Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

2e convention nationale des anciens du MPP

20/11/2017
21:04

<div style="text-align: justify;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt; font-weight: bold;">La 2e convention nationale des anciens du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) s’est tenue les 17 et 18 novembre 2017, à Ouagadougou, sur le thème: «Les anciens face aux enjeux et d&eacute;fis du devoir de transmettre les valeurs ancestrales aux g&eacute;n&eacute;rations futures».</span></div> <div style="text-align: justify;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif;"><br /> </span></div> <div> <div style="text-align: justify;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt;">Face à l’incivisme qui a pris des proportions inqui&eacute;tantes au pays des Hommes intègres, il faut recourir aux valeurs ancestrales pour pr&eacute;server le vivre-ensemble. C’est le constat qui a justifi&eacute; le thème: «Les anciens face aux enjeux et d&eacute;fis du devoir de transmettre les valeurs ancestrales aux g&eacute;n&eacute;rations futures» de la 2e convention nationale des anciens du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), les 17 et 18 novembre 2017 à Ouagadougou. Une activit&eacute; qui a &eacute;t&eacute; parrain&eacute;e par le pr&eacute;sident de l’Assembl&eacute;e nationale, Alassane Bala Sakand&eacute;. Durant les deux jours de travaux, le thème a &eacute;t&eacute; d&eacute;velopp&eacute; sous plusieurs angles à l’endroit des participants.</span></div><span style="font-family: Helvetica, sans-serif;"> <p><span lang="EN-US"></span></p><span lang="EN-US" style="font-size:12.0pt;mso-bidi-font-size:10.0pt;font-family: "Helvetica","sans-serif";mso-fareast-font-family:Helvetica;mso-bidi-font-family: "Times New Roman";mso-ansi-language:EN-US;mso-fareast-language:FR;mso-bidi-language: AR-SA"> <div style="text-align: justify;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt;">Des expos&eacute;s sur la notion de patriotisme, la lutte contre l’incivisme au Burkina Faso et la protection de l’environnement ont &eacute;t&eacute; pr&eacute;sent&eacute;s. A propos du patriotisme, les conclusions de la convention stipulent qu’il peut se traduire en «Burkindlum» qui contient les valeurs ancestrales à transmettre aux g&eacute;n&eacute;rations futures. «Il s’agit, entre autres, de valeurs partag&eacute;es de justice, d’int&eacute;grit&eacute;. S’y ajoutent celles de dignit&eacute;, de courage, d’honnêtet&eacute;, de sinc&eacute;rit&eacute;, de respect de la parole donn&eacute;e, de caractère sacr&eacute; de l’amiti&eacute;, de sinc&eacute;rit&eacute;, de respect de l’autorit&eacute;…», formule le document. L’expos&eacute; sur la lutte contre l’incivisme a &eacute;t&eacute; pr&eacute;sent&eacute; par Pascal Benon, ancien gouverneur. Pour lui, l’incivisme peut se comprendre comme le manque de respect des valeurs communes, le refus de payer l’impôt, l’acceptation de la corruption, les d&eacute;tournements des biens publics… Le communicateur a soulign&eacute; que ses causes se situent à plusieurs niveaux (&eacute;ducation, gouvernance et &eacute;conomie). Au plan &eacute;ducationnel, il a relev&eacute; le fait que la cellule familiale n’est plus le cadre de r&eacute;f&eacute;rence et d’identification des valeurs à cause des crises dans les foyers. «L’&eacute;ducation se fait dans la rue. L’&eacute;cole change de vocation, elle met plus en exergue l’acquisition du savoir que sur la mod&eacute;lisation d’homme nouveau int&eacute;gr&eacute; dans sa soci&eacute;t&eacute;», a d&eacute;taill&eacute; Pascal Benon. Au niveau de la gouvernance, a-t-il soutenu, il y a un d&eacute;ficit de confiance entre gouvernants et gouvern&eacute;s, notamment à cause de la corruption à grande &eacute;chelle des &eacute;lites, les fraudes aux concours, les d&eacute;tournements des biens publics et l’impunit&eacute;. Les causes &eacute;conomiques se rapportent, à l’entendre, à la persistance de l’enrichissement illicite, au chômage des jeunes et à la mal gouvernance. Comme solutions, le conf&eacute;rencier a &eacute;voqu&eacute; la restauration de l’autorit&eacute; de l’Etat à travers une politique «coh&eacute;rente de d&eacute;veloppement &eacute;conomique, social, culturel et s&eacute;curitaire», l’information et la formation au civisme.</span></div></span> <p><span lang="EN-US"></span></p> <p><span lang="EN-US"></span></p><span lang="EN-US" style="font-size:12.0pt;mso-bidi-font-size:10.0pt;font-family: "Helvetica","sans-serif";mso-fareast-font-family:Helvetica;mso-bidi-font-family: "Times New Roman";mso-ansi-language:EN-US;mso-fareast-language:FR;mso-bidi-language: AR-SA"> <div style="text-align: justify;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt; font-weight: bold;">Restaurer les valeurs cardinales positives</span></div></span> <p><span lang="EN-US"></span></p> <p><span lang="EN-US"></span></p><span lang="EN-US" style="font-size:12.0pt;mso-bidi-font-size:10.0pt;font-family: "Helvetica","sans-serif";mso-fareast-font-family:Helvetica;mso-bidi-font-family: "Times New Roman";mso-ansi-language:EN-US;mso-fareast-language:FR;mso-bidi-language: AR-SA"> <div style="text-align: justify;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt;">La communication sur la protection de l’environnement, assur&eacute;e par Sabn&eacute; Koanda, ancien ministre en charge de l’eau, a mis l’accent sur les mesures à prendre pour limiter ou supprimer l’impact n&eacute;gatif des activit&eacute;s de l’homme sur son environnement. «Prot&eacute;ger l’environnement, c’est pr&eacute;server la survie et l’avenir de l’humanit&eacute;. En effet, l’environnement est notre source de nourriture et d’eau potable. L’air est notre source d’oxygène. Le climat permet notre survie. Et la biodiversit&eacute; est un r&eacute;servoir potentiel de m&eacute;dicaments. Pr&eacute;server l’environnement est donc une question de survie», a argu&eacute; M. Koanda. Il a ajout&eacute; qu’il faut une prise de conscience individuelle et collective pour sauvegarder l’environnement afin d’&eacute;viter de porter pr&eacute;judice aux g&eacute;n&eacute;rations actuelles et futures.</span></div></span> <p><span lang="EN-US"></span></p><span lang="EN-US" style="font-size:12.0pt;mso-bidi-font-size:10.0pt;font-family: "Helvetica","sans-serif";mso-fareast-font-family:Helvetica;mso-bidi-font-family: "Times New Roman";mso-ansi-language:EN-US;mso-fareast-language:FR;mso-bidi-language: AR-SA"> <div style="text-align: justify;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt;">A l’ouverture des travaux, le secr&eacute;taire national des anciens du MPP, Paul Ismaël Ou&eacute;draogo, a soulign&eacute; la n&eacute;cessit&eacute; pour l’Etat, la communaut&eacute; enseignante, les autorit&eacute;s religieuses, coutumières, militaires, les partis politiques et les organisations de la soci&eacute;t&eacute; civile, d’unir leurs efforts pour restaurer les valeurs cardinales positives h&eacute;rit&eacute;es des aïeux. «Il s’agit surtout pour nous de puiser dans notre riche culture ancestrale des repères susceptibles de servir de leviers pour un sursaut national et salutaire d’un pays qui semble d&eacute;boussol&eacute; et comme t&eacute;tanis&eacute; par un &eacute;gocentrisme exacerb&eacute;», a-t-il d&eacute;clar&eacute;. Face aux enjeux et d&eacute;fis de transmettre le «burkindlum» aux g&eacute;n&eacute;rations futures, a expliqu&eacute; M. Ou&eacute;draogo, l’Union nationale des anciens du MPP prend l’engagement à cette convention d’asseoir la r&eacute;flexion avec toutes les g&eacute;n&eacute;rations sur les valeurs communes. Ces notions sont, entre autres, selon lui, le bien à recommander, le mal, l’illicite ou tout ce qui est interdit à proscrire, en revisitant les valeurs &eacute;l&eacute;mentaires du devoir, du bien commun et de l’indispensable respect de toute hi&eacute;rarchie.</span></div></span> <p><span lang="EN-US"></span></p><span lang="EN-US" style="font-size:12.0pt;mso-bidi-font-size:10.0pt;font-family: "Helvetica","sans-serif";mso-fareast-font-family:Helvetica;mso-bidi-font-family: "Times New Roman";mso-ansi-language:EN-US;mso-fareast-language:FR;mso-bidi-language: AR-SA"> <div style="text-align: justify;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt;">Le pr&eacute;sident par int&eacute;rim du bureau ex&eacute;cutif national du MPP, Simon Compaor&eacute;, a salu&eacute; la mobilisation des anciens venus des 13 r&eacute;gions du Burkina Faso et l’actualit&eacute; du thème de la convention. « Nous voulons, en d&eacute;pit des mauvaises langues, relever ensemble les d&eacute;fis qui sont de donner suffisamment d’eau aux populations du Burkina Faso, le savoir à nos enfants et les infrastructures routières. Ce sont des d&eacute;fis que vous anciens avez d&eacute;cid&eacute; d’accompagner en appelant à la culture des valeurs citoyennes», a-t-il laiss&eacute; entendre. Les conclusions des travaux seront transmises aux hautes instances du parti au pouvoir.</span></div></span> <p><span lang="EN-US"></span></p> <p><span lang="EN-US"></span></p><span lang="EN-US" style="font-size:12.0pt;mso-bidi-font-size:10.0pt;font-family: "Helvetica","sans-serif";mso-fareast-font-family:Helvetica;mso-bidi-font-family: "Times New Roman";mso-ansi-language:EN-US;mso-fareast-language:FR;mso-bidi-language: AR-SA"> <div style="text-align: right;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt; font-weight: bold;">Karim BADOLO</span></div></span> <p><span lang="EN-US"></span></p><span lang="EN-US" style="font-size:12.0pt;mso-bidi-font-size:10.0pt;font-family: "Helvetica","sans-serif";mso-fareast-font-family:Helvetica;mso-bidi-font-family: "Times New Roman";mso-ansi-language:EN-US;mso-fareast-language:FR;mso-bidi-language: AR-SA"> <div style="text-align: right;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt;">Rachid OUEDRAOGO</span></div></span> <p><span lang="EN-US"></span></p><span lang="EN-US" style="font-size:12.0pt;mso-bidi-font-size:10.0pt;font-family: "Helvetica","sans-serif";mso-fareast-font-family:Helvetica;mso-bidi-font-family: "Times New Roman";mso-ansi-language:EN-US;mso-fareast-language:FR;mso-bidi-language: AR-SA"> <div style="text-align: right;"><span style="font-family: Helvetica, sans-serif; font-size: 12pt;">(Stagiaire)</span></div></span></span> <p><span lang="EN-US"></span></p> <div style="text-align: justify;"><br /> </div></div>

103
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus