Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Stockage des récoltes au Burkina Faso : L’UEMOA offre 38 magasins

18/07/2017
12:28

L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a financé la construction de 38 infrastructures  pour le stockage des récoltes et des graines dans cinq régions du Burkina Faso. La cérémonie de remise des clefs de ces magasins, par le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, a eu lieu le 15 juillet 2017, sur le site de Kiribina, dans la commune de Banfora.
L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) vient de doter des organisations paysannes et la Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGESS) de 38 infrastructures. La remise des clefs de ces magasins est intervenue, le 15 juillet 2017 à Kiribina, dans la commune de Banfora, région des Cascades. 
La cérémonie a présidé par le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo. D’un coût total de 3 milliards 600 millions de F CFA et entièrement financé par l’UEMOA, la première phase de ce programme est exécutée au Burkina Faso dans cinq régions, à savoir les Cascades, les Hauts-Bassins, la Boucle du Mouhoun, le Centre-Ouest et l’Est. 
Pour cette première phase, le programme a permis la construction de 28 magasins d’une capacité de 500 tonnes chacun, 10 magasins de 250 tonnes chacun, 10 bâtiments phytosanitaires, 3 salles de réunion, 4 aires de séchage, 4 logements de gardiens, 5 latrines et 4 murs de clôture de magasins. 
Tous les magasins sont équipés en matériels d’exploitation, notamment les lignes de nettoyage de graines, les palettes, les bâches de fumigation, les brouettes, les charrettes, les bascules et les machines à coudre. En outre, le programme a permis de former les utilisateurs, à la gestion de ces outils importants de la chaîne des valeurs agricoles. 
Pour le commissaire de l’UEMOA charge du département de la Sécurité alimentaire, de l’agriculture, des mines et de l’environnement, Jonas Gbian, la mise en exploitation de ce don permettra l’accroissement des capacités de stockage et d’approvisionnement alimentaires, la réduction significative des contraintes liées à la commercialisation des céréales, l’amélioration des revenus des communautés rurales grâce à une meilleure régulation des stocks, et enfin l’amélioration de la qualité des produits agricoles. En ce qui concerne la deuxième phase du programme, elle voit la construction de 20 magasins de stockage et de 30 aires de stockage. M. Jonas Gbian a déclaré que cette deuxième phase sera bientôt mise en œuvre.
Promouvoir l’intégration des peuplesSelon le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, ces infrastructures permettront une meilleure gestion des excédents de productions agricoles, la réduction du bradage des produits et des pertes post-récoltes, estimées aujourd’hui à près de 2% du PIB, et à 6,9% du budget national. 
Aussi, a-t-il ajouté, la réalisation de ces infrastructures est en parfaite cohérence avec les ambitions du gouvernement. A en croire M. Ouédraogo, la transformation structurelle de l’économie burkinabé; décliné dans le Plan national de développement économique et social (PNDES), passe nécessairement par la mise en place d’infrastructures structurantes, capables d’impulser le développement des chaînes de valeurs agricoles. Pour le ministre, ces infrastructures auront sans nul doute des retombées socio-économiques dans les zones d’intervention, avec des effets induits dans les zones environnantes, et même l’économie nationale. 
C’est pourquoi, au nom du gouvernement et de l’ensemble des populations bénéficiaires, il a traduit sa reconnaissance au président de la Commission de l’UEMOA, et souhaité que ce programme soit renouvelé, « car l’offre des infrastructures demeure largement en-deçà de la demande ». 
Au cours de la cérémonie, le chef du village de Kiribina, Yaya Traoré et le maire de la commune de Banfora, Aboubacar Héma, ont tous exprimé leurs satisfactions par rapport à ces nouvelles infrastructures qui vont apporter un plus à l’économie locale. 
Le chef de Kiribina a profité de l’occasion pour soumettre certaines doléances visant le bien-être de ses concitoyens. Des doléances qui, selon le représentant de la commission de l’UEMOA, ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd et feront l’objet d’attention. Faut-il le rappeler, le présent programme est en lien avec la vision de l’UEMOA qui est de promouvoir l’intégration des peuples. 
Il marque l’opérationnalisation du Fonds régional de développement agricole (FRDA), notamment le volet sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté par l’amélioration de la qualité des produits agricoles. « En outre, ce programme est en parfaite cohérence avec les politiques du gouvernement du Burkina Faso en matière de sécurité alimentaire et de promotion de l’économie agricole », a-t-il conclu.

Mamadou YERE
(AIB Comoé)


134
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus