avoir accès à la réception. Mais grande était sa surprise. C’est un «gardien» ou «vigile» qui l’a aidé avec sa valise et l’a conduit directement chez le réceptionniste. 
Ce dernier n’a pas demandé à voir la carte d’identité de l’étranger, ni d’où il venait. Il lui a simplement demandé : «vous voulez chambre climatisée ou ventilée» ? Après la réponse de Kantigui, le réceptionniste lui tend la clé de la chambre et la fiche à remplir dès qu’il regagnera sa chambre. 
Du fait de cette attitude, Kantigui a passé une nuit blanche, car sachant qu’il n’était pas du tout en sécurité. Il a regretté que cette mesure élémentaire de sécurité ne soit pas respectée dans certaines localités du pays. Au regard du climat d’insécurité qui règne au Burkina Faso ces dernières années, Kantigui appelle  les hôteliers de cette ville à plus de responsabilité, en prenant les dispositions nécessaires pour garantir  la sécurité de leurs hôtes.

Batié : une suspension «incompréhensible» de travaux de construction

Propriétaire officielle d’une parcelle à usage d’habitation au quartier N°1 de Batié, dans le Sud-Ouest, une dame qui a entamé des travaux de construction s’est vu adresser une note, datée du 20 mars 2017 par le   bourgmestre de la commune avec comme objet, la «suspension des travaux». Kantigui qui suit de près l’épineuse question de parcelles au Burkina, particulièrement dans cette ville, a cherché à mieux comprendre le problème. Et comme d’habitude, Kantigui, en fin professionnel, est allé à la source de l’information. C’est ainsi qu’il a réussi à se faire présenter les documents qui attestent que la dame en question est effectivement propriétaire de la parcelle dans laquelle elle avait déjà commencé à investir. Il s’agit d’un certificat de non exigibilité, d’une attestation d’attribution de la parcelle dûment signée par le receveur de la localité, d’un permis urbain d’habiter, et d’une procuration autorisant une tierce à la vente de la parcelle. Dans la foulée, Kantigui a été informé qu’une autre personne se dit aussi propriétaire de la même parcelle et tente d’apporter des preuves, mais de qualité douteuse car manuscrites. Il se demande si au regard des pièces fournies par la dame, l’on devrait aller jusqu’à la suspension des travaux de mise en valeur ? En attendant, Kantigui appelle le conseil municipal de Batié à tirer vite cette affaire au clair et surtout à  démasquer les dealers et autres spéculateurs véreux  de la terre, au grand bonheur de la population. Il est d’ailleurs revenu à Kantigui que la commission de vérification de la mairie mise en place depuis un certain temps est silencieuse jusque-là sur les litiges de parcelles. Il promet de suivre de bout en bout cette affaire de parcelle.

Lancement de la Coupe de l'élu de Ziniaré, ce jeudi 11 mai

Dans ses balades, Kantigui a appris que la première édition de la Coupe de l'élu local de Ziniaré sera lancée le jeudi 11 mai 2017 au stade municipal de la ville à partir de 15h. Selon les sources de Kantigui, cette coupe a pour objectif de mobiliser les fils et filles de la cité de Naba Oubri pour le développement de la commune à travers la mise en œuvre du plan communal de développement 2017-2021. Cette première édition concernera plusieurs disciplines sportives: le football, le volleyball, le cyclisme, les jeux de société, les arts martiaux, le semi-marathon et le handisport. Kantigui s'est réjoui d'apprendre  que les femmes sont concernées par les différentes compétitions. L'informateur de Kantigui précise que, en football, ce sont 23 équipes des secteurs et des villages qui vont s’affronter. 
Cette édition sera placée sous le patronage de El hadj Nana Boureima, PDG de Nana Industries et le parrainage de Aziz Tiemtoré, président de l'Espérance sportive de Ouagadougou.  Poussant plus loin sa curiosité, Kantigui a appris que l'organisation de cette première édition de la Coupe de l'élu local va coûter plus de 9,2 millions de F CFA alors que la commune ne dispose que de 2, 5 millions de F CFA.  Le comité d'organisation a donc un gap de près de  6,7 millions de F CFA. Et les organisateurs comptent sur les sponsorings et les bonnes volontés pour conduire à terme ces compétions, dont la finale est prévue pour le dimanche 2 juillet prochain. 

Kantigui
(226) 25 31 22 89


466
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus