Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Dédougou : Une partie de jambes en l’air se termine au Tribunal

05/07/2017
21:25

Agé de 33 ans, A.K.D. comparaissait, ce lundi 3 juillet 2017 au Tribunal de grande instance de Dédougou pour répondre des faits de vol d’une somme de 7 500 F CFA et de viol sur la personne de S. 
A la barre, A.K.D. nie les faits en bloc, tout en reconnaissant avoir eu des relations intimes avec S., mais avec le consentement de celle-ci. Selon lui, après la prise de contact avec dame S., fille- mère célibataire, A.K.D. l’a invitée une nuit dans un débit de boissons pour prendre un verre. 
Après les échanges autour de la bière, et pour conclure en beauté la soirée «romantique», le couple A.K.D.-S s’invite chez S. aux environs de 00 heure. 
A la demande de A.K.D. d’avoir des rapports sexuels, S. ne trouva pas d’inconvénients, à condition d’utiliser des préservatifs. Mais A.K.D. n’en possédait pas. Comme solution palliative, S. proposa de faire faire des touches à l’accusé, «pour lui permettre de se libérer», du moment qu’il ne possédait pas de préservatifs. Mais dans le feu de l’action, A.K.D. est parvenu à franchir le rubicond et obtenir la relation intime. 
Tout se passait bien jusque-là quand, A.K.D., revenu de la douche a constaté la disparition de ses 7 500 F CFA. Sans se poser de questions, il porta les accusations sur sa conquête car, dit-il, personne ne peut venir soustraire son argent, du moment où ce sont eux seulement qui étaient dans la maison. Ne se reconnaissant pas dans ces accusations, S. alerta son voisin, mais ce dernier lui conseilla de remettre les sous à A.K.D. pour éviter que la situation ne dégénère. Piquée dans son amour, S. se présenta le lendemain à la gendarmerie pour accuser A.K.D. de vol et de viol. 
Le parquet, a estimé que le viol a été consommé du fait que A.K.D. a outrepassé la condition de S., selon laquelle elle donnait son accord avec des préservatifs. Cependant, les arguments de la victime laissent dubitatif, parce que, jusqu’à ce que le problème d’argent ne se pose, S. n’a en aucun moment, demandé de secours, parce qu’étant en danger avec son compagnon. 
C’est seulement après s’être vu accusée de vol, qu’elle a eu l’idée de faire intervenir son voisin. Par conséquent, le procureur du Faso a demandé à la Cour de relaxer A.K.D. au bénéfice du doute et de mettre les dépens à la charge du trésor public. 
Le Tribunal, au regard de la gravité de l’infraction de viol, a remis le délibéré au 17 juillet 2017, afin de se donner du temps pour des analyses approfondies, par souci d’éviter des erreurs judiciaires, du moment où la victime encourt une peine allant de 5 à 10 ans de prison ferme.   

Kamélé FAYAMA


4 414
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus