Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Burkina France : Emmanuel Macron à Ouagadougou le 27 novembre.//Santé : Pr Nicolas Méda, élevé à la Légion d’honneur française.//Burkina : «Les actions de Thomas Sankara sont ancrées dans la mémoire des burkinabè", président du Faso, Roch Kaboré.//Dossier Thomas Sankara : « Aujourd’hui au niveau de la justice, les choses avancent. Et nous avons bon espoir ", président du Faso, Roch Kaboré.//Sénégal-Burkina: Macky Sall élève le président Kaboré à la Dignité de Grand-Croix de l’Ordre national du Lion.//Les Etats-Unis annoncent leur retrait de l’Unesco, accusant l’institution d’être «anti-israélienne ».//Affaire putsch manqué: liberté provisoire pour Djibrill Bassolé.
Flash info :

Désertification : Des spécialistes planchent sur les solutions idoines

15/06/2017
13:05

Le gouvernement burkinabè en partenariat avec l’Union africaine et la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification commémore la 23e Journée mondiale de lutte contre la désertification le 15 juin 2017 à Ouagadougou sur le thème : « Notre terre, notre maison, notre futur ». La célébration a débuté ce matin avec un colloque de haut niveau sur la « soutenabilité, la stabilité et la sécurité ».

 A la suite de  la ville de Beijing en Chine en 2016, Ouagadougou abrite aujourd’hui 15 juin 2017, la célébration internationale de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse. Ainsi, depuis ce matin, soit deux jours avant la date (17 juin) consacrée à l’évènement par les Nations unies, plus de 400 acteurs du domaine venus de plusieurs pays du monde sont réunis dans la capitale burkinabè afin de trouver les solutions idoines  aux deux fléaux. Les travaux ont démarré par un colloque ministériel de haut niveau sur la « Soutenabilité, la stabilité et la sécurité » (les 3S). Selon le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et des Changements climatiques, Batio Nestor Bassière, les 3S sont la clé de voute du développement de toute nation. Or a-t-il regretté, la réunion de ces éléments est mise à rude épreuve par la dégradation des terres d’où le thème : « Notre terre, notre maison, notre futur » retenu pour la présente célébration. « La dégradation des terres due à l’utilisation non durable des ressources naturelles, des sols et de l’eau sont à la base de plusieurs conflits. Or, les superficies de terres dégradées ne cessent de croître. Comme les autres pays africains, le Burkina Faso n’échappe pas à la donne. De 2002 à 2013, 5,16 millions hectares de terre soit 19% du territoire national ont été dégradées », a-t-il expliqué. Cette situation préjudiciable à la création d’emplois entraine à son avis, la migration massive des jeunes vers l’occident, leur exposition aux groupes terroristes. De ce fait, il a indiqué que les réflexions en cours permettront de déterminer comment atteindre la neutralité, c’est-à-dire, restaurer et mettre en valeur les mêmes superficies de terre dégradées. A l’en croire, le résultat phare attendu est un appel d’action pour la création d’emplois qui sera remis  le soir au président du  Faso, Roch Marc Christian et ses homologues du Niger, Mahamoudou Issoufou et du Mali, Ibrahim Boubacar Keita. « L’appel de Ouagadougou sera un outil de plaidoyer avec lequel l’Afrique adoptera une position commune dans les processus internationaux en cours contre la migration, la promotion de la paix et la sécurité à travers la réhabilitation des terres dégradées », a-t-il dévoilé.                                                                       

  Eliane SOME                                                
   elianesome4@gmail.com


94
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE









> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus