Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Urgent/Zimbabwe: Robert Mugabe démissionne (président du Parlement).//Burkina : L’ancien Premier ministre (1992-1994), Youssouf Ouédraogo est décédé ce samedi 18 novembre, à Abidjan.//Football : Eliminatoires Coupe du monde, le Burkina bat le Cap-Vert (4-0)/Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation 2017 : le Nigérian Emmanuel Mayah remporte le Sebgo d’or //Prix de la meilleure Journaliste 2017 du Burkina : Habibata Wara, lauréate.//La région du Centre est la plus touchée par la dengue avec 2 553 cas suspects et 9 décès.
Flash info :

Centrafrique: le président Touadéra annonce un remaniement ministériel

13/09/2017
09:41

Le président de la Centrafrique Faustin-Archange Touadéra a annoncé mardi un remaniement ministériel, nommant quelques ex-proches des groupes armés, selon un décret diffusé à la radio d'Etat.

Parmi les 34 ministres, figure ainsi Lambert Mokove Lissane (Eaux et forêts), ancien directeur de cabinet du chef du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) une faction de l'ex-Séléka. Le chef du FPRC, Nourredine Adam, est frappé par des sanctions des Nations unies depuis plusieurs années.Au total 18 personnalités restent au même poste, comme Flavien Mbatta à la Justice, alors qu'une Cour pénale spéciale doit commencer à instruire les graves atteintes aux droits de l'homme commis depuis 2003, ou changent de portefeuille, comme Jean-Serge Bokassa de la Sécurité à l'Administration du territoire.Seize autres personnalités font leur entrée, comme le général de brigade Henri Wanzet Linguissara (Intérieur et Sécurité publique).

Quatre ministres quittent le gouvernement dont Joseph Yakété (Défense).L'exécutif peine à affirmer son autorité au-delà de la capitale Bangui dans ce pays où le conflit commencé en 2013 a pratiquement anéanti l'armée et l'administration.Ce conflit a commencé avec le renversement en 2013 de l'ex-président François Bozizé par les milices Séléka prétendant défendre la minorité musulmane, entraînant une contre-offensive des anti-Balaka majoritairement chrétiens.L'intervention de la France (2013-2016) et la Mission des Nations unies (Minusca, 12.500 hommes) ont permis la tenue d'une élection présidentielle début 2016 et le retour d'un calme relatif à Bangui, mais pas dans l'intérieur du pays victime d'un regain de violences des groupes armés depuis quelques mois.

AFP


17
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus