Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Une mission de travail débouche sur un harcèlement sexuel

20/07/2017
21:00

S.S. a comparu devant le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso, le vendredi 14 juillet 2017, pour harcèlement sexuel. 
Tout est parti d’une mission que S.S. et Mme A.B., officiant dans la même structure, ont effectuée à Ségou (Mali), pour une formation, où ils ont séjourné du 25 septembre au 6 octobre 2016. S.S. était le patron de Mme A.B. à l’époque. 
Le voyage s’est bien passé jusqu’en terre malienne où le climat est devenu délétère entre S.S. et son employée. Cette dernière affirme que son patron l’a harcelée sexuellement en lui envoyant des messages. 
Au procès, A.B. a dans un premier temps, attribué à S.S. des SMS « malveillants », à connotation sexuelle: « Si vous êtes disponible, je passe dans votre chambre », « Je vais passer dans 15 minutes », sont, entre autres, les messages présentés par la dame à l’audience. Une fois, il m’a demandé de ne pas éteindre mon portable pour qu’il puisse me joindre afin d’entrer dans ma chambre secrètement pour qu’on fasse l’amour. 
Le soir venu, il est entré dans ma chambre et s’est couché sur mon lit, a déclaré A.B. Mais S.S. dit avoir fait ces messages pour « décompresser » la bonne  dame, « car  le climat était tendu entre eux ». 
Selon le dossier d’instruction, la collaboration entre les deux s’est empirée de façon progressive. La première conséquence, une promesse de mission sur Israël qui avait été faite par S.S. à A.B. a été annulée. 
Et la tension a atteint le summum quand S.S., qui est le responsable hiérarchique de la plaignante, a décrété une lettre de licenciement à son encontre le 11 octobre 2016, soit 5 jours après leur retour au pays. 
La conclusion qu’a tirée le procureur près le Tribunal, est la suivante : « Après maintes avances infructueuses, S.S. a décidé de durcir sa relation avec A.B.». Ce qui, selon lui, corrobore avec les faits qui sont reprochés à l’accusé. 
La défense a, quant à elle, accusé A.B. d’avoir donné un faux espoir à son client, en lui ouvrant sa porte à une heure tardive. Et cela bien qu’elle l’accusait de harcèlement. Ouvrir la porte, pour l’avocat de S.S., est synonyme de : « Faites comme chez vous, mais n’oubliez pas que vous êtes chez moi ». 
Après avoir entendu les deux parties, les juges ont infligé à S.S. 12 mois d’emprisonnement, 500 mille F CFA d’amende, et 1 million de F CFA de dédommagement pour A.B..


Les Echos de l'Ouest




1 606
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus