Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Voleur dans deux brigades de gendarmerie

02/08/2017
19:31

* Voleur dans deux brigades de gendarmerie

Cultivateur âgé de 35 ans, A.Z. a été reconnu coupable de vol et de tentative de vol dans deux brigades de gendarmerie. A cet effet, il a été condamné à 5 ans de prison ferme, le 28 juillet 2017 au Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso. En effet, A.Z., en provenance de Koudougou pour Bobo-Dioulasso, a fait une escale à Houndé. Par manque de moyens financiers pour continuer son chemin, selon les dires du prévenu, il a décidé alors de dérober une moto. «J’ai quitté Koudougou pour Bobo-Dioulasso. A Houndé, j’ai volé une moto pour me rendre chez mon grand frère à Bobo-Dioulasso». A ce moment, il jette son dévolu sur la gendarmerie de Houndé pour subtiliser une moto. Arrivé à Bobo-Dioulasso, A.Z. se rend à la brigade de gendarmerie de la ville, pour y soustraire du carburant dans les motos garées dans la cour. Malheureusement, A.Z. a été arrêté. A la barre, il reconnaît les faits à lui reprochés. Les juges cherchent à savoir, les motifs de son forfait. Pourquoi cible-t-il uniquement pour ses méfaits les gendarmeries? Est-ce parce qu’il est malade ? Silence ! A.Z. ne daigne pas répondre. A en croire le procureur, A.Z. est un récidiviste, car ayant été déjà condamné en 2016, à une peine de 10 mois de prison ferme à Boromo. Pour ce faire, le procureur a exigé qu’il soit puni à la hauteur de son forfait, à 2 ans de prison ferme. Finalement,  A.Z. a écopé de 60 mois ferme, soit cinq ans. Il a 15 jours pour faire appel. 


*Deux braqueurs condamnés à 20 ans de prison ferme chacun

20 ans d’emprisonnement ferme assortis de 15 ans de sûreté, c’est la sentence que le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso a prononcé contre D.D. âgé de 32 ans et G.B., 28 ans. Ils sont reconnus auteurs de braquage sur l’axe Bobo-Dioulasso-Léguema et d’une agence de transfert d’argent. Leur jugement s’est déroulé le vendredi 28 juillet 2017, au Tribunal correctionnel de Bobo-Dioulasso. Deux autres inculpés, M.D. 33 ans et N.B. 35, ans ont été relaxés, faute de preuve de leur participation. Les faits remontent à la soirée du 1er mai 2017, quand D.D. et G.B. tentaient de braquer une agence de transfert d’argent au secteur n°21 de la ville de Sya, non loin du stade Sangoulé Lamizana, où ils ont été appréhendés par les habitants. A la veille de ce braquage, sur l’axe Bobo-Dioulasso-Léguema, les deux prévenus avaient dépouillé des usagers de leurs biens (motos et argent). Au cours de leur audition pendant  l’enquête, D.D. et G.B. avaient cité les noms de M.D. et N.B., tous deux résidant à Ouagadougou. Au procès, D.D. et G.B. ont plaidé coupables mais ont disculpé M.D. et N.B. qui ont plaidé non coupables. Alors pourquoi les avoir cités lors de l’audition ? « Nous les avons cités, parce que nous nous sommes dit, qu’ils auraient les moyens pour nous prendre un avocat pour le groupe », indiquent-ils. «Les éléments du dossier ne permettent pas de poursuivre  M.D. et N.B., rien ne permet de savoir que les deux sont impliqués. Le ministère public, en l’absence d’infraction à leur égard, a demandé de les remettre en liberté», déclare le procureur. Quant à D.D. et G.B., le procureur a affirmé que le vol aggravé et la tentative de vol aggravé sont constitués. «Ce ne sont pas de vols ordinaires, mais des vols aggravés, car ils détenaient des armes à feu. En plus d’avoir commis le braquage avec une arme, cela s’est passé sur une voie publique», a-t-il déclaré. Ainsi le ministère public dans sa réquisition a demandé aux juges, l’application des peines, conformément aux lois sur le grand banditisme (peine allant de 5 ans à la prison à vie). Ainsi, il a requis 10 ans de prison ferme, assortis de 7 ans de sûreté pour D.D et G.B, compte tenu de leur statut de délinquants «primaires». Ces derniers ont demandé pardon pour leurs actes. La Cour correctionnelle de Bobo-Dioulasso est allée au-delà de cette peine, en leur affligeant 20 ans d’emprisonnement ferme, assortis de 15 ans de sûreté. M.D et N.B ont quant à eux, été relaxés.    


Rassemblés par :
Boudayinga J-M. 
THIENON



310
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus