Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Le pouls de la Cité : Saison pluvieuse: être mouillé ne tue pas

24/08/2017
18:04

Les Ouagalais ont-ils peur de la pluie en cette saison hivernale? Si la question semble absurde, il y a cependant lieu de s’inquiéter au regard du comportement de certains usagers de la route lorsque le ciel s’assombrit. C’est à dire lorsque la pluie se fait imminente. Certains individus n’hésitent pas, en effet, à appuyer sur l’accélérateur pour se mettre à l’abri. Ce qui n’est pas sans danger pour la vie des autres usagers, des piétons ou pour soi. L’arrivée de la pluie s’apparente à une course (dangereuse) de rallye sur les différentes artères de la capitale. Aussi, si les motocyclistes «fuient» l’eau de pluie pour des raisons peut-être évidentes, le comportement de certains conducteurs est encore plus incompréhensible! 
Que craint-on lorsqu’on est dans le confort douillet d’un véhicule ? Somme toute, à quoi sert-il de faire la vitesse si la maison ou l’abri se trouve à plusieurs kilomètres ? Soit on marque tranquillement un arrêt au premier endroit trouvé, soit on décide de se laisser battre par la pluie ! Que représente le risque d’attraper un rhume ou de voir ses vêtements ou documents mouillés en comparaison à un accident où l’on court le risque de se blesser grièvement, de perdre un membre ou pire la vie ? Les uns et les autres doivent donc travailler à éviter ce qui s’est passé  la semaine dernière,  à quelques encablures du pont Kadiogo. Un motocycliste (lui-même en vitesse !) s’est, en effet, vu renversé par un autre qui visiblement roulait à tombeau ouvert…pour éviter la pluie! De grâce, nous sommes faits de chair et d’os et non de sel ou de sucre.

Routes de Ouagadougou : Ces occupations anarchiques qui inquiètent…

L’étroitesse des artères de  la ville de Ouagadougou, tout comme celles de Bobo-Dioulasso n’est plus à démontrer. Une situation à l’origine d’embouteillages monstres et de la survenue d’accidents, parfois mortels. Le pire est peut-être encore à venir. Et pour cause. De jour en jour, les routes de la capitale se «réduisent» du fait du commerce des véhicules importés communément appelés «France aurevoir » qui a pignon sur rue depuis quelques années au Burkina Faso. L’ampleur du phénomène est telle presqu’aucune voie ou «six- mètres » n’est épargnée. C’est le cas de l’avenue Bassawarga (à Ouagadougou), notamment à son niveau qui sépare le terrain, le Palais du Mogho Naaba et le jardin du 8 Mars. Le ou les vendeurs ont poussé l’outrecuidance jusqu’à occuper le terre- plein central de ladite avenue. Ce comportement est tout simplement inacceptable.  Malheureusement, il ne s’agit que d’un cas parmi des milliers d’autres. Et ce, au grand dam des usagers de la route. Ceux-ci ne sont pas au bout de leur peine, même s’ils sont, dans ce dernier cas, parfois complices. En effet, une autre pratique prend également des proportions inquiétantes à Ouagadougou. Les abords des principales voies sont occupés par des vendeuses et vendeurs de fruit et légumes. De sortes que de «petits» marchés y pullulent impunément. Pour paraphraser une citation très bien connue, le pire n’est pas l’existence de tels comportements inacceptables, mais le silence des autorités municipales. Il urge donc de mettre fin à cette anarchie rampante. La municipalité, aidée de «sa» police doit songer à mettre un coup de pied dans la fourmilière. Les citoyens pourraient circuler en toute sérénité. Nos villes auront une physionomie digne de ce nom. Mieux, des accidents seront évités et peut- être des vies préservées.




39
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus