Suivez-nous                                                                                                   Contactez-nous  +22625312289
Cinéma : Le film Thom du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger./Burkina: Mariam Diallo/Zoromé, ex-gouverneur du Centre Nord, a été inhumée ce dimanche 10 décembre au cimetière municipal de Bobo-Dioulasso./Emmanuel Macron : « La France n'investira plus uniquement pour faire des opérations de gouvernement à gouvernement qui n'auraient aucune retombée sur la population locale ».
Flash info :

Subvention en période hors campagne électorale

23/11/2017
23:19

Le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, a remis des chèques, le jeudi 23 novembre 2017 à Ouagadougou, à des partis politiques dans le cadre de la subvention de l’Etat pour l’animation de la vie politique en période hors campagne électorale. Cinq partis se sont partagé la somme de 500 millions de FCFA.

Cinq partis politiques se sont  partagé la manne financière de 500 millions de FCFA pour le compte de la subvention de l’Etat à la classe politique, en vue de l’animation de la vie politique en période hors campagne électorale. Ils ont reçu leurs chèques, des mains du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Siméon Sawadogo, le jeudi 23 novembre 2017 à Ouagadougou. Cette subvention annuelle de l’Etat, à entendre le ministre Sawadogo, est répartie entre les partis politiques ayant obtenu au moins 3% de suffrages exprimés lors des dernières élections législatives. Conformément aux résultats des élections de novembres 2015, six partis politiques étaient éligibles  au partage de ce fonds. Toutefois, un d’entre eux, l’ADF/RDA, a été disqualifié pour n’avoir pas déposé à temps, son rapport financier au titre de l’année 2016. Selon le ministre en charge de l’administration territoriale, le partage se fait au prorata des suffrages obtenus par chaque formation politique aux élections. C’est ainsi que le MPP se taille la part du lion avec 227 millions 250 mille F CFA, suivi de l’UPC, 134 millions 500 mille F CFA, du CDP  86 millions 500 mille F CFA, de la NAFA, 27 millions 200 mille F CFA et  de l’UNIR/PS, 24 millions 550 mille F CFA.

«Mieux vaut tard que jamais»

Pour Siméon Sawadogo, cette remise de chèques témoigne de la volonté de l’Etat, de soutenir ces partis dans l’animation de la vie politique. «Un des référents du caractère démocratique de toute société est sa volonté et son engagement à promouvoir  des mesures de renforcement des partis politiques en vue de leur permettre d’exécuter efficacement les missions constitutionnelles  à eux dévolues», a indiqué le ministre Sawadogo.
Pour lui, les actions publiques favorables aux partis politiques constituent un des indices importants de tout système démocratique et forment un ensemble d’obligations qui s’imposent à l’Etat dans ses rapports avec ces derniers. Il a indiqué que cette subvention doit servir aux activités des formations politiques des membres et sympathisants des partis et formations politiques, à la couverture médiatique des évènements, à la tenue des instances statutaires, à l’édition et à la promotion d’ouvrages sur l’idéologie, aux dépenses de biens meubles et immeubles. Pour le représentant du CDP, Zambendé Théodore Sawadogo, cette subvention est un grand apport pour son parti, même si elle vient en retard.
«C’est une subvention de 2017, ce qui veut dire que nous avons fonctionné sur  fonds propre  pendant cette année. L’Etat nous remet cette subvention à deux mois de la fin de l’année et on nous demande de justifier l’utilisation de ces 86 millions F CFA. Ce sont  donc les pièces justificatives de nos activités déjà effectuées au cours de l’année 2017 que nous allons fournir», a déploré Zambendé Théodore Sawadogo. Il a souhaité que la subvention soit accordée aux partis politiques en début d’année ou au plus tard au mois d’avril de l’année en cours, pour leur faciliter la tâche. Boureima Thiombino de l’UNIR/PS a salué cette remise de chèques mais a souhaité aussi que la subvention  puisse parvenir à temps au partis politiques pour leur permettre de mener à bien leurs activités d’animation de la vie politique en période hors campagne électorale. Le ministre Sawadogo, tout en déplorant le retard dans le déblocage de cette subvention, a indiqué qu’il est essentiellement dû aux exigences de l’orthodoxie financière dans la gestion des deniers publics. Il a invité les partis politiques à une gestion rigoureuse de ce fonds et à transmettre leurs rapports financiers annuels à la Cour des comptes au plus tard le 31 mars 2018 au risque de ne pas bénéficier de la subvention au titre de l’année 2018.

Lassané Osée
OUEDRAOGO
Ella Sandrine NIANDA
(Stagiaire)


190
Partager sur Facebook

> Recherche





>SOURIRE DU JOUR




>IMAGE DE LA CITE






> Edito

03/12/2017 19:50
26/11/2017 22:30
 

 



> Inscrivez-vous à la Newsletter

Newsletter

> Conseil des ministres


Voir tous les comptes rendus