Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Lutte contre le terrorisme: Une marche silencieuse du rond-point des Nations Unies au cafe Istanbul le samedi 19 août, à 9 heures.//Attaque café Istanbul: Le président Alpha Condé est annoncé ce jeudi 17 août  à Ouagadougou//Le président du Faso décrété un deuil national de 72 heures à compter de ce lundi//Bilan de l'attentat 18 morts, 2 assaillants tués,  22 blessés ( Procureur du Faso).//« Je condamne avec la plus grande énergie l’attentat ignoble qui a endeuillé Ouagadougou dans la nuit de dimanche à lundi » (Président du Faso) //«J’adresse mes condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés », (Président du Faso)//Attentat à Ouagadougou : le Gouvernement a mis en place un dispositif de prise en charge gratuite des victimes. (Ministère de la Santé).
Flash info :

Axe Dori-Ouagadougou : des Koglwéogo font souffrir le martyre à des voyageurs

01/08/2017
21:36

Axe Dori-Ouagadougou : des Koglwéogo font souffrir le martyre à des voyageurs
Il est revenu à Kantigui que les usagers de la route Dori-Ouagadougou ont vécu un calvaire dans la matinée d’hier mardi 1er août 2017. En partance pour Ouagadougou, l’informateur de Kantigui a fait savoir que des Koglwéogo ont arrêté le véhicule à bord duquel il était embarqué ainsi que bien d’autres usagers. Ils avaient en effet barricadé la route avec des troncs d’arbres au niveau du village de Bissighin. Ainsi, motocyclistes et automobilistes étaient bloqués là. Et de 9h à 12h30, ils y sont restés. Ils ont dû leur salut à des forces de sécurité qui ont mené une médiation auprès des manifestants qui ont fini par lâcher prise. Des explications fournies à Kantigui, les Koglwéogo réclamaient la libération d’un des leurs incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou. Dans l’historique des faits, il ressort qu’à la suite d’un vol de trois bœufs, le présumé voleur a été pris par les Koglwéogo et sommé de payer une amende de trois millions de F CFA. Toujours selon la même source de Kantigui, un responsable politique a rencontré le Koglwéogo et a réduit la dette d’un million. A la suite, un élément de ces groupes d’autodéfense a été convoqué à Ouagadougou pour des besoins d’enquête.  Quand il est allé répondre à cet appel, il a été arrêté et conduit en prison. Les Koglwéogo réclament alors sa libération, d’autant plus qu’ils disent ne pas savoir pourquoi il est en prison alors que le présumé voleur est en liberté.Au moment où Kantigui traçait ces lignes, il apprenait que de pareilles manifestations étaient en cours sur l’axe Zorgho-Ouagadougou ainsi qu’à certaines sorties de la ville de Ouagadougou comme à Nioko1 (route de Fada). Au vu de l’ampleur du mouvement, Kantigui, très inquiet, ne peut que souhaiter un apaisement de la situation qui ne donne pas un bon présage.

Titao : le CDP se retire d’une plénière
Il est parvenu à Kantigui que le groupe communal CDP, parti d’opposition, s’est retiré, il y a une dizaine de jours, des plénières de l’atelier de restitution des travaux d’élaboration du Plan communal de développement (PCD) de Titao. Le parti a réfuté la participation des responsables des Conseils villageois de développement (CVD), qu’il dit ne pas reconnaître. Il reproche au maire de la commune, Irisso Mandé, de n’avoir pas respecté les textes en matière de renouvellement de ces structures de développement local. Selon eux, le maire n’aurait pas associé le conseil municipal comme le stipule le décret portant organisation, composition et fonctionnement des CVD. Il se serait contenté d’un simple communiqué radiophonique et n’aurait pas mis en place un comité qui implique le conseil municipal. La source de Kantigui a indiqué que des villages qui rejettent ces nouveaux bureaux ont saisi le maire et les autorités administratives de cette irrégularité et attendent que ce contentieux soit vidé avant tout fonctionnement de ces structures. Kantigui qui suit cette affaire de près invite les autorités administratives au strict respect de la réglementation en la matière afin d’éviter toute crise qui pourrait mettre à mal le développement local.

Les vérités de Alfred Gouba aux énarques de Fada N’Gourma
Selon des informations mises à la disposition de Kantigui, le secrétaire d’Etat à la Décentralisation, Alfred Gouba, lors de la sortie des stagiaires de l’Institut régional d’administration (IRA) de Fada N’Gourma, n’a pas manqué de « smatcher »  les retardataires et de leur dire ses quatre vérités. Le membre du gouvernement n’a pas usé de diplomatie pour rappeler aux lauréats que le respect de l’heure est sacré dans l’administration  et qu’une pluie ne doit pas être une excuse et empêcher d’être à l’heure pour une cérémonie qui les concerne en premier lieu. Une remontrance qui vaut son pesant d’or pour ces futurs serviteurs de l’Etat. Son invite au respect de l’heure devrait concerner bien d’autres acteurs de la région de l’Est qui excellent dans le retard de leurs activités. C’est pourquoi Kantigui les invite à l’école du ministre d’Etat, Simon Compaoré ou de Alfred Gouba, grands champions de la ponctualité. Respecter l’heure qu’on s’est librement fixée est signe de considération des autres qui ont, sans doute, mis en veilleuse leurs occupations pour honorer le rendez-vous.

Attention au maximalisme !
En ce printemps de revendications tous azimuts, Kantigui constate qu’il y a des agents à l’imagination très fertile. Pendant que certains se battent pour l’instauration de fonds commun, Kantigui apprend que dans une structure publique de la place, d’autres ont signé une pétition pour exiger la formation de tout le personnel, y compris les agents de liaison et les chauffeurs, à l’étranger et ce, avant la fin de l’année. Kantigui est d’accord pour le renforcement des capacités des agents. Ce sont des initiatives à encourager dans tous les services et entreprises dignes de ce nom. Mais, il se pose mille et une questions par rapport à cette revendication. Quelle structure peut-elle former tous ses agents à l’extérieur à quatre mois de la fin de l’année 2017 ? Le coût de ces missions à l’extérieur ne va-t-il pas impacter sur la réalisation des projets de développement, surtout en cette période de régulation budgétaire ? L’on sait que le rôle de ladite structure publique dans la réussite du Plan national de développement économique et social (PNDES) est hautement important. A ce qui se dit, la proposition du premier responsable de la structure de former une partie du personnel cette année, a été rejetée par les pétitionnaires. Kantigui appelle simplement les agents à plus de réalisme car toute exagération peut être suicidaire.

Kantigui
(226) 25 31 22 89




889
Partager sur Facebook

> Recherche




>SOURIRE DU JOUR



>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus