Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Humanisation des lieux de détention

23/11/2017
00:00

La direction régionale des droits humains et de la promotion civique du Plateau central a organisé, le vendredi 17 novembre 2017, un atelier de restitution des visites professionnelles des lieux de détention dans la région. L’objectif de ces visites est de contribuer à l’humanisation des lieux de détention au Burkina Faso.

Dans le but de contribuer à la prévention des violations des droits des personnes privées de liberté, des visites régulières sont organisées dans les lieux de détention. Initiées par le ministère en charge des droits humains, ces visites professionnelles visent à contribuer à l’humanisation de ces lieux. C’est dans cette dynamique que la direction régionale des droits humains et de la promotion civique du Plateau central a organisé du 13 au 15 novembre 2017, ces visites. Les objectifs étaient : évaluer les écarts entre les règles minima de traitement des détenus et les règles de Robben Island avec les conditions de détention, de relever les contraintes de protection des droits des détenus  et sensibiliser les agents de sécurité et le personnel pénitentiaire à la nécessité de respecter les droits fondamentaux des détenus et des gardés à vue. Ces visites ont permis à l’équipe de la direction régionale de constater de visu l’état des lieux de détention, de procéder à des entretiens avec des personnes privées de liberté et les responsables des lieux visités. Au total 95% des lieux de détention de la région ont été visités à cette occasion. L’équipe de visite s’est entretenue avec 21 responsables de lieux de détention puis avec 10 personnes privées de liberté dont 7 détenus et 3 hommes gardés à vue. Après ces visites, la direction régionale a organisé cet atelier de restitution afin de présenter aux responsables de la gendarmerie nationale, de la police nationale et de la garde de sécurité pénitentiaire, les constats qui se  dégagent. Le conseiller en droits humains, Pié Pascal Traoré, a précisé que: « Au cours des visites professionnelles des lieux de détention, l’équipe a relevé des points positifs suivant les règles Mandela. Mais aussi, elle a pu observer des insuffisances dans l’application des instruments de protection des droits des personnes privées de liberté dans la région du Plateau central ». Il a indiqué qu’à la Maison d’arrêt et de correction de Ziniaré, l’équipe a relevé des dysfonctionnements au niveau du système d’éclairage, des installations sanitaires et du système d’aération.

Des acquis  et des insuffisances

Cependant, a-t-il fait savoir, la surface des cellules, le cubage d’air ne sont pas conformes aux règles Mandela car on note une surpopulation du quartier des hommes et l’absence de fenêtres à même de permettre aux détenus de lire à la lumière du jour. D’autres insuffisances ont été également relevées à la Maison d’arrêt et de correction de Ziniaré. Selon M. Traoré, dans la région du Plateau central, en dehors du Commissariat central de Ziniaré, toutes les cellules de garde à vue (CGAV) des autres unités de police judiciaire visitées ne répondent pratiquement pas aux normes et standards de protection des droits des personnes privées de liberté. En effet, les locaux de ces CGAV dans les unités de police judiciaire sont très restreints. Dans certaines unités de police judiciaire, les cellules ne sont pas dallées, ce qui pose des problèmes de sécurité comme dans les commissariats de Laye et de Toéghin. Aussi, dans la plupart des cellules visitées, le dispositif servant de toilette est constitué d’un seau ou d’un trou à l’angle du mur du violon. En cas d’usage, cela entraîne des odeurs indisposant pour les gardés à vue mais aussi pour les Officiers de police judiciaire. Au regard des difficultés rencontrées à la Maison d’arrêt et de correction de Ziniaré et des cellules de garde à vue, des recommandations ont été formulées pour une meilleure humanisation des lieux de détention et le respect des droits des personnes privées de liberté. Cependant, M Traoré a reconnu qu’après quelques années d’humanisation des lieux de détention au Burkina Faso, des acquis indéniables ont été enregistrés dans la région du Plateau central. Cependant, a-t-il dit, les plaidoiries doivent être poursuivies et renforcés car, la protection des droits des personnes privées de liberté dans la région comporte des insuffisances et des difficultés à corriger. Avant la restitution, les participants ont eu droit à une présentation des standards internationaux (Règles Mandela) et nationaux de protection des droits des personnes privées de liberté. Cette communication a été faite par Albertine Ouédraogo, directrice régionale en charge des droits humains du Plateau central.


Abdias Cyprien SAWDOGO


39
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus