Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289

France : Huguette Tiegna, burkinabè d’origine, élue député de La République en Marche, parti du président français Macron.//Sahel : Un programme d’urgence de 415 milliards de FCFA entre 2017-2020 (Conseil des ministres).//Galian 2017: Sidwaya remporte les Galian en reportage, en enquête  et plusieurs prix spéciaux.

Flash info :

Promotion immobilière à Saaba : Des sociétés en porte-à-faux avec la loi

19/06/2017
18:16

Le Conseil municipal de la mairie de Saaba a organisé une visite sur les sites des promoteurs immobiliers œuvrant dans la commune, le jeudi  15 juin 2017. Il s’est agi de faire aux hommes des médias le point sur la régularité ou non des sociétés immobilières qui officient dans la commune. 

L’activité des promoteurs immobiliers dans la commune rurale de Saaba a fait couler beaucoup d’encre dans la presse ces derniers temps. La dernière en date est celle de la sortie médiatique de certains conseillers municipaux disant ignorer des délibérations du conseil sur l’attribution de 120 ha à la société Abdoul services international pour la réalisation de logements sociaux. Pour dissiper toutes les zones d’ombre sur la question foncière dans la commune, le conseil municipal est  allé sur les lieux avec la presse, le jeudi 15 juin 2017. Le maire de Saaba, Joseph Dipama, a expliqué aux journalistes sa version des faits. Pour lui, au moins cinq sociétés immobilières mènent des activités dans la commune de Saaba, mais toutes ne sont pas en règle vis-à-vis de la loi d’où des difficultés et des incompréhensions. « C’est pourquoi nous avons pris un arrêté suspendant toutes les activités immobilières et convié les intéressés à une rencontre à la mairie au cours de laquelle nous leur avons demandé de fournir des dossiers complets avant de pouvoir poursuivre leurs travaux. Nous avons, à la suite de cet appel, reçu des documents de certaines sociétés immobilières ».
Prenant des exemples, le maire soutient que des sociétés comme Dakouré SARL outrepassent leur rôle. Selon lui, le conseil a reçu de part de cette société une demande d’autorisation de numérotation des habitats dans les villages de Nakomtenga, Bagbin Zakin et Tamsin, avec pour objectif un lotissement. « Nous avons demandé à cette société de mettre fin à son activité car les sociétés immobilières n’ont pas pour objet de lotir des zones déjà habitées », a soutenu le bourgmestre de Saaba. Il s’est inquiété de l’avenir des populations si de telles réalisations venaient à être effectives. 
« Que deviendront-elles ? Auront-elles des parcelles ? », S’est-il interrogé. Et  d’exhorter les propriétaires terriens, à plus de prudence dans la cession de leur terrain, car leur avenir en dépend. Pour le cas des sociétés GELPAZ (85 ha) et SATMO (300 ha), Joseph Dipama se veut clair. 

Le dossier d’Abdoul service, en règle

Ces promoteurs ont des dossiers incomplets et nous les avons sommés de les compléter en vain, jusqu’à la mesure de suspension des activités immobilières du ministère en charge de l’urbanisme intervenue le 11 avril 2017. Quant au dossier Abdoul services international, il s’agit d’une acquisition de 38 ha avec l’ancien conseil municipal, selon le maire de Saaba. « Nous lui avons demandé de nous soumettre un dossier. Ce qui a été fait avec un plan d’aménagement et des propositions de réalisation d’ouvrages au profit de la commune. Au regard de l’impact de ces projets sur le développement de la commune de Saaba, le conseil a statué en faveur de la poursuite des travaux », a-t-il soutenu. Les 400 ha de la société Wend Panga ont également été validés par l’ancien conseil municipal, selon lui. 


Le site SONATUR, une particularité

Sur les accusations portées contre lui quant à la non délibération du conseil sur le nouveau  dossier Abdoul services de 120 ha, le maire a, documents en main, démenti les dires de ses détracteurs. « C’est le 28 décembre 2016 que le conseil municipal de Saaba a statué favorablement sur le dossier Abdoul services afin qu’il puisse introduire sa demande auprès du ministère en charge de l’habitat pour poursuivre ses travaux», a renchéri le bourgmestre Joseph Dipama. De l’avis du maire, la SONATUR est un cas particulier parce que le site date de 2002. Il explique que ledit site a été remis à la SONATUR pour viabilisation à la suite d’une défaillance d’un promoteur. Mais le site ayant été occupé par les populations, des négociations ont été engagées par le conseil municipal pour trouver une solution. C’est ainsi que le nouveau conseil a entrepris de négocier avec la SONATUR pour trouver un site de 150 ha afin de reloger les populations et libérer le site de la SONATUR. 
« C’est donc malsain d’intoxiquer les populations en leur faisant croire autre chose. C’est de notre devoir de soutenir, a-t-il renchéri, cette action au nom de nos populations car nous sommes là pour défendre leurs intérêts », a-t-il déclaré. Il s’insurge contre les tentatives de déstabilisation du conseil municipal et appelle ses antagonistes à privilégier la voie légale. 
« S’il y a des discordes sur certaines questions concernant la vie de la commune, il y a des occasions comme les sessions où chacun peut donner son point de vue ou se faire entendre », a conclu le maire de Saaba.

Ali SAOUADOGO


38
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE






> Edito

18/06/2017 20:25
11/06/2017 19:59
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus