Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Genève : Le président du Faso rassure les ONG et ses compatriotes

16/10/2017
09:19

Le président du Faso a entamé une visite officielle, dimanche 15 octobre 2017 en Suisse. Il séjournera en terre helvétique jusqu’au mardi 17 octobre 2017. Les organisations non gouvernementales suisses œuvrant au Burkina Faso et les compatriotes installés dans ce pays ont eu des échanges avec le chef de l’Etat dès son arrivée. 

Dès les premières heures de son arrivée à Genève en Suisse, le président Roch Marc Christian Kaboré s’est entretenu avec les représentants des organisations non gouvernementales (ONG) et associations suisses  intervenant au pays des Hommes intègres pour le bien-être des populations, le dimanche 15 octobre 2017. Le chef de l’Etat a échangé avec les « amis du Burkina Faso », sur  la manière d’harmoniser leurs interventions dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES) pour le bonheur des burkinabè. « Vous êtes un partenaire important pour notre pays. Vos interventions sont d’autant plus louables  qu’elles ont lieu parfois dans des zones qui subissent des attaques barbares et lâches, terrorisme et trafic en tous genres », les a-t-il félicité. A travers Christian Berset de Terriasira, les représentants des ONG ont remercié le président du Faso pour le cadeau qu’il leur fait en leur offrant la possibilité de cet échange. « Les ONG  qu’elles soient petites ou grandes sont nées pour la plupart d’un coup de cœur. Tous ceux que vous voyez, une partie de leur cœur sont au Burkina Faso », a-t-il déclaré. Plusieurs thématiques comme le coût élevé du visa d’entrée au pays des Hommes intègres, l’impossibilité à aller dans les zones rouges, les droits de douane sur le matériel humanitaire ont été abordées par les partenaires. Face à toutes ses préoccupations, Roch Marc Christian Kaboré s’est voulu rassurant. « Nous avions donné l’instruction d’exempter ceux qui viennent apporter de l’espoir aux populations des droits de visas, je puis vous assurer que la question sera réglée assez rapidement», a-t-il répondu. Quant aux zones rouges, il a expliqué que le Burkina Faso et certaines chancelleries n’ont pas la même perception. Toutefois les discussions se poursuivent pour harmoniser les vues. « Pour nous, Lorum n’est pas une zone rouge. Du reste si vous le souhaitez, nous pouvons mettre en place un dispositif pour vous accompagner tout au long de votre séjour », a assuré le Président du Faso. Interpellé sur un problème concret comme la non-mise à disposition de professeurs pour un lycée construit pour répondre à l’offre éducative dans le village de Ouadba dans le Boulgou, le chef de l’Etat s’est porté garant pour que les classes soient fonctionnelles. A l’endroit de ses compatriotes, les associations et ONG suisses intervenant au Burkina Faso sont environ au nombre de 70, selon l’ambassade auprès de la Suisse. Ils interviennent dans  des domaines tels que l’éducation, l’agriculture, la santé, l’aide sociale. A la suite des représentants de la coopération décentralisée, les burkinabè vivant en Suisse et environnant ont échangé avec le chef de l’Etat. Les compatriotes, même loin de la mère patrie, sont préoccupés par la situation nationale.  La rencontre se tenant  le 15 octobre 2017, date anniversaire de l’assassinat du  président Thomas Sankara, ils ont été nombreux à se renseigner sur l’évolution judiciaire du dossier. La promotion de la formation professionnelle comme solution pour résorber le chômage et des efforts pour une réduction du coût des terrains de construction  sont quelques-unes des doléances formulées par les membres de la communauté. Le secrétaire exécutif de l’Association des Burkinabè de la Suisse, Désiré Dabiré, a interpellé le gouvernement sur le défi sécuritaire qui freine, selon lui, certains investisseurs. Le président Roch Marc Christian Kaboré a répondu à chacune des préoccupations posées. Concernant l’affaire Thomas Sankara, il a réaffirmé sa foi de voir la justice conclure enfin ce dossier. « Il ne suffit pas de parler de Thomas Sankara, il nous faut vivre  selon les valeurs qu’il a défendue à savoir l’honnêteté, l’amour pour sa patrie et le travail. Je vous exhorte à faire vôtres ces valeurs pour contribuer au rayonnement du Burkina Faso », a-t-il lancé aux burkinabè de Suisse. Il a par ailleurs invité ses compatriotes à faire valoir leur expertise au Faso. Sur la problématique du défi sécuritaire, le président Kaboré a tenu à rassurer les Burkinabè vivant en Suisse sur les dispositions prises par le Gouvernement pour garantir la sécurité à l’intérieur du pays. Il a aussi évoqué les dispositions prises au niveau sous régional pour limiter les déplacements des terroristes le long des frontières. La rencontre s’est achevée dans une bonne ambiance, en témoigne les sourires sur les visages des participants. Au cours de sa visite en terre helvétique,  le  Président du Faso  va s’entretenir avec la Présidente de la Confédération suisse Doris Leuthard pour renforcer la coopération bilatérale. Il va  également  discuter de la dynamisation des liens multilatéraux de coopération entre le Burkina Faso  et l’organisme onusien, avec le  Coordonnateur du système des Nations unies.

Nadège YE 
( Depuis la  Suisse)


184
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus