Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Forces armées nationales : Union sacrée contre le terrorisme

01/11/2017
23:16

Le 57e anniversaire de la création de l’armée nationale a été célébré, le mercredi  1er novembre 2017, à la Place de la nation de Ouagadougou, sous le patronage du Président du  Faso, Roch Marc Christian Kaboré, par ailleurs chef suprême des armées.   


Les Forces armées nationales (FAN) soufflent leur 57e bougie, dans un contexte de montée en puissance des actes terroristes au Burkina Faso. Cet anniversaire, placé sous le thème circonstanciel : « L’armée et la nation, solidaires face aux défis sécuritaires du moment »,  a été célébré le mercredi 1er novembre 2017, à la Place de la nation de Ouagadougou, endroit où la première prise d’armes du pays avait eu lieu.  Marquée par un cérémonial de décoration de 72 «valeureux» soldats  et un défilé militaire et paramilitaire, cette célébration a permis de poursuivre  la  réflexion sur  les défis sécuritaires actuels.  « Les actes terroristes qui visent en priorité les infrastructures sociales, économiques et sécuritaires de notre pays, ont dévoilé les intentions réelles de leurs auteurs et il n’est pas exagéré aujourd’hui d’affirmer que nous sommes face à une tentative de déstabilisation de notre pays, contre laquelle toutes les forces vives de la nation doivent se mobiliser pour apporter la réponse appropriée », a dit le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Jean-Claude Bouda.  Pour lui, le thème de la célébration du 57e anniversaire  sonne comme « un appel à tous les citoyens et citoyennes pour une mobilisation contre toutes les forces terroristes ».  Malgré le déploiement d’unités de l’armée dans les zones ciblées par les forces du mal, a-t-il regretté,  les populations continuent de subir les effets de la barbarie.  « A ce niveau, seules les actions anticipatives menées avec le concours de la population, à travers le renseignement et une meilleure organisation de notre dispositif d’intervention, peuvent nous assurer une victoire certaine», a fait observer le ministre en charge de la Défense.   M. Bouda  a insisté sur le fait  que  sans la collaboration  « active » et « intelligente » des populations, l’action des  forces de défense et de sécurité ne saurait être efficace.


Du  projet de loi de programmation militaire 


Il  a, par ailleurs,  salué l’« importante » contribution  des  soldats à la construction d’un Burkina prospère, tout en les assurant  de la poursuite des efforts du gouvernement  pour leur offrir un cadre de vie et de travail décent.  Le ministre Bouda a, d’ores et déjà,  évoqué l’approbation du projet de programmation militaire, issue du plan stratégique pour la réforme 2018-2022 par l’exécutif.  A l’écouter, ce projet, censé solutionner les besoins d’infrastructures, de matériels et d’équipements des FAN, sera soumis « très bientôt » à l’Assemblée nationale pour examen et adoption. « De plus, la réforme envisagée du secteur de la sécurité viendra parachever cette architecture pour assurer la protection et la défense du territoire, des personnes et des biens », a ajouté M. Bouda. Toujours au chapitre des perspectives et sur le plan régional,  le chef du département de la Défense  a fait part de l’enjeu pour le Burkina de réussir l’opérationnalisation de la force conjointe du G5-Sahel, dont l’état-major a été installé,  pour  apporter une réponse « collective », « adaptée » et « évolutive »  dans la lutte contre le terrorisme.  Pour sa part, le chef d’Etat-major général des armées, le général de brigade Oumarou Sadou,  a fait montre de compassion envers ses frères d’armes tombés au combat et  de détermination pour faire face à l’ennemi.  « Je voudrais profiter de la commémoration du 57e anniversaire pour saluer l’engagement et le sacrifice de toutes nos unités, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.  Je suis compatissant à  tous ceux qui sont tombés les armes à la main pour défendre notre territoire, à leurs familles et aux frères d’armes. Je souhaite que le thème de la célébration puisse être concrétisé partout où nos unités seront. Chacun de nous a un rôle.  Nous serons partout où le devoir va nous appeler », a déclaré le haut gradé.    


Kader Patrick KARANTAO

-------------------------------------------------------------------------


L’appel du chef de l’Etat


A l’issue de la cérémonie commémorative du 57e anniversaire des FAN, le Président du Faso, chef suprême des armées, a appelé à la mobilisation de tous les citoyens contre le terrorisme. 



«La relation entre l’armée et la nation est à renforcer et à poursuivre comme l’indique le thème de cet anniversaire. Cette célébration est l’occasion de présenter encore nos condoléances pour tous ceux qui sont tombés sur le champ d’honneur  et aussi pour souhaiter prompt rétablissement aux blessés. Nous sommes dans une situation sécuritaire difficile au Nord et dans toute la bande sahélo-saharienne, qui comprend les pays du G5. Nous sommes engagés à mener ce combat au Nord  pour sécuriser notre pays, mais  nous avons  besoin de la contribution  des citoyens.  La défense du territoire n’est pas simplement militaire, elle passe aussi par  l’accompagnement des populations  aux forces armées nationales dans le cadre de leurs activités.  Il est impératif  que nous comprenions que chacun de nous a un rôle à jouer dans la sécurisation de notre pays, de par les informations et la vigilance. Le terrorisme est un phénomène international qui nécessite une mutualisation des moyens avec les pays voisins. C’est vrai que nous sommes confrontés à des difficultés de financement  du programme de la mise en place de la force du G5-Sahel, mais nous avons bon espoir de régler ces questions au fur et à mesure.  Mais il nous faut commencer déjà ensemble, et faire en sorte que les fuseaux définis pour la sécurisation de nos frontières soient mis en place, notamment entre le Mali et le Niger, le Tchad et le Niger et entre la Mauritanie et le Mali.  Cela nous permettra d’éviter que des gens ne traversent les frontières pour venir nous attaquer et repartir sans coup férir de l’autre côté. Les questions de développement sont aussi concernées. Il faut faire en sorte que les zones attaquées, qui vivent dans une certaine pauvreté, connaissent des sources de développement, car on ne pourra pas tout résoudre avec la guerre ». 


Propos recueillis par K.P.K 






101
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus