Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Médias : La 10 édition des universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO), se tient du 16 au 18 novembre 2017 sous le thème : «  Médias sociaux et formation des opinions en Afrique »//Football : Eliminatoires Coupe du monde, le Burkina bat le Cap-Vert (4-0)/Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation 2017 : le Nigérian Emmanuel Mayah remporte le Sebgo d’or //Prix de la meilleure Journaliste 2017 du Burkina : Habibata Wara, lauréate.//La région du Centre est la plus touchée par la dengue avec 2 553 cas suspects et 9 décès.
Flash info :

Le service de pesée de Djibasso fonctionnel

11/07/2017
19:38

Le service de pesée de Djibasso fonctionnel


Dans sa livraison du mercredi 6 juin 2017, Kantigui évoquait le cas du service de pesée de la maternité de Djibasso, dans la région de la Boucle du Mouhoun, qui ne fonctionnait pas pour manque de personnel. Kantigui a été heureux d’apprendre, quelques jours après, que le problème a été résolu à la suite de son interpellation. A travers ces lignes, il salue la diligence des autorités concernées et rappelle tout de même qu’il ne faut pas attendre d’être pointé du doigt avant d’agir. Si cela avait été le cas, c’est sûr que beaucoup de femmes auraient moins souffert au cours de leur grossesse et de l’allaitement de leurs nourrissons. 


Monsieur le ministre, tous les cars ne sont pas plombés


Le 24 mai 2016, le gouvernement burkinabè a invité les compagnies de transport en commun à installer sur leurs flottes de véhicules, un dispositif de limitation de vitesse dans un délai de six mois pour plus de sécurité. Kantigui note que plus d’un an après, des compagnies n’ont pas respecté la mesure. Il y a une dizaine de jours de cela, sur la nationale n°4, précisément sur le tronçon Ouagadougou-Zorgho, Kantigui a constaté que c’est à tombeau ouvert que certains véhicules de transport en commun continuaient de rouler. Preuve que la mesure gouvernementale n’est pas respectée par tous. C’est la raison pour laquelle Kantigui interpelle le ministre en charge des transports à peser de tout son poids pour faire appliquer la mesure. Cela vient persuader Kantigui que le problème du Burkina Faso, ce n’est pas qu’il manque de bons textes réglementaires ou de bonnes décisions. Il y a parfois absence de contrôle de leur application. Il ne faut pas attendre que le drame survienne avant de mettre tout le monde aux pas. Ce sera le médecin après la mort.


ISTIC : bientôt 61 nouvelles compétences pour les médias


L’Institut des  sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC) vit la fièvre des préparatifs de sa sortie de promotion 2017, a appris Kantigui. Selon les informations qu’il a reçues, la cérémonie placée sous la présidence du ministre en charge de la communication, Rémis Fulgance Dandjinou, s’annonce très riche en couleurs. En effet, en prélude à la cérémonie officielle de remise des diplômes prévue, le samedi 15 juillet, à partir de 18h, une journée scientifique aura lieu la veille à partir de 9h, précise  la source de Kantigui. Au programme, il y a des expositions sur les productions des étudiants, des communications sur le rôle de la femme dans la chefferie traditionnelle, la communication du Mogho Naaba et la pollution due aux outils de communication. La journée scientifique sera couronnée par une projection de deux films documentaires sur les groupes d’auto-défense Koglewéogo suivie d’un débat sur la sécurité intérieure. La remise des diplômes aux 61 étudiants aura lieu dans l’enceinte de l’institut, creuset du journalisme au Burkina Faso.


Ouagadougou : un CSPS sans eau ni électricité


Il est revenu à Kantigui que les agents du Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de l’arrondissement n°6, secteur n°28 de la ville de Ouagadougou ne sont pas dans les conditions minimales de travail. En effet, selon la source de Kantigui, dans ce centre, construit par le Programme socioéconomique d’urgence de la Transition (PSUT), il n’y a ni électricité ni eau courante. Le manque d’éclairage fait que le personnel n’arrive pas à assurer convenablement la garde. Pour leurs besoins élémentaires d’hygiène, ils sont obligés de faire recours à des fûts pour stocker un peu d’eau dans les locaux du bâtiment. Tout en reconnaissant que cette situation ne saurait être unique au Burkina Faso, elle est tout de même atypique dans la capitale qui regorge quand même de certaines commodités. C’est pour cela que Kantigui lance un cri du cœur aux autorités sanitaires afin qu’elles se penchent sur le problème pour offrir un cadre idéal aux travailleurs et aux patients de cette partie de la ville.


Internet haut débit : bientôt 5 gigabits de plus pour le Burkina 


Kantigui, dans ses pérégrinations le week-end dernier, est  tombé sur des  infrastructures qui forcent l’admiration le long de la route nationale n°5. Dans sa quête d’information, il a appris que ces infrastructures, techniquement appelées Point de présence (POP en anglais)  sont une composante essentielle du projet de fibre optique entre Paga (frontière avec le Ghana) et la capitale Ouagadougou en passant par Manga et Bagrépôle. Ces points de présence qui sont prévus dans le cadre de ce projet permettront de raccorder 10 communes et la capitale à l’internet haut débit.  Selon les sources de Kantigui, les travaux lancés en octobre 2016 par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba ont été achevés avec seulement un mois de retard. Un délai raisonnable si on tient compte de la résistance opposée par certains riverains de l’emprise de l’ouvrage et qu’il a fallu démarcher. Tout porte à croire que l’entreprise attributaire du marché, Huawei Technologie Burkina Faso a bien  respecté son engagement de mettre toute l’expertise nécessaire pour donner une entière satisfaction au gouvernement burkinabè. Kantigui se réjouit en particulier du souci de  valorisation des compétences nationales qui a été mis en avant car des ingénieurs burkinabè qui possèdent une rare  expertise dans la pose de la fibre optique ont conduit le projet de bout en bout. En attendant la remise officielle des travaux à l’Etat, Kantigui espère une mise en service rapide de cette infrastructure qui va améliorer   la disponibilité de l’internet par l’accroissement d’au moins 5 gigabits en capacité de bande passante.   


Communes de Grasse  et Legmoin : un  bel exemple de coopération


Kantigui qui suit de près les actions de développement au Burkina Faso a été séduit par la qualité et le domaine d’intervention de la charte d’amitié entre les communes de Grasse en France et de Legmoin au Burkina Faso, dans le Noumbiel. En effet, la signature de cette charte qui a vu le jour en décembre 2006 par les maires d’alors  de Grasse, Jean Pierre Leleux et de Legmoin, Dari N°1 Somé, a déjà des résultats fort appréciables, surtout au profit des populations  de la commune de Legmoin, a-t-on fait savoir à Kantigui. Selon toujours les sources de Kantigui, entre autres réalisations, l’on note l’adduction  d’eau potable courante, un  château d’eau d’une grande capacité alimenté par des plaques solaires et un groupe électrogène, des forages, une ambulance et des sérums antivenimeux. La liste des réalisations peut encore s’étendre. Comment est née cette charte d’amitié ? Cette fructueuse relation est née de l’amitié entre deux personnes : feu l’abbé Lierma Joachim Somé, originaire de la commune de Legmoin et Mme Bernadette Betheuil-Ramin (1ère adjointe d’alors du maire de Grasse), a-t-on confié à Kantigui. Afin de saluer la mémoire du père Lierma Joachim Somé, co-fondateur de cette amitié, une cérémonie est souhaitée par l’actuel  conseil municipal de Legmoin, dirigé par Bongouna Apollinaire Hien pour le mois d’octobre à venir. Le conseil municipal de Legmoin, fortement encouragé  dans cette initiative par celui de Grasse dirigé par Jérôme Viaud, espère vivement la reprise de la coopération au profit de toutes les parties. 


Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(226)25 31 22 89







566
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus