Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Kenya, peine perdue !

13/08/2017
20:45

Kenya, peine perdue !

Ce que le monde redoutait au Kenya, à savoir les violences postélectorales, s’est finalement produit après la victoire du président sortant, Uhuru Kenyatta, vendredi 11 août dernier, sur l’opposant Raila Odinga. Si l’on déplore déjà une dizaine de morts, en l’occurrence des partisans du malheureux Odinga, il faut surtout craindre la répétition de la situation de 2007. A partir du moment où le perdant a appelé ses partisans, ce dimanche 13 août, à ne pas aller travailler aujourd’hui lundi, il y a fort à craindre le pire. «Nous n’avons pas encore perdu. Nous n’abandonnerons pas. Attendez que j’annonce la marche à suivre, après-demain (mardi)», a-t-il fait savoir.
Si le gouvernement dit tolérer les manifestations pacifiques, il promet de traiter comme des criminels, tous ceux qui s’adonneront à des actes de pillages ou qui tenteront de violenter les forces de sécurité.
Pour éviter qu’il y ait davantage de sang versé à Kisumu (fief du perdant) ou dans d’autres zones,  Raila Odinga devra recourir à la justice. S’il a des preuves que son adversaire n’a pas été démocratiquement élu, qu’il appelle ses partisans au calme et introduise des recours devant les tribunaux. Là aussi, ce sera peine perdue. Néanmoins, même s’il n’obtient pas satisfaction, il donnera du temps au temps de faire son œuvre, c’est-à-dire d’apaiser la tension dans son camp. Parfois les fraudes électorales sont évidentes. Mais encore faut-il que l’institution chargée d’infirmer ou de confirmer les résultats d’une élection soit indépendante et ait le courage pour le faire. La tour de contrôle se penche, très souvent, du côté du pouvoir.
En Afrique, il est rare de voir un gagnant d’une élection, lâcher prise. Que les rues de Naïrobi, Mombassa, Kisumu ou de Malindi soient jonchées de macchabées, il y a peu de chance que le fils du tout premier président kényan, Jomo Kenyatta, reconnaisse une défaite au profit de Odinga. Crédité de 54,27% des voix, contre 44,74% à Raila Odinga, on ne voit pas comment Uhuru Kenyatta, au pouvoir depuis 2013, acceptera une victoire de son rival. Le cas gabonais est là pour nous rappeler qu’il est difficile effectivement en Afrique, d’organiser une élection et la perdre. Juste quelques rares cas, notamment le Sénégal avec Abdoulaye Wade et le Ghana avec John Dramani Mahama. Au Gabon, malgré le recours de l’opposant Jean Ping devant la Cour constitutionnelle, celle-ci n’a pas inversé les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 27 août 2016. Ali Bongo Ondimba, par le jeu des nombreuses annulations de bureaux de vote, s’est prévalu d’une victoire avec 50,66 % des suffrages contre 47,24 % à Ping qui est d’ailleurs son beau-frère, soit une différence de 11 700 voix. En dépit des suspicions de fraudes relevées par les observateurs, Ping est resté le vaincu de ce scrutin.
Au Gabon comme au Kenya, le miracle ne se produira pas. Il reste tout simplement à éviter le scénario de 2007 où plus de 1 100 personnes avaient été tuées et 600 000 déplacées en deux mois de violences postélectorales.
Que Raila Odinga appelle ses votants à ne pas descendre dans la rue car en plus de la défaite électorale, ils subiront les balles assassines de ceux qui jubilent en ce moment. S’il y a une main tendue du pouvoir, mieux vaut la saisir pour sauver au moins des vies innocentes. Ainsi va démocratie en Afrique .

Par Rabankhi Abou-Bâkr Zida
 rabankhi@yahoo.fr





139
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus