Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Burkina France : Emmanuel Macron à Ouagadougou le 27 novembre.//Santé : Pr Nicolas Méda, élevé à la Légion d’honneur française.//Burkina : «Les actions de Thomas Sankara sont ancrées dans la mémoire des burkinabè", président du Faso, Roch Kaboré.//Dossier Thomas Sankara : « Aujourd’hui au niveau de la justice, les choses avancent. Et nous avons bon espoir ", président du Faso, Roch Kaboré.//Sénégal-Burkina: Macky Sall élève le président Kaboré à la Dignité de Grand-Croix de l’Ordre national du Lion.//Les Etats-Unis annoncent leur retrait de l’Unesco, accusant l’institution d’être «anti-israélienne ».//Affaire putsch manqué: liberté provisoire pour Djibrill Bassolé.
Flash info :

Examen périodique universel:Le Burkina prépare son 3e passage en 2018

10/08/2017
21:48

Le comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations de l’Examen périodique universel (EPU)  tient,  les 10 et 11 août 2017 à  Ouagadougou,  une  session pour  examiner et amender un projet de rapport national des droits  humains relatif au  3e passage du Burkina Faso  en 2018.  


Le Burkina  Faso  s’active  pour présenter  un rapport national des droits humains,  en 2018,  devant l’Organisation des Nations unies (ONU), dans le cadre de son troisième passage à l’Examen périodique universel (EPU). Ce mécanisme  d’évaluation par les pairs, institué  en 2006, permet d’examiner  régulièrement la situation des droits humains dans les pays-membres  de l’ONU.   Dans cette dynamique, le projet de rapport  national des droits humains, dont le contenu n’a pas été dévoilé à la presse,  a été rédigé par un comité restreint d’experts.  Ce  document  va retenir particulièrement  l’attention de la  vingtaine  de membres  du comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations de l’EPU, qui vont l’examiner et l’amender, au cours de la session organisée, les 10 et 11 août 2017, à  Ouagadougou.   Au regard des enjeux, le président de ladite structure,  le Secrétaire général (SG) du ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique (MJDHPC), Paulin Bambara,  dit  attendre beaucoup de la rencontre.   « J’attends des contributions pertinentes qui permettront au comité de rédaction d’améliorer le contenu et la forme du projet de rapport », a-t-il dit, exhortant  les membres du comité à examiner  « avec minutie »  et « sans complaisance »    le document  afin d’y apporter les amendements nécessaires.    Pour M. Bambara,  le comité qu’il dirige a un « rôle déterminant » dans le processus d’élaboration du rapport national pour l’EPU dans la mesure où il lui revient de faire les orientations nécessaires au comité de rédaction et s’assurer le contrôle-qualité dudit rapport.  Il s’est par ailleurs prononcé sur la situation des droits humains  en terre burkinabè.  « La situation des droits humains au Burkina est à l’image de celle dans le monde.  Notre pays ne fait pas exception à cette période difficile que le monde dans sa lutte contre le terrorisme et la criminalité  internationale. Mais le Burkina a courageusement ratifié presque l’ensemble des instruments internationaux en matière de droits humains et s’attelle à leur mise en œuvre, avec ses moyens et une grande volonté de réussir ce pari », a relevé le SG.  Sur l’ensemble des instruments  évoqués,  il a signifié que de grands efforts ont été faits, avec tout de même des sacrifices supplémentaires à consentir pour leur mise en œuvre optimale.  A l’issue de son amendement, le projet de rapport national sur les droits humains relatif au 3e passage à l’EPU va être examiné par un comité interministériel  avant son adoption en Conseil des ministres.  


Kader Patrick KARANTAO






106
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus