Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Mortelles investigations

18/10/2017
22:16

Daphne Caruana Galizia, une journaliste d’investigation et bloggeuse maltaise a été retrouvée morte, tuée par une bombe placée sous sa voiture. Pour avoir récemment révélé, entre autres, les visites à des belles de nuit, lors d’un déplacement officielle en Allemagne, du ministre de l’Economie de son pays, la journaliste est passée de vie à trépas, dans des circonstances, comme toujours, non élucidées. Le gel des comptes en banque de la consœur ainsi que les poursuites introduites à son encontre n’ont visiblement pas suffi. L’assassinat a suscité une vague d’indignations dans le petit archipel  et a été  condamné par les Fédérations européennes et internationales des journalistes. De la Russie à l’Amérique Latine, en passant par l’Afrique et la Chine, la solution finale contre les empêcheurs de gouverner en rond semble être l’élimination physique pure et simple.  Tout en abattant une gigantesque œuvre de salubrité publique au profit de toute la société, c’est paradoxalement pour leur malheur que certains de nos confrères journalistes ont choisi d’exercer la forme la plus achevée du métier, l’investigation. Ancien journaliste lui-même, le Premier ministre de Malte, dont le pouvoir a vacillé  à la suite des investigations de l’intrépide journaliste, aura tout intérêt à diligenter une enquête transparente sur cet assassinat et ses circonstances, histoire de rétablir définitivement son innocence tant clamée. Cette tragique fin de la défenseure d’une gouvernance vertueuse est assurément un point noir pour ce pays qui revendique une démocratie parlementaire, la neutralité comme principe en matière de politique étrangère. Mais pas seulement. Elle contribue aussi à déconstruire l’image voulue, d’une Europe dont les traités inscrivent en lettres d’or, la dignité humaine, la liberté (d’expression et d’opinion), la démocratie, l’égalité, l’Etat de droit et le respect des droits humains.  A travers cette hideuse élimination de Madame anti-corruption de Malte, c’est toute l’Europe du capitalisme financier, avec son armada «d’émigrés fiscaux»,  qui exprime le fait qu’elle n’a pas encore digéré l’enquête «Panama Papers», qui a mis en lumière, en avril 2016, un vaste système planétaire d’évasion fiscale mettant en cause des personnalités parmi les plus insoupçonnables.  La journaliste avait activement participé aux travaux du consortium de près de 200 hommes de médias dont la conjugaison des efforts a permis de dénouer l’écheveau des Panama Papers. Cette entreprise mondiale d’investigation n’avait d’autres buts que de dévoiler, à Wikileaks,  les abus de pouvoir, la corruption, les manquements au devoir des institutions publiques ou privées pour  pousser les puissants du moment à agir avec honnêteté, intégrité, responsabilité, dans le sens de l’intérêt public. Elle aura contribué en 2013 à mettre en  lumière le vaste système de fraude fiscale organisée par le biais de sociétés offshore (sociétés domiciliées dans des paradis fiscaux uniquement pour bénéficier d’impôts très bas, voire inexistants), à dévoiler la liste de milliers de hauts dignitaires chinois liés à ces sociétés offshores, dont des proches du président Xi Jinping, à révéler les accords fiscaux avantageux passés entre le fisc luxembourgeois et des géants de l’internet, de la téléphonie et de la grande distribution… Cet assassinat de plus et de trop doit interpeller la société dans toutes ses composantes et dans tous les pays car, toutes les nations du monde, si l’on y prend garde, peuvent se transformer, du jour au lendemain, en un cimetière pour journalistes d’investigation. Ceux-ci ne doivent pas, pour avoir rendu service à la société, en dénonçant des trafics de tissus humains, le commerce de l’amiante, l’économie souterraine de la contrebande de cigarettes…, payer de leur vie, dans l’indifférence totale, faute d’avoir «creuser là où il ne fallait pas». C’est dans ce sens qu’il faut saluer et même remettre au goût du jour, la campagne choque de Reporter sans frontières (RSF) contre les dizaines de morts de journalistes enregistrés annuellement partout dans le monde, du fait de leur profession. Nous sommes donc tous interpellés à œuvrer individuellement et collectivement à ce que la perception du métier de journaliste par des adolescents, garçons et filles d'Afrique, d'Europe de l'Ouest et de l'Est, d'Amérique Latine et du Proche-Orient, change.  «Quand je serai grand, je me ferai tabasser par l'armée", "Quand je serai grande, je serai menacée de mort".


Mahamadi TIEGNA
camerlingue78@yahoo.fr



100
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus