Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Pas de Lauréat 2016 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique, annonce la Fondation Mo Ibrahim//Le président du Faso, Roch Marc Christian Kabore, a donné le clap d’ouverture du XXVe    FESPACO le samedi 25 février 2017.  // « Il faut que le privé s’investisse dans le financement du cinéma africain » (Ministre ivoirien de la culture 
Flash info :

Biologie : jusqu’à 1000 chauves-souris par nuit

19/08/2014
11:45

C’est ce mardi 19 Août 2014 que le premier filet de capture pour chauves-souris au monde a été inauguré  à la station de recherche ornithologique de Pape en Lettonie.  Il a été spécialement construit par les biologistes lettons et allemands pour attraper les chauves-souris. 

Cette étape  marque ainsi  un tournant important dans la réalisation du  grand projet de  recherche internationale sur les chauves-souris.

En effet, leur capture en grand nombre doit permettre d’en savoir plus sur la route migratoire des chauves-souris, leurs régions d’hivernage, et la physiologie de ces mammifères précieux sur le plan écologique.

 La  technologie constitue d’autant une avancée qu’il « n’existe que très peu d’endroits au monde où il est possible d’observer et de capturer des chauves-souris migratrices en nombre suffisant », a souligné le spécialiste Pr Gunārs Pētersons, de l’université lettone d’agriculture.Dans ce sens, a-t-il indiqué, le site classé de Pape, de par sa grande concentration d’animaux en est unique en Europe. 


Les biologistes estiment que leur nouveau piège de 15 mètres de haut permettra de capturer jusqu’à 1000 chauves-souris par nuit. Après avoir bagué autant d’oiseaux que possibles, ils seront relâchés et suivis à la trace.  

Les baguages de chauves-souris déjà réalisés dans les années 80 et 90 à Pape,  avaient entre autres permis de découvrir que les chauves-souris pouvaient parcourir plus de 1900 km entre leurs régions d’hivernage et d’estivage. Les informations qui seront récoltées aideront à mieux protéger l’espèce au cours des prochaines années.

 En effet, une meilleure connaissance de leur circuit migratoire par exemple, permettra d’en tenir compte dans le développement des éoliennes qui constituent un piège mortel pour près de 300 000 chauves-souris chaque année.

V.Korahiré

  


596
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR






>IMAGE DE LA CITE





> Edito

26/02/2017 22:55
20/02/2017 15:05
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus