Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Gouvernance nationale: Les femmes du MPP réclament l’application du quota genre

05/11/2017
23:54

 La 2e  convention nationale des femmes du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), s’est  tenue  les 3 et 4 novembre 2017 à Ouahigouya , sous le thème « Femme politique et développement socioéconomique ».

Les femmes du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP),  veulent   participer pleinement à  la gestion du pouvoir et aux prises  de décisions dans les différentes sphères de la vie de la nation. A l’occasion de leur   2e  convention nationale, les 3 et 4 novembre 2017  dans la salle des spectacles de  Ouahigouya, les réflexions ont porté  au thème «Femme politique et développement socioéconomique». A la sortie des réflexions, dix  recommandations  et  une résolution ont été formulées au bureau politique national du parti. Il s’agit, entre autres, de la mise en œuvre effective des recommandations issues de la première convention tenue en 2015, l’application du quota genre pour une meilleure représentativité des femmes dans toutes les sphères décisionnelles et de commandement du Burkina Faso, l’organisation d’une conférence annuelle des femmes du MPP dans chaque province, l’appui et le  financement des meilleurs projets féminins chaque année, la formation des femmes en leadership. Aussi,  elles ont pris la résolution de créer un comité opérationnel de suivi de la mise en œuvre des actions du Plan national de développement économique et social (PNDES) en faveur de l’amélioration des conditions de la femme.
Pour le président par intérim du MPP, Simon Compaoré, les recommandations et la résolution qui ont été formulées  vont être exploitées au niveau de la  direction politique du parti. Il s’est également réjoui du fait que  les femmes du MPP  veulent  continuer à être le pivot central du parti. « Nous sommes très satisfait car elles  ont réussi une mobilisation exceptionnelle. Avec cette mobilisation, se dessine  la victoire prochaine sur les autres combats que nous aurons à livrer. Nous ressortons ici, gonflés à bloc  que les turpitudes du moment ne peuvent en aucun cas faire trembler le MPP, car nous avons bâti notre parti sur du Roc », a-t-il soutenu. 


La femme comme pilier du développement


La cérémonie de clôture a également connu la présence du président de l’Assemblée nationale,  Alassane Bala Sakandé et de membres du gouvernement. Le secrétaire exécutif  national du MPP, Lassané Sawadogo, lors du discours d’ouverture des travaux, s’est réjoui du  choix de Ouahigouya pour abriter ce conclave qui, selon lui, vise à rendre un vibrant hommage au défunt président du parti, Salifou Diallo.  Aussi, il  a reconnu  l’importance de la participation  de la femme  à la réalisation des « nobles objectifs » de développement du Burkina Faso. «  Dans tous les compartiments de la vie de notre nation, les femmes doivent être l’épine dorsale  de l’engagement du chef de l’Etat, vis-à-vis du peuple burkinabè », a-t-il insisté. Au nom du bureau politique national, il a souhaité que les débats soient fructueux, concluants et de qualité, de nature à éclairer  les politiques publiques dans lesquelles les femmes occupent  une place centrale. Dans cette même lancée, la secrétaire nationale de l’Union des femmes du MPP, Elise Thombiano,  a plaidé  pour  une  prise en compte de la femme politique  dans les instances de décisions. Toute chose qui, selon  elle, va  contribuer   à l’amélioration des  conditions de la femme dans le contexte de développement du Burkina. « Il est donc temps que les partis politiques, les institutions  et le pouvoir central assurent aux femmes, l’égalité d’accès et leur pleine participation à  la gestion du pouvoir et aux prises  de décisions », a-t-elle souhaité. La présence des femmes  d’autres partis et de pays amis a été remarquée. Il s’agit notamment  du Front populaire ivoirien (FPI) de la Côte d’Ivoire, du PNDS-taraya  du Niger et de l’Internationale socialiste du Cameroun. Lors de leurs allocutions, elles  ont reconnu la pertinence du thème. 


Ibrahim ZAMPALIGRE  












49
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus