Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Confirmation des charges du coup d’Etat manqué

26/10/2017
21:25

Les audiences de confirmation des charges dans le dossier du coup d’Etat manqué de septembre 2015 se sont  poursuivies à huis clos, hier jeudi 26 octobre 2017 au Tribunal militaire de Ouagadougou.  Ce fut  un rendez-vous manqué pour  le présumé cerveau du putsch, le général de brigade, Gilbert Diendéré, appelé à comparaître plutôt ce vendredi.  

Déterminantes dans la tenue du procès sur le coup d’Etat manqué de septembre 2015, les audiences de confirmation des charges, ouvertes le mercredi 25 octobre 2017,  se poursuivent au Tribunal militaire de Ouagadougou, sous haute sécurité. Hier jeudi 26 octobre, les auditions ont continué à huis clos avec des prévenus programmés la veille. En effet, sur les 13 inculpés retenus pour le premier jour, deux  ont  pu  passer à la barre. Le Tribunal militaire s’est donc employé à examiner  les dossiers des 11 personnes restantes, dont on a n’a pu avoir la liste.  Parmi celles-ci, figure l’adjudant-chef Ardjouma Kambou, dont le conseil, Me Ollo Hien, s’est confié à la presse.  « Mon client  doit passer ce matin, mais ce n’est pas évident, vu le timing. La Maison d’arrêt et de correction des armées est censée fermer à 17 heures », a-t-il lancé,  pessimiste, avant de quitter le Tribunal militaire pour vaquer à d’autres occupations.  Le retard accusé dans l’audition des prévenus au premier jour de l’audience a tout naturellement entraîné un décalage dans la programmation. Les 15 personnes inscrites pour le jeudi, parmi lesquelles le présumé cerveau du coup d’Etat raté, le général de brigade, Gilbert Diendéré, ont été reprogrammées pour ce vendredi 27 octobre 2017. Cette information  a été confirmée par l’avocat du haut gradé,  Me Mathieu Somé, joint au téléphone. « Oui ! Nous avons été reprogrammés pour demain vendredi, parceque le tribunal n’a pas pu avancer. Il y a eu tellement de problèmes.  Le tribunal n’a pu interroger  que deux personnes », a-t-il mentionné.  Quel est le moral de son client  à l’entame des audiences de confirmation des charges ?   Il s’est voulu  plus  que rassurant dans la réponse à cette question.  « Nous sommes prêts à nous expliquer devant le peuple burkinabè. Nous ne sommes pas démoralisés », a-t-il réagi sans plus.  Il a toutefois précisé, que seule la présumée infraction « association de malfaiteurs » n’avait pas été maintenue contre son client avant l’audience de confirmation des charges. Plusieurs chefs d’accusation pèsent sur le maître à penser de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), considérée comme une garde prétorienne sous le régime de Blaise Compaoré. Il s’agit, entre autres,  des faits d’atteinte à la sûreté de l’Etat, de complicité d’actes terroristes, de complicité d’homicides volontaires, de complicité d’enlèvement et de séquestration, de crime contre l’humanité, de complicité de destruction de biens.  D’après le rapport final de la commission d’enquête sur le coup de force de septembre 2015,  le Gal Diendéré aurait joué plusieurs rôles en son  temps.  Il aurait, entre autres actions, planifié le putsch, ordonné  la mise aux arrêts du président de la Transition d’alors, Michel Kafando, du Premier ministre, Yacouba Isaac Zida et des ministres René Bagoro et Augustin Loada, et pris la tête de la junte qui a proclamé la dissolution des instituions.  Il devra alors être entendu, avec l’appui de son conseil, sur  ces  faits à l’audience de confirmation des charges de ce vendredi. Mais des  doutes subsistent  sur son passage effectif ce jour, vu l’évolution plus ou moins lente des auditions.  107 personnes, aussi bien des civils que des militaires, ont été inculpées à des degrés divers dans l’affaire du coup d’Etat manqué, qui avait occasionné une dizaine de morts, des centaines de blessés et des dégâts matériels.    


Kader Patrick KARANTAO


838
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus