Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Crise à l’UPC: Kadidiatou Zongo s’explique à Dédougou

18/10/2017
21:27

La députée Kadiatou Zongo/ Yanogo était face à la presse le dimanche 15 octobre 2017 pour expliquer les raisons de la crise qui prévaut au sein de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). C’était en présence de nombreux militants venus s’informer de ladite crise.

Cette conférence de presse, a expliqué la députée Kadidiatou Zongo, visait à informer les militants à la base sur les tenants et les aboutissants de la crise qui secoue le parti du lion. Revenant sur les causes, l’élue nationale a soutenu que tout est parti d’un article de presse paru dans le bimensuel  « Courrier confidentiel » le 10 septembre dernier accusant sept des vingt-deux députés de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) de comploter avec le défunt président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, pour créer un parti de gauche avec l’intention de quitter la barque de l’UPC d’ici à 2020. Outre cet article de presse qui a fait déborder le vase, selon Kadidiatou Zongo, un certain nombre de malaises mettaient en mal la confiance au sein de son parti. Il s’agit du climat délétère qui se caractérisait par le manque de sérénité dans le groupe parlementaire, de la « forte ingérence » du président Zéphirin Diabré dans les décisions du groupe parlementaire, du mutisme du parti face aux incriminations du bimensuel, etc. C’est au regard de toutes ces raisons, que les 13 députés démissionnaires du groupe parlementaire UPC ont décidé de créer un autre groupe tout en demeurant dans le parti. « Dans un tel climat, seuls ceux qui rapportent les faits et gestes des députés au président (ndlr Zéphirin Diabré) sont privilégiés et désignés pour les nominations et les missions. Vous comprendrez que la création d’un autre groupe parlementaire, en plus de nous permettre de travailler dans la sérénité et la confiance, nous offre l’occasion de pouvoir bénéficier des nominations et des missions comme les autres groupes », a argué la députée Kadidiatou Zongo/ Yanogo. Avec insistance, la représentante du peuple a manifesté le rattachement des démissionnaires au parti, tout en invitant la jeunesse « instrumentalisée » à se démarquer des actes de vandalisme qu’ils risquent fort de regretter. « Même dans mes cauchemars les plus sombres, je n’ai jamais pensé un jour quitter l’UPC. Mon souhait est que nous puissions transcender cette crise et rester unis pour 2020 », a-t-elle martelé. Au sujet des actes de vandalisme perpétrés à l’encontre de certains de leurs camarades démissionnaires, Kadidiatou Zongo a porté à la connaissance des hommes de médias de Dédougou que des poursuites judiciaires sont engagées contre X.


Kamélé FAYAMA


249
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus