Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Crise à l’UPC : Le bureau politique national donne sa version

23/10/2017
18:24

Le bureau politique national de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), a animé une conférence de presse le dimanche 22 octobre 2017 à Dédougou, sur la crise qui prévaut dans le parti. Conduite par le secrétaire général, Adama Sosso, la mission a donné sa version des faits aux hommes de médias de Dédougou en présence de nombreux militants du parti du lion.

Une semaine après l’explication de Kadidiatou Zongo, le bureau politique national de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a animé à son tour une conférence de presse sur la crise qui prévaut au sein du parti, le dimanche 22 octobre 2017 à Dédougou. Cette conférence visait à rapporter la « vérité » et rassurer les militants, selon le secrétaire général du parti du lion, Adama Sosso. D’entrée de jeu, assisté des députés Tibi Bonzi du Mouhoun, et de Kassoum Traoré des Balé, il a insisté sur l’élan de dialogue du parti depuis le début de la crise qui a pris ses sources dans l’écrit du bimensuel « Courrier confidentiel », incriminant sept députés de comploter avec le défunt président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo. « Dès que le problème a été posé, nous avons signifié aux mis en cause la disponibilité de la direction du parti, pour le dialogue. Pour ce faire, le président Zéphirin Diabré a désigné deux personnes pour les rencontrer et leur signifier la solidarité du parti, tout en l,es invitant à préparer leur défense pour se laver de toute accusation », a-t-il expliqué. Malgré cette volonté de la direction du parti à résoudre le problème à l’interne, a-t-il poursuivi, treize députés, à la surprise du président du parti, ont annoncé leur démission du groupe parlementaire UPC et d’en créer un autre, en mettant en avant le climat délétère dans le groupe parlementaire, le mutisme du parti dans la gestion de la crise, etc. Adama Sosso, du revers de la main, a balayé ces raisons qui pour lui, sont montées de toute pièce pour justifier ce qu’il qualifie de « trahison » et de « recul démocratique ». Au sujet des cas de vandalisme orchestrés par certains militants à l’encontre des treize députés, le secrétaire général, la main sur le cœur, a argué que le parti n’a envoyé aucun militant pour agresser qui que ce soit. Néanmoins, il estime que ces cas de vandalisme résultent d’un sentiment de révolte des militants qui trouvent inadmissibles les agissements de ces treize députés qu’ils ont mandatés pour les représenter à l’Assemblée nationale. « Nous n’avons incité personne à la violence. Au contraire, nous avons plutôt appelé à l’apaisement dès que nous avons constaté les cas de vandalisme», a juré Adama Sosso. Tout de même, la direction du parti, à en croire le secrétaire général, reste toujours ouverte au dialogue et souhaite une fin heureuse de la crise afin de permettre à la famille d’être soudée. Pour ce faire, Adama Sosso a invité les militants à l’union et à la solidarité  pour une cohésion du parti.

Kamélé FAYAMA



19
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus