Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
G5-Sahel : Un fonds fiduciaire mis en place//Burkina : Le budget du ministère de la Sécurité en 2017 était de 60 milliards de FCFA dont 40 milliards destinés au payement des salaires. (Simon Compaoré).
Flash info :

Le chef de l’Etat s’imprègne des difficultés des hautes cours

13/11/2017
21:53

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en audience, le lundi 13 novembre 2017 au palais de Kosyam, un groupe de trois personnalités. Il s’agit des premiers présidents de la Cour de cassation, Thérèse Traoré/Sanou, du Conseil d’Etat, Souleymane Coulibaly et de la Cour des comptes, Jean-Emile Somda.   

Les hautes cours du Burkina Faso rencontrent des problèmes de fonctionnement qui limitent leurs actions. C’est cette triste réalité que les dirigeants de ces structures sont allés présenter, le lundi 13 novembre 2017, au chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Il s’agit notamment des premiers présidents de la Cour de cassation, Thérèse Traoré/Sanou, du Conseil d’Etat, Souleymane Coulibaly et de la Cour des comptes, Jean-Emile Somda.  « Nous avons demandé à être reçus par le chef de l’Etat dans le cadre des relations qui doivent exister entre les institutions. Nous avons des difficultés de fonctionnement que nous sommes venus lui  exposer  dans l’espoir de trouver des solutions», a confié la porte-parole des trois personnalités, Thérèse Traoré/Sanou, à l’issue de l’entrevue avec le président du  Faso. Celle-ci en veut  pour preuve, la  vétusté et le manque de  locaux et des problèmes  logistiques. « Il y a des magistrats et des fonctionnaires qui sont affectés, mais qui n’ont pas de bureau », a-t-elle regretté. Mais l’horizon pourrait s’éclaircir dans les jours à venir, à l’entendre. «Le président nous a écoutés attentivement et nous espérons que des solutions seront trouvées à  nos problèmes», a-t-elle avancé. Actualité oblige, Mme Traoré a été interpellée sur  sa mise en cause dans le rapport de la commission d’enquête sur le fonctionnement de la justice. « Cela n’a pas été l’objet de notre rencontre. Le Conseil supérieur de la magistrature a été saisi et il y aura une suite à cela », a-t-elle répondu laconiquement.  

Kader Patrick 
KARANTAO



120
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus