Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Côte d’Ivoire : Hamed Bakayoko nommé ministre de la Défense (Fratmat).//VIe TAC : à compter du 1er trimestre de 2018, la fourniture d’électricité au Burkina par la Cote d’Ivoire passe de 80 à 90 mégawatts.//Chemin de fer Abidjan-Tambao: Début des travaux le 15 septembre 2017.//Bataillon Laafi au Darfour : La 1ère vague des casques bleus burkinabè rentre définitivement, ce lundi 17 juillet.
Flash info :

Le pouvoir des hommes et les hommes de pouvoir

11/05/2017
22:38

Quand tu as le pouvoir, tu es comme Hercule, tout le monde t’adule, les crédules et les sans scrupules. Tout le monde t’accule pour que tu bascules de leur côté. Tout le monde te court après comme dans la ruée vers l’or. Même tes ennemis dépourvus fourreront leurs longs couteaux dans leur propre cuisse pour te lécher les bottes en attendant ta chute. Les gens se bousculent à ta porte de l’aurore au crépuscule, pour se tailler une place à ton ombre. Chaque soir, des chaînes de voitures feront de ta devanture un parking géant. Ils viendront te chanter fleurette, parfois à la courbette pour des strapontins ou des maroquins. L’autre moitié du ciel tombera à tes pieds et tu prendras ton pied. Elle te fera les yeux doux avant de te dérouler le tapis rouge qui mène au septième ciel. Les samedis et les dimanches, ils défileront avec des fagots de cadeaux pour tes enfants et certains s’adonneront à cœur joie à une partie de saute-mouton avec ton nourrisson. Les jours des fêtes, tu n’achèteras rien, ils te délivreront tout à domicile. De la bière de Noël au bélier de la Tabaski, ta cour ressemblera au port sec. Lors des funérailles de ton père, il te faudra un guichet unique pour collecter les enveloppes. Les plus ridicules se trimballeront jusqu’au pied de ta cuisine. Pour faire la vaisselle et couper les oignons de madame ! Il y en a même qui viendront te préparer le plat préféré de leurs ancêtres.
 Quand tu as le pouvoir, tout cela se passera et tu ne sauras pas séparer le bon de l’ivraie. Quand ils te salueront, ils se plieront en quatre morceaux pour courtiser ta magnanimité. Ils sont prêts à tout pour toi. Ils citeront ton nom mille fois dans leur discours comme on invoque un verset dans une prière. Comme le Christ et le bon larron, ils te vénèreront avec des clairons, juste pour entrer dans le cercle des barons. Dans tous les bureaux de la République, ton portrait fera le guet au mur, accroché comme un talisman. Certains de tes valets s’y inclineront chaque matin en te souhaitant une vie sans fin. Les gens achèteront tes bagarres à ton insu. Peu importe que tu aies raison ou tort, ils te défendront bec et ongles. Des vendeurs d’illusions te proposeront leurs potions en jurant sur la tête des dieux qu’il n’y a rien en face. Ils te diront que la croissance tend vers deux chiffres et que tout va bien au bas de l’échelle. Quand le peuple criera holà, ils te diront que le peuple a dit hourra, vivat ! Du haut de ta tour d’ivoire, tu les crois, tu les suis, jusqu’au jour-j où on marquera sur ton mandat : « ci-gît !». Dans l’histoire des « ogres », il y en a qui ont déjà eu leur part d’opprobre un certain octobre. Il fallait rester sobre ! Quand tu as le pouvoir, ton entourage est ton premier dommage. Celui qui te conseille te dira des merveilles sans te dire la vérité. Ton camarade de lutte te trahira un jour pour avoir son tour aux manettes de la tour de contrôle.
Quand tu perdras le pouvoir, tu perdras tout, sauf tes vrais amis, ceux qui t’ont connu quand tu n’étais rien. Quand tu perdras le pouvoir, tu perdras même ta femme. Tes enfants seront déçus de leur généreux et indomptable père déchu. Ils finiront dans la drogue. Tes intouchables charmantes filles se livreront à tes détracteurs d’hier, pour mieux cuver ta défaite. Quand tu perdras le pouvoir, tu perdras ta gloire, tu gouteras au déboire. Personne ne cherchera à te voir. Même en peinture ! Les courtisans d’hier te donneront dos pour mieux faire face à leur avenir. Ils se laisseront emporter au gré du vent, dans le sens du nouveau vent. Ils iront faire allégeance à la nouvelle mouvance pour rester dans de bonnes mains et garder la main. Devant le même peuple, ils renieront leur propre plumage pour voler en toute quiétude avec la nouvelle colonie. Face aux échecs, ils t’immoleront comme on persécute un bouc émissaire, pour exorciser le mal. Contre toute attente, certains continueront à dire ton nom dans leur discours, comme si tu étais toujours au pouvoir. Il y a des lapsus qui trahissent. Il y a des erreurs qui ne trompent pas. Quand tu perdras le pouvoir, tes fidèles et inconditionnels supporters lapideront ton effigie comme on lapide le diable. Ils parleront de toi au passé composé. Tu es déjà décomposé ! Ils jetteront la pierre à ton héritage ; ils peindront tout en noir sans avoir l’honnêteté de reconnaître que nul n’est parfait. Le pouvoir est ingrat. Les hommes de pouvoir ont oublié que la gloire précède la chute. Ils ont perdu de vue le revers de la médaille. Le pouvoir est dévolu aux hommes, malheureusement, les hommes n’ont plus l’apanage du pouvoir. Les hommes de pouvoir ne cherchent pas la gloire. Ils se moquent des victoires de manoir. Ils se battent pour l’Histoire. Le pouvoir des hommes cherche à tout avoir, plus les pourboires. Il est prêt à tout pour réussir son coup à tous les coups. Il se bat pour soi et même contre la loi. En vérité, le vrai pouvoir ne fait pas de la politique. Il s’élève au-dessus de l’hérétique, loin des desseins boulimiques et tragiques.



Clément ZONGO
clmentzongo@yahoo.fr





478
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR





>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus