Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination : la Feuille de route pour sa mise en œuvre lancée à Kigali

27/06/2017
08:18

Le document décrit les stratégies visant à permettre à chaque individu de bénéficier des pleins avantages de la vaccination. Plus d’informations dans  le communiqué ci-dessous. 


Kigali (Rwanda), le 27 juin 2017 – Une feuille de route conçue pour aider les États Membres à mettre en oeuvre la Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination (ADI) a été officiellement lancée aujourd’hui à Kigali (Rwanda), lors du premier Forum de la santé en Afrique. Cette feuille de route est le fruit de la collaboration étroite entre les États Membres de la Région africaine, la Commission de l’Union africaine, les Bureaux régionaux de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Afrique (OMS/AFRO) et la Méditerranée orientale (OMS/EMRO), et les partenaires de la vaccination. 


Intitulé « Feuille de route pour la mise en œuvre de la Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination : plaidoyer, action et responsabilisation », le nouveau document propose aux États Membres trois stratégies spécifiques destinées à accélérer les progrès vers la couverture vaccinale universelle en Afrique. Les stratégies comprennent la production et le maintien de l’engagement politique et du financement ; le renforcement des capacités techniques et la suppression des obstacles à l’accès ; et le suivi étroit des progrès accomplis.« Les vaccins sont l’un des outils de santé publique les plus efficaces dont nous disposons actuellement. Lorsque les enfants commencent leur vie en bonne santé, les communautés prospèrent et les économies croissent », a indiqué le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. Avant d’ajouter que « la feuille de route de l’ADI aidera à orienter et à impulser les progrès vers l’accès universel à la vaccination pour tous les enfants d’Afrique, indépendamment de leur origine et de leur lieu de résidence ».


 La couverture de la vaccination systématique a augmenté considérablement partout en Afrique ces deux dernières décennies. Le pourcentage des enfants africains qui reçoivent la troisième dose du vaccin antidiphtérique-antitétanique-anticoquelucheux (DTC3) – un indicateur couramment utilisé pour évaluer la solidité des programmes de vaccination systématique – est passé de 57 % environ en 2000 à 77 % en 2015. Et pourtant, un enfant africain sur cinq n’a toujours pas accès à tous les vaccins disponibles, et reste ainsi vulnérable aux maladies que l’on pourrait prévenir par la vaccination. Plusieurs facteurs importants continuent d’entraver l’accès aux vaccins, notamment la faiblesse des chaînes d’approvisionnement et l’insuffisance des données, qui ne permettent pas d’identifier les lacunes dans la couverture vaccinale au niveau local. Le continent devra aussi faire face, bientôt, à une transition historique de la courbe du financement. À mesure que l’Afrique se rapproche de l’éradication de la poliomyélite, le financement combien important destiné à la vaccination et acheminé par l’intermédiaire du programme d’éradication de la poliomyélite va sans doute diminuer. En outre, plus de pays africains deviendront bientôt des pays à revenu intermédiaire, ce qui signifie qu’ils cesseront de bénéficier du financement de Gavi, l’Alliance du vaccin. La feuille de route de l’ADI met en évidence les stratégies qui permettront de relever ces défis rapidement, pour que les efforts déployés en faveur de la vaccination ne soient pas interrompus.« Plus que jamais, la prise en main par les pays est importante pour pérenniser et nous appuyer sur les gains si chèrement acquis », a souligné le Dr Mahmoud M. Fikri, Directeur régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale. « En réalisant dès à présent les investissements politiques, financiers et techniques qui s’imposent, l’Afrique peut faire émerger une génération qui ne sera plus touchée par les maladies évitables par la vaccination », a-t-il ajouté.


 L’élargissement de l’accès à la vaccination aura des effets positifs considérables sur les familles, les communautés et les pays. En effet, chaque dollar dépensé dans la vaccination des enfants en Afrique génère un dividende économique de 41 dollars.


 La Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination en Afrique recèle des engagements concrets – allant de l’accroissement du financement national des vaccins au règlement des problèmes qui se posent au niveau de la chaîne d’approvisionnement – grâce auxquels les pays peuvent élargir l’accès à la vaccination et renforcer les systèmes de santé en droite ligne des autres efforts en cours, et particulièrement du Plan d’action mondial pour les vaccins. La Déclaration a été initialement rédigée et signée en février 2016 par les ministres et d’autres représentants de haut niveau réunis dans le cadre de la Conférence ministérielle sur la vaccination en Afrique. Les chefs d’État africains ont entériné cette Déclaration en janvier 2017, lors du Vingt-huitième Sommet de l’Union africaine.


 « Les responsables à tous les niveaux de l’administration ont identifié l’accès universel à la vaccination comme une priorité majeure et un objectif qui peut être atteint », a affirmé Son Excellence Amira Elfadil Mohamed Elfadil, Commissaire aux Affaires sociales de l’Union africaine. Avant de conclure que : « Sur la base de ce consensus, les États Membres doivent maintenant prendre les mesures qui s’imposent pour concrétiser les engagements pris, l’objectif étant d’impulser le développement durable à travers le continent ».     



Pour plus d’informations, veuillez vous adresser aux responsables ci-après :

À la Commission de l’Union africaine,

Wynne Musabayana

Chef de division de la communication

Courriel : musabayanaw@africa-union.org

À l’OMS/AFRO,

Collins Boakye-Agyemang

Conseiller régional pour la communication

Courriel : boakyeagyemangc@who.int

Dr Richard Mihigo

Coordonnateur du programme Vaccination et mise au point des vaccins

Courriel : mihigor@who.int

À l’OMS/EMRO

Rana Sidani

Chargée supérieure de la communication

Courriel : sidanir@who.int

Dr Irtaza Chaudahri

Administrateur technique, Maladies à prévention vaccinale et vaccination

Courriel : chaudhrii@who.int

Visitez immunizationinafrica.org pour en apprendre davantage sur la Déclaration d’Addis Abeba, etafricahealthforum.afro.who.int pour plus d’informations sur le Forum de la santé en Afrique. Vous pouvez vous joindre aux échanges sur Twitter en utilisant les hashtags #WHOAHF, #ADIroadmap et #VaccinesWork.

 

 

 

 



118
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus