Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
72e AG des Nations unies : Roch Kaboré plaide « pour une véritable ONU des peuples »./72e AG de l'ONU : « La lutte contre le terrorisme est désormais une priorité nationale », Roch Kaboré, président du Faso./72e AG de l’ONU : « Nous devons aborder la question de la réforme de l'ONU avec courage et sérénité pour donner à l’Afrique toute sa place », Roch Kabore, président du Faso.
Flash info :

Police municipale : les concours professionnels divisent

29/08/2017
21:29

Kantigui a ouï dire que l’organisation des concours professionnels de la police municipale, session 2017, pose problème. En effet,  Kantigui se rappelle que des agents de la police municipale de Ouagadougou avaient observé un sit-in, courant juillet de cette année pour demander le rehaussement du niveau de recrutement pour le concours direct et l’augmentation du nombre des postes à pourvoir au niveau des concours professionnels, surtout pour les postes d’assistant, afin de permettre aux agents d’avancer. Après le mouvement d’humeur des flics municipaux de Ouagadougou, ceux des autres communes sont rentrés dans la danse. Mais selon la source de Kantigui, à la surprise générale, la mairie de Ouagadougou a lancé le concours (de recrutement de 2 inspecteurs, 10 contrôleurs et 40 assistants) sans tenir compte des doléances des policiers municipaux. Face à cette incompréhension, les agents ont adopté unanimement un mot d’ordre de boycott en  refusant de déposer leurs dossiers de candidature.  Seulement, le mot d’ordre n’a pas été suivi par tout le monde à Ouagadougou. En effet, la source de Kantigui, indique que sur les 368 agents de la police municipale de Ouagadougou,  34 ont déposé leurs dossiers pour participer à ces concours professionnels. Aux dernières nouvelles, a appris Kantigui, le ministère de tutelle a fait sortir une correspondance communiquant la date du déroulement des épreuves prévue pour les 8 et 9 septembre prochains, créant ainsi la division et la suspicion au sein du corps. Vivement qu’une solution idoine soit trouvée à cette crise au sein de la police municipale pour éviter la fracture dans le groupe.


-------------------------------------------------------------------------

Commissariat central de police de Ouagadougou : des timbres frauduleux en circulation

Kantigui salue la vigilance dont a fait preuve un agent de police de la section légalisation des documents, du commissariat de police de Ouagadougou. En effet, le mercredi 23 août 2017, aux environs de 10 heures, Kantigui a été témoin d’une tentative de fraude. Un policier après avoir réceptionné les documents d’un usager pour légalisation, a remarqué  que le timbre bien qu’imbibé de liquide n’adhérait pas au document. Intrigué, l’agent des forces de l’ordre se lève et va vers les vendeurs de timbres postés en face de la cour de légalisation. Il détecte deux vendeurs de timbres frauduleux, et  réussit à mettre la main sur  un vendeur de timbres de 200F CFA. L’autre vendeur de timbres de 500F CFA, a par contre, réussi à prendre la fuite. Le policier conduit le fraudeur arrêté chez son supérieur et va rejoindre son poste. Quelques minutes après, un monsieur, certainement une connaissance du fraudeur, se présente devant le policier pour plaider sa libération. Mais ce dernier oppose un refus catégorique,  l’invitant à aller négocier avec son supérieur. A la question de savoir comment ces vendeurs arrivent à fabriquer ces timbres frauduleux, Kantigui a ouï dire qu’ils se servent d’une imprimante couleur. Après avoir acheté un lot de timbres  dans un service des impôts, ils scannent le lot de timbres, puis l’impriment en couleur et prennent le soin de découper les bordures de sorte qu’on n’arrive pas à faire la différence entre les timbres originaux et ceux frauduleux. Tout en félicitant les forces de l’ordre, Kantigui les invite à redoubler de vigilance car, ils sont nombreux ces vendeurs qui utilisent des subterfuges pour se mettre plein les poches en fabriquant de faux timbres.  


--------------------------------------------------------------------------


L’Assemblée nationale : l’élection du nouveau président pour le 8 septembre prochain ?


Kantigui qui suit  l’actualité parlementaire depuis le décès de son président, Salifou Diallo, a ouï dire que l’élection du successeur de Gorba au perchoir va intervenir  avant le  15 septembre 2017. Selon la source de Kantigui, les députés vont procéder aujourd’hui 30 août, à la clôture de la session exceptionnelle ouverte le 20 août 2017 dans le cadre des obsèques du président. A l’issue de cette clôture, une autre session extraordinaire s’ouvrira demain 31 août pour une durée de deux semaines, selon les termes de la loi fondamentale. C’est au cours de cette session extraordinaire que les députés vont élire le successeur de Salifou Diallo dont la nation ne cesse de pleurer la disparition. A ce qui se susurre dans les coulisses de l’hémicycle, sauf décision contraire de la conférence des présidents qui valide l’ordre du jour, cette élection aura lieu le 8 septembre prochain. Si les tuyaux de Kantigui ne sont pas percés, c’est dire que les élus nationaux ne vont pas déborder excessivement le délai constitutionnel (15 jours) à eux impartis pour remplacer leur président en cas de vacance de poste. Kantigui, qui a les oreilles toujours grandes ouvertes en direction de la représentation nationale, reviendra très prochainement avec les noms des prétendants au rang de deuxième personnalité du pays. Au sein du MPP déjà, les tractions continuent et la cohésion au sein du parti dépend fortement du consensus ou non qui va sortir du choix de l’homme qui va présider aux destinées de l’Assemblée nationale pour le reste du mandat.


---------------------------------------------------------------------------

Emmanuel Marcon annoncé pour la mi-novembre à Ouagadougou

Kantigui qui a tendu son oreille dans le milieu diplomatique a ouï dire que le président français, Emmanuel Macron,  est annoncé à Ouagadougou pour la  mi-novembre prochaine. Selon la source de Kantigui, le président Macron sera à Ouagadougou dans le cadre de ses efforts diplomatiques pour créer un axe intégré entre l’Afrique, la Méditerranée et l’Europe. C’est donc depuis la capitale burkinabè qu’Emmanuel Macron va s’adresser au continent et ainsi dévoiler les grands axes de sa politique africaine, surtout en matière de  lutte contre le terrorisme. En outre, indique les différentes sources, le président français va aussi évoquer, lors de son séjour ouagalais la question de la migration. Le Burkina Faso étant devenu une cible privilégiée des attaques terroristes, Kantigui espère que cette visite permettra d’aider le pays à intensifier la lutte qu’il a commencée contre l’hydre terroriste depuis 2016.


Kantigui
Kantigui2000@gmail.com




676
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus